Aller à…
RSS Feed

27 novembre 2020

A l’approche de la date du 10 mai, on observe plusieurs opérations dont il ne faudrait pas sous-estimer l’importance.


Gilbert Leonard

Paris, le 07 mai 2014

A l’approche de la date du 10 mai, on observe plusieurs opérations dont il ne faudrait pas sous-estimer l’importance.

1°) Le 2 mai dernier, le journal officiel a publié un arrêté portant constitution « d’une commission temporaire d’information et de recherche HISTORIQUE sur les évènements de décembre 1959 en Martinique, de décembre 1962 et de mai 1967 en Guadeloupe ».

Le texte complet de l’arrêté est donné en fin de ce courriel; il est consultable sur le site de officiel legifrance.
On notera à l’article 3 que c’est le président de la commission -non-originaire des iles- qui détient le pouvoir de décider d’entendre ou non toute personne extérieure à la commission.
Vous trouverez en pièce jointe une lettre adressée au Président de la République en septembre dernier par le LKP et demandant à l’État la reconnaissance de ces crimes coloniaux.

2°) Sur le site de Outremer 1ère, on apprend que, Patrick Karam et Roger Kukierman, président respectivement du CREFOM et du CRIF, veulent opérer un rapprochement entre les deux « Conseils Représentatifs » pour s’attaquer à la haine contre les Juifs et contre les « Blacks » (apparemment pour certains non-jeunes, il est plus facile de dire Black que Noir).
Il y a effectivement un besoin urgent de lutter contre le racisme débridé qui se répand « naturellement » contre les Noirs indépendamment de leur confession religieuse.
Mais alors quel crédit peut-on donner à cette décision d’un monsieur qui s’était prononcé contre le principe même d’un conseil représentatif des Noirs, car principe communautariste, et préférait créer un conseil représentatif des « domiens »; terme « domien » que  je trouve personnellement insultant car il gomme toute l’identité profonde des populations.
Mais alors quel crédit peut-on donner à cette décision d’un monsieur qui n’a rien fait pour ressouder le lien Éternel qui lie les Africains -les Noirs- aux « Domiens » et prétend[ait?] que les Antillais n’ont pas beaucoup de points en communs avec les Africains.
Il a beau retourner la chose dans tous les sens, « son » combat ne se nourrit que de la réalité des « Noirs » de la communauté qu’il prétend représenter.
C’est bien d’une association de lutte contre les discriminations à l’encontre des Noirs dont nous avons besoin.
Dans la logique du président du Crefom, l’on s’attendrait à ce qu’il se rapproche plutôt d’une association « métropolitaine » que d’une association communautaire.

Le même site d’information de Outremer 1ère nous informe que le CRIF cherche à installer une délégation régionale du CRIF aux Antilles.
Nous souhaitons aussi que le CRIF apporte un soutien public sans failles aux associations en Israël qui luttent contre les discriminations violentes dont sont victimes les Noirs en Israël, qu’ils soient ou non de confession juive.

3°) Du 12 mars au 29 juin, à Paris, le musée du Luxembourg consacre une grande exposition en l’Honneur de l’Impératrice Joséphine.
L’association « Tous Créoles » -proche des Békés- prétend nous réconcilier avec l’histoire en organisant en quelque sorte la ré-habilitation de Joséphine.
Une grande affiche de Joséphine « décore » la façade de la FNAC de la rue de Rennes à Paris Montparnasse.
La machine est en route qui veut reléguer l’Esclavage à un détail de l’Histoire de ce couple impérial auquel « la Patrie » voue un culte.

4°) Beaucoup d’associations organisent ici ou là des manifestations à l’occasion de la journée du 10 mai.
C’est tant mieux! Cela démontre le désir et la volonté de la population de connaitre son Histoire, Histoire qu’elle ne connait que trop peu et trop mal et que du point de vue du colonisateur.
Certaines des associations sont de vraies associations militantes, quelques fois sans trop de moyens matériels ou financiers; d’autres sont des officines destinées à vider la lutte de sa substance. Devant l’efficacité de plus en plus grande des premières, les dernières multiplient les subterfuges pour troubler la vigilance des femmes et des hommes, jeunes ou non, qui sont de plus en plus conscients de la réalité des choses.
Nous sommes un peuple résistant, c’est pourquoi nous sommes encore debout!
Nous triompherons, l’Humanité triomphera contre la « Barbarie civilisatrice ».

Gilbert Léonard

=========== Texte complet de l’arrêté ====

JORF n°0102 du 2 mai 2014 page 7582
texte n° 36

ARRETE
Arrêté du 22 avril 2014 portant constitution d’une commission temporaire d’information et de recherche historique sur les événements de décembre 1959 en Martinique, de décembre 1962 et de mai 1967 en Guadeloupe

NOR: OMES1407441A

La ministre des outre-mer
Arrête :

Article 1


Il est institué auprès de la ministre des outre-mer, pour une durée ne pouvant excéder un an, une commission d’information et de recherche historique chargée d’étudier et de rendre un rapport sur :

1° Les événements survenus entre les 20 et 23 décembre 1959 en Martinique ;
2° Les événements relatifs aux conditions de l’accident d’avion survenu le 22 juin 1962 en Guadeloupe ;
3° Les événements survenus entre les 26 et 28 mai 1967 en Guadeloupe.
Dans le cadre de sa mission, la commission sollicite en tant que de besoin auprès des dépôts d’archives compétents le dépouillement d’archives nationales ou locales, publiques ou privées, en rapport avec les événements étudiés.
Elle doit rendre son rapport définitif au ministre des outre-mer dans le délai maximum d’un an mentionné au premier alinéa du présent article.
La remise du rapport au ministre des outre-mer met fin aux activités de la commission, qui se trouve alors dissoute de plein droit.

Article 2


La commission est composée des personnalités qualifiées suivantes, choisies en raison de leurs compétences et de leur expérience en matière de recherche, d’enseignement ou de conservation en lien avec la nature des événements étudiés :

M. René BÉLÉNUS ;
M. Jacques DUMONT ;
M. Laurent JALABERT ;
M. Serge MAM LAM FOUCK ;
M. Louis-Georges PLACIDE ;
M. Benjamin STORA ;
Mme Michelle ZANCARINI FOURNEL.

Article 3

La commission est présidée par M. Benjamin STORA.
La commission se réunit sur la convocation de son président.
Elle peut, sur décision de son président, entendre toute personne extérieure dont l’audition est de nature à éclairer ses travaux.
Les membres de la commission exercent leurs activités en toute indépendance, dans le respect de leur mission et de la déontologie scientifique.

Article 4

Le ministère des outre-mer met à la disposition de la commission les moyens de son fonctionnement, et notamment ceux lui permettant d’organiser, si nécessaire, des conférences téléphoniques ou audiovisuelles.

Article 5 

Le présent arrêté sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 22 avril 2014.

George Pau-Langevin

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,