Aller à…
RSS Feed

27 octobre 2020

« Nid de frelons »



« Nid de frelons  »

Révélations de Snowden : Comment les USA aident Israël et recrutent les djihadistes de l’EII
L
samedi 9 août 2014

http://www.chaos-controle.com/archives/2014/08/09/30384292.html

Glenn Greenwald l’avait dit : « Snowden fera d’autres révélations importantes à propos d’Israël.  » Et c’est ce qui s’est passé. Le journaliste britannique qui a déclenché le scandale des écoutes illégales mises en place par la National Security Agency (l’affaire dénommée le ‘Datagate’) revient à la charge sur son site The Intercept.

Les tout derniers documents top-secret examinés par Greenwald parmi les quelque 1,7 million de fichiers fournis par l’ex-agent de la CIA [et fondateur du site Wikileaks] Edward Snowden, éclairent d’un jour nouveau l’agression israélienne contre les Palestiniens de Gaza, une nouvelle fois d’actualité.

Ils mettent notamment en évidence l’implication directe des USA et de leurs principaux alliés. Au cours des dix dernières années – selon ces documents – la NSA a fortement augmenté son soutien, financier, en armes et en informations, à son homologue israélienne, l’unité 8.200 (aussi appelée ‘ISNU Sigint’).

La coopération entre les deux agences a débuté en 1968 et a formé la base des relations étroites qui existent actuellement entre les autres agences de renseignement israéliennes et celles américaines, comme la CIA, le Mossad et la division des opérations spéciales.

Des services secrets alliés dans le but de tenir sous contrôle plusieurs objectifs et aussi « les pays d’Afrique du Nord, du Moyen-Orient, du golfe Persique, du Sud-Est asiatique et les Républiques islamiques de l’ex-Union soviétique.  » Dans de nombreux cas, la NSA et l’ISNU ont collaboré avec les agences de renseignement britanniques et canadiennes, le GCHQ et le CSEC. On découvre aussi l’aide de certains pays arabes comme la monarchie jordanienne, et le rôle des forces de sécurité de l’ANP dans la fourniture de services d’espionnage essentiels pour identifier et frapper des « objectifs palestiniens. » The Intercept montre également un reçu de paiement daté du 15 avril 2004.

Les agressions répétées contre la population de Gaza – explique Greenwald – ne seraient pas possibles sans le soutien des USA, toujours prompts à satisfaire les requêtes belliqueuses d’Israël, comme cela s’est produit avec les 225 millions de dollars additionnels approuvés pour financer le système de missiles israélien. Une attitude qui tranche avec le présumé rôle de médiateur affiché ostensiblement par les États-Unis dans le conflit israélo-palestinien. Des faits qui affaiblissent d’autant les paroles prononcées par Barack Obama, comme si le président US n’était qu’un simple spectateur face au massacre des enfants de Gaza («  C’est effrayant de voir ce qui se passe là-bas. »)

The Intercept fait observer qu’Obama parle de [la tragédie de] Gaza comme s’il s’agissait d’une calamité naturelle, d’un événement incontrôlable auquel le gouvernement des USA assiste impuissant. D’après les documents diffusés par Snowden, actuellement réfugié en Russie, la CIA et le Mossad ont entrainé Abu Bakr Al-Baghdadi, l’actuel leader de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL). L’EIIL, qui prône le retour au « Califat » a initialement été constitué en Égypte pour combattre le gouvernement de Bashar al-Assad. Il a reçu des armes de la part du renseignement US et de celui du Royaume-Uni, et des financements de l’Arabie Saoudite et de la monarchie du Qatar.

Abu Bakr Al-Baghdadi a été prisonnier à Guantanamo de 2004 à 2009. Au cours de cette période, la CIA et le Mossad l’auraient recruté pour fonder un groupe en mesure d’attirer des djihadistes de différents pays vers un endroit précis, et ainsi les tenir loin d’Israël. Pour Snowden, «  la seule solution pour protéger l’État juif est de lui créer un ennemi à ses frontières, mais en le dirigeant contre les états islamiques qui s’opposent à sa présence. » Une opération secrète dénommée « Nid de frelons  ».

L’étroite collaboration entre les services de renseignement de Washington et ceux de Tel-Aviv n’a pourtant pas empêché l’espionnage réciproque entre les deux grands alliés. C’est ainsi – comme le révèle le journal allemand Der Spiegel – que les services secrets israéliens ont intercepté les conversations du secrétaire d’État américain John Kerry avec les médiateurs arabes et l’Autorité palestinienne, pour avoir les réponses toutes prêtes lors de l’ultime tentative de négociations avec les Palestiniens.

