Aller à…
RSS Feed

20 octobre 2020

Le petit journal de Karim


ET LA PALESTINE GAZA ISRAËL A SA PERTE!- (9)

aoû 23 2014
Gaza: Just Imagine!

Date : 21 août 2014 14:47
Objet : : Quenelle sauce mafé

C’est quoi la « finesse » ?! J’ai connu des gens au langage très raffiné et élégant et à la pensée lourde, convenue et finalement petite et vulgaire…
J’en ai connu d’autres au langage direct, obscène et provocateur mais qui sont des « humains » vrais….des visionnaires quant à l’UNITÉ de cette humanité…

https://www.youtube.com/watch?v=XyU7hWwBDlk

Date : 22 août 2014
Objet : Faire déguerpir les colons et vider les colonies

Salam, Bonjour, Hello, Ciao, Ola, Goedendag, Hej
Palestine – 22 août 2014

Faire déguerpir les colons et vider les colonies

Par Fadwa Nassar

Avant 1948, les villages et villes situés à proximité de la bande de Gaza s’appelaient Beer Saba’, Najd, Semsem, ‘Asqalan, Majdal, Joulos, Asdud, Falouja, Joura, Barbara, Herbiya… En 1948, les envahisseurs sionistes et leurs bandes armées commettent des massacres et expulsent les survivants palestiniens vers la bande de Gaza ou la région d’al-Khalil.

Faire déguerpir les colons et vider les colonies

http://www.ism-france.org/analyses/Faire-deguerpir-les-colons-et-vider-les-colonies-article-19142

Date : 23 août 2014
Objet : GUERRE A GAZA. Israël en danger: Les Palestiniens font un pas vers la CPI grâce au Hamas
by Allain Jules

 

Le Hamas a signé la proposition du président Mahmoud Abbas ouvrant la voie à une demande d’adhésion des Palestiniens à la Cour pénale internationale, devant laquelle ils pourraient poursuivre Israël, a annoncé le numéro deux du mouvement islamiste.Lire la suite

Date : 21 août 2014

Objet : Israël : opposé à la guerre, le journaliste de « Haaretz »

Gideon Levy est accusé de traîtrise

Par Jeune Afrique 18/08/2014 à 09:43

En Israël, les personnalités anti-guerre comme Gideon Levy, journaliste du quotidien « Haaretz », peinent à mobiliser les foules. Nageant à contre-courant d’une opinion majoritairement favorable à l’opération Bordure protectrice, elles sont souvent agressées et taxées de traîtrise.
Quand la plume du quotidien israélien de gauche Haaretz, Gideon Levy, a accusé dans un texte au vitriol publié mi-juillet les pilotes israéliens de « perpétrer les gestes les plus cruels » dans la bande de Gaza, il ne s’est pas fait que des amis.
Propulsé symbole de l’opposition à l’opération « Bordure protectrice », lancée début juillet dans la bande de Gaza par l’armée israélienne, il est même devenu le « traître » par excellence.
La réaction a été immédiate : des lecteurs ont annulé leur abonnement au quotidien ; un des ténors de la coalition de droite au pouvoir, Yaris Levin, a menacé de le poursuivre pour « traîtrise » ; des gens l’insultent dans la rue. Par prudence, la rédaction du journal Haaretz lui a attribué des gardes du corps.
Connu pour son attachement à la cause palestinienne, son verbe acéré et son visage carré au teint halé, Gideon Levy avait déjà suscité la polémique lors de l’opération « Plomb durci », fin 2008, début 2009, en signant un texte acerbe sur l’armée israélienne, mais les réactions n’avaient pas été aussi virulentes.
Cela fait sept ans que ce gouvernement israélien d’extrême droite incite au racisme, dit-il.
« Je n’ai jamais fait face à des réactions aussi agressives, jamais », confie-t-il dans son bureau exigu au premier étage de la rédaction du quotidien, à Tel-Aviv, lieu de rencontre discret, privilégié aux cafés où il craint encore de se faire insulter par de simples citoyens ou des soldats.
Un vaste appui de la société israélienne à la guerre contre Gaza
L’opinion publique israélienne a appuyé en grande majorité la dernière guerre. Un sondage de l’Institut démocratique d’Israël, un centre de recherche indépendant, chiffrait récemment à 95% son soutien chez les Juifs, largement majoritaires au pays.
« Cela fait sept ans que ce gouvernement israélien d’extrême droite incite au racisme à coup de loi antidémocratique, de déshumanisation des Palestiniens dans les médias. Alors en temps de guerre, cela atteint un pic », commente Gideon Levy.
D’après lui, « tout le monde se fout éperdument de la souffrance à Gaza. Plus encore, si vous osez exprimer de l’empathie, vous êtes un traître », juge-t-il, amer devant l’attitude des Israéliens. Gideon Levy est toutefois reconnaissant à l’égard de certains lecteurs et la direction de son journal, qui l’a soutenu dans cette épreuve, plutôt que de lui retirer sa chronique. « J’ai eu beaucoup de soutien à l’étranger, en Europe, aux États-Unis, au Pakistan, à travers le monde, mais en Israël moins », dit-il.
Au cours des dernières semaines, des manifestations critiques de l’opération militaire dans la bande de Gaza ont réuni au grand maximum quelques milliers de manifestants en Israël mais ont été émaillées par des affrontements
Samedi dernier, avant la trêve, sur la place Rabin, au cœur de Tel-Aviv, ils étaient environ une centaine à braver l’interdiction de manifester décrétée ce jour-là par les autorités qui craignaient de voir des roquettes du Hamas pleuvoir sur la métropole israélienne.
La vie a repris son cours en Israël
Des défenseurs de l’opération militaire ont invectivé les manifestants, avant de défiler eux-mêmes sur la place Rabin sous la supervision étroite de la police qui a réussi à faire une zone tampon entre les deux groupes aux positions antinomiques.
Pendant les premières semaines des affrontements entre le Hamas palestinien et l’armée israélienne, les sirènes d’alerte retentissaient presque quotidiennement sur Tel-Aviv, située à environ 90 kilomètres de l’enclave palestinienne. Et la mort au combat de 64 soldats israéliens a suscité une vague de solidarité en Israël.
Mais la vie a depuis repris un cours presque normal. « C’est la guerre », ironise ainsi un serveur dans un bar écrasant dans un verre du citron vert, de la menthe et des glaçons de rhum servis aux oiseaux de nuit.
Durant la journée, sur la plage, jeunes femmes et jeunes hommes bronzés s’observent en coin et se mêlent sous le fracas des vagues contre des rochers. « La vie continue. Personne ne se soucie du prix payé de l’autre côté. Personne ne se soucie de la destruction et des meurtres à Gaza », explique Gideon Levy.
(Avec AFP)

