Aller à…
RSS Feed

24 octobre 2020

Libye: un général exige « un Conseil présidentiel » et la suspension du Parlement


Monde arabe

AL MANAR

 
Libye: un général exige « un Conseil présidentiel » et la suspension du Parlement
L’équipe du site
Le général dissident Khalifa Haftar a exigé mercredi la formation d’un « Conseil présidentiel » en Libye pour remplacer le Parlement, et conduire une nouvelle étape de transition dans ce pays plongé dans le chaos.

Accusé par les autorités de transition de mener un coup d’Etat, il a continué de rallier de nouveaux soutiens à son offensive, lancée selon lui contre les « groupes terroristes » en Libye.

Il a ainsi reçu mercredi soir l’appui du ministre libyen de la Culture, Habib Lamine, premier membre du gouvernement à se déclarer ouvertement en faveur de l’initiative de Haftar.

« Le Conseil supérieur des forces armées » demande au CSM, la plus haute autorité juridique du pays, « de former un Conseil supérieur présidentiel, civil, qui aura pour mission de former un gouvernement d’urgence et préparer des élections législatives », a indiqué M. Haftar, qui lisait un communiqué transmis par plusieurs télévisions libyennes.

Le Conseil présidentiel remettra le pouvoir ensuite au Parlement élu, a ajouté M. Haftar qui parlait depuis la ville d’Al-Abyar, dans l’est libyen.

Ce Conseil est appelé, selon M. Haftar, à remplacer le Congrès général national (CGN, parlement), la plus haute autorité politique et législative du pays, élu en juillet 2012.

On ignore pour le moment si le CSM répondra positivement à la demande du général.

Selon M. Haftar, « l’armée » a pris ces décisions après le refus du CGN de suspendre ses travaux « comme le réclame la population ».

Le Congrès est en effet considéré par plusieurs observateurs comme une des causes de la crise en Libye. Il est notamment critiqué pour n’avoir pas su rétablir la sécurité dans le pays, en proie au chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi.

Face à une recrudescence des violences nourries par des tensions politiques, la Commission électorale a fixé au 25 juin la date de l’élection d’un nouveau Parlement pour remplacer le CGN.

Nouveaux soutiens à Haftar

L’ex-général Haftar, pendant ce temps, rassemble les soutiens: dans la nuit de mardi à mercredi, le chef d’état major de la Défense aérienne, le colonel Jomâa Al-Abani, a annoncé sur une télévision privée qu’il se joignait à l’opération baptisée « Dignité ».

Le général à la retraite a lancé vendredi une offensive contre les groupes radicaux à Benghazi qu’il accuse de « terrorisme » et les combats ont fait des dizaines de morts.

L’offensive a été suspendue le temps de réorganiser les troupes, a-t-il dit, affirmant qu’il ne souhaitait aucunement prendre le pouvoir.

« La Libye est devenue un repère pour les terroristes qui contrôlent les rouages de l’Etat », a-t-il encore dit mercredi soir.

« Je soutiens cette opération contre les groupes terroristes. Le CGN, qui protège les terroristes, ne me représente plus », a déclaré à l’AFP le ministre de la Culture, affirmant toutefois qu’il gardait son poste de ministre jusqu’à sa « démission ou limogeage ».

Une redoutable unité d’élite à Benghazi, ainsi que des officiers de l’armée de l’air et des brigades de police et de l’armée, avaient déjà annoncé leur ralliement à coups de communiqués.

Méfiance

L’opération Haftar est toutefois accueillie avec beaucoup de méfiance, y compris parmi les anti-islamistes, qui doutent de ses motivations réelles.

« Oui nous appuyons cette opération. Mais leurs initiateurs doivent nous donner un objectif bien déterminé. La lutte contre le terrorisme ne doit pas être un moyen pour se débarrasser de ses rivaux politiques », a estimé Fawzi Abdelali, ambassadeur et ancien ministre de l’Intérieur.

 

Avec AFP

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,