Géraldine C
olotti
Il Manifesto


Guerre globale et multidimensionnelle

Collusion entre les É-U et l’État Islamique !? La preuve de la duplicité de l’État Profond

Photographie parue le 31 mai 2013 comme illustration d’un article de Travis Thornton et publiée sur United Liberty. On peut y voir outre des chefs militaires et politiques de la rébellion syrienne, le sénateur américain John McCain (à droite) fixer du regard un homme habillé en noir (à gauche). Ce dernier, barbe taillée et main droite sur le genou n’est autre que celui qui deviendra le fameux Abou Bakr Al-Baghdadi, Calife autoproclamé de l’Etat Islamique après la chute de Mossoul.

OpeNews http://openews.eu/nouveau-fail-non-les-documents-de-snowden-naffirment-pas-que-le-chef-de-leiil-a-ete-forme-par-le-mossad-debunking/


http://strategika51.wordpress.com/2014/08/12/cycle-orwellien-letat-islamique-ou-comment-washington-cree-des-epouvantails/


John McCain ex/futur candidat à  la présidence américaine



– 6,5 ans après que « le 13 octobre 2006, le Conseil consultatif proclame l’État islamique d’Irak, (EII), lequel se considère à partir de cette date comme le véritable État de l’Irak, puis également, à partir de 2013, de la Syrie. Initialement lié à Al-Qaïda, l’EII s’en est progressivement affranchi. »

– 1,5 ans après que, le « 4 octobre 2011, Abou Bakr al-Baghdadi soit inscrit sur la liste des terroristes les plus recherchés par le gouvernement américain (Rewards for Justice) qui offre une prime de 10 millions de dollars pour sa capture, faisant de lui l’un des trois chefs djihadistes les plus recherchés au monde avec Ayman al-Zawahiri, chef d’Al-Qaida, et le mollah Omar »

– 2-3 semaines après que, « le 9 avril 2013, l’EII devient l’État islamique en Irak et au Levant, également connu sous ses acronymes français EIIL, anglais ISIL / ISIS6 ou arabe Da’ech / Daesh »

D’autres photos sur le site : http://madworldnews.com/video-john-mccains-whoops-moment-photographed-chilling-isis/

Je ne pense pas que Biden ait été mal informé… En l’occurrence il s’agit ici de McCain, donc Républicains et Démocrates sont la min dans la main  !

Contrairement à ce qu’affirme l’article du Cameroun Voice envoyé par Antoine, Abou Bakr al-Baghdadi n’a pas été prisonnier à Guantanamo mais au camp de détention de Bucca en Irak. C’est un détail. Il a été relâché en 2009 par Obama…

Les dernières fuites de Snowden (dont on attend des confirmations plus officielles) évoquent que :

« la seule solution pour la protection de « l’État juif »est de créer un ennemi près de ses frontières, mais de le dresser contre les États islamiques qui s’opposent à sa présence ». Les fuites ont révélé qu’ « Abou Bakr al-Baghdadi a suivi une formation militaire intensive durant une année entière entre les mains du Mossad, sans compter des cours en théologie et pour maîtriser l’art du discours ».

Des révélations confirmées par un ancien cadre d’al-Qaïda :

« Il déclare que l’EIIL est le bras armé de la politique US définie par Kissinger dans une note « La guerre de cent ans » qui vise a déchirer le monde arabe entre chiites et sunnites dans une guerre de 100 ans. Pour y parvenir, l’EIIL applique la même politique que Gengis Kan et tue de façon systématique tous ceux qui croise leur route, qu’ils soient chiites ou sunnites. Il relève aussi que l’EIIL n’a pas tué un seul américain depuis sa création en 2006.

Cette propagande et leurs agents (de l’EIIL) s’inscrivent dans un plan mis en oeuvre par la CIA à partir de 1998 appelé « Clean Break » (PNAC – Projet pour le Nouveau Siècle Américain). « L’EIIL n’a jamais tué un seul américain. L’opposition qui se bat contre Bachard Al-Assad n’a jamais tiré une seule cartouche contre Israël en 3 ans. … Par exemple, Isaam Hattito, chef des Frères musulmans chargé de diriger les batailles contre Bachard al-Assad, où réside-t-il ? Est-il à Beyrouth ? Riyad ou au Caire ? Il réside à Tel-Aviv.Ahmad Jarba … se déplace entre New York, Paris et Londres. »

Cette création d’un état sunnite en lieu et place de l’EIIL correspond parfaitement à des différents plans élaborés dans les années 80 par les israéliens (plan Yinon), approfondis par la suite à travers la note à destination de Netanyahu « A clean Break » puis repris et développés plus tard par les américains (à travers le PNAC notamment, dont j’ai parlé hier), qui avaient pour objectif de créer au sein du monde arabe des mini-Etats antagonistes, fractionné suivant des lignes ethniques et confessionnelles homogènes.

Par ailleurs, ça fait un paquet d’années que les américains cherchent à identifier un calife : faute de le trouver, pressés par le temps, ils l’ont inventé !

La présence de Biden dans la région (puis Fabius & co) n’est là que pour favoriser l’éclatement de l’Irak en 3 pays.

L’Iran French Radio évoque ce point dès juin 2013, soit un mois après la rencontre de Biden avec ces terroristes :

« Tout en s’ingérant explicitement dans les affaires irakiennes, le vice-président américain, Joe Biden, a demandé le partage  de l’Irak en trois régions.

« Selon le site  Internet irakien d’Al-Sumeria News, Joe Biden insiste toujours sur le démembrement de l’Irak  en trois régions chiite, sunnite et kurde. Le journal koweïtien Al-Qabas a écrit pour sa part, citant Joe Biden que la création de trois régions chiite, sunnite et kurde est indispensable pour  mettre un terme à la crise de ce pays. Les Irakiens ont nommé Joe Biden l’ingénieur de la division en raison de ses ingérences constantes dans leurs affaires. Les manifestations  contre le gouvernement légitime de Nouri Al-Maliki provoquées par les  Etats-Unis et leurs alliés l’Arabie, le Qatar et la Turquie, ont débuté vers la fin de 2012 dans 6 provinces du pays dont Al-Anbar, Ninive,  Diyali,   Saleheddine,  Bagdad et   Kirkuk , et cela dans l’objectif de démembrer l’Irak. Le gouvernement a formé  un comité  pour examiner les revendications des protestataires. Pourtant les groupes salafistes, qui se sont infiltrés en Irak et qui sont soutenus par les Etats-Unis et leurs alliés régionaux, ont créé des troubles violentes en Irak et une nouvelle vague d’attentats. »

Il ne faut donc s’attendre à aucune action d’envergure de la part des Etats-Unis ou de la France. Les dernières déclarations vont dans ce sens : on ne les bombardera que s’ils s’approchent trop de Erbil et comme ils ne s’en approcheront pas, ils ne seront pas inquiétés. Jusqu’à présent ils se sont contentés de larguer des vivres et de bombarder 2 positions d’artillerie à proximité d’Erbil…soit un peu moins que les tonnes de bombes sur Gaza. Et surtout, ça permet de faire quelques titres de journaux et de laisser l’illusion d’une très grande inquiétude…

Les gesticulations de Fabius ne servent qu’à créer l’illusion comme le suggère Chauprade dans la déclaration du Front National : « il est pour le moins étonnant de voir aujourd’hui Mr Fabius se contenter de superviser l’envoi de colis humanitaires aux Chrétiens et Yazidis lesquels subissent les conséquences apocalytiques de ses erreurs stratégiques ! ».

Les Djihadistes à l’œuvre agissent avec la volonté de choquer au maximum (ils y réussissent plutôt bien) pour provoquer les conditions favorables à un changement. L’objectif n’est pas tant de massacrer des chrétiens mais de les déplacer. Pour cela, en terroriser quelques uns facilite le départ… On peut également imaginer une opération destinée à précipiter la création d’un État kurde !

Voir cette courte vidéo 4’http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2014/08/letat-islamique-en-irak.html
Il s’agit b  de dénoncer des exécutions de masse… En fait  à partir de la 3e minute tous les exécutés – bien couchés en rang d’oignon… tressautent de la même manière au coup de grâce ! Quant à ceux exécutés, fin de la vidéo,  à la queue leuleu sur le ponton avant d’être jetés à l’eau, visiblement l’exécuteur tire à côté de la tête ! Une mise en scène ?


Vues du Jabal/djebel Sinjâr  illustrant une chanson célébrant cette région et la religion yézidie – le culte du grand Paon !

http://www.youtube.com/watch?v=cLizZ30OarE

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,