Lire l’article sur Jeuneafrique.com : Israël | Israël : opposé à la guerre, le journaliste de « Haaretz » Gideon Levy est accusé de traîtrise | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique
Follow us: @jeune_afrique on Twitter | jeuneafrique1 on Facebook

****************

Date : 21 août 2014
Objet : Inforelais 20082014 : La camarade Jarrar objet d’une ordonnance d’expulsion à Jéricho par les forces d’occupation sionistes

Traduction d’un article paru sur le site du FPLP mercredi 20 août 2014

http://pflp.ps/english

La camarade Jarrar objet d’une ordonnance d’expulsion à Jéricho par les forces d’occupation sionistes

20 août 2014

 

La maison de Ramallah de la camarade Khalida Jarrar, dirigeante du Front Populaire pour la Libération de la Palestine, avocate de longue date des prisonniers politiques palestiniens et membre du Conseil Législatif Palestinien, a été attaquée par des soldats de l’occupation mercredi matin, 20 août, où il lui a été remise une « ordonnance de surveillance spéciale » ordonnant son transfert forcé à Jéricho dans les 24 heures.

L’ordonnance avait été rendue par un tribunal militaire d’occupation et les soldats d’occupation ont tenté de contraindre Jarrar à signer le document, qui était écrit en hébreu et lu à haute voix en arabe, affirmant que le tribunal militaire d’occupation avait ordonné son transfert forcé à Jéricho à cause des services de renseignement sionistes, ainsi qu’une carte des limites de la ville de Jéricho.

Jarrar a déclaré que l’occupation sioniste commet des crimes continus contre notre peuple, le meurtre d’enfants, de femmes, d’ hommes et de vieillards dans la Bande de Gaza, la nouvelle série des démolitions ordonnées par militaires en Cisjordanie, l’augmentation massive du nombre de détenus administratifs dans les prisons, et ces ordres de transfert forcé et de « surveillance particulière » indiquent que l’occupation veut supprimer la voix du peuple contre le peuple et le soutien à la résistance palestinienne. Toutefois, a-t’elle dit,  l’occupant pas d’autre choix que d’adhérer aux termes du peuple palestinien et aux exigences de la résistance.

Un sit-in de solidarité est prévu à la maison de Jarrar à Ramallah à 18h00, mercredi 20 août. Le Bloc Abu Ali Mustafa au Conseil législatif palestinien a publié une déclaration à l’appui de Jarrar, saluant son refus de « l’ordre illégal, inhumain et injuste des forces de l’agression sioniste ».

Nous, du bloc parlementaire Abu Ali Mustafa, condamnons l’agression sioniste contre les droits et la liberté de notre collègue Khalida et contre nos droits nationaux, et nous mettons l’accent sur les points suivants :

Premièrement, ce crime fait partie de l’agression sioniste d’ensemble contre notre peuple : le bombardement et la destruction des maisons au-dessus des têtes de notre peuple de la Bande de Gaza, les tirs à balles réelles et à balles en caoutchouc avec enduits métalliques sur notre peuple à Jérusalem et dans toute la Cisjordanie et la chasse aux symboles de notre peuple et des personnalités de la direction et à ses représentants sous toutes les formes de persécution et d’agression.

Deuxièmement, nous sommes avec notre collègue Khalida Jarrar dans le rejet de cet ordre des forces sionistes, et nous nous réservons le droit de pratiquer toutes les formes d’action et de résistance pour rejeter cette action.

Troisièmement, nous serons aux côtés de notre collègue, la membre du Parlement Khalida Jarrar et nous continuerons à porter la bannière de notre nation, de notre peuple, et de nos nationaux et humanitaires, et nous ne seront pas dissuadés ni intimidés par tous les crimes et l’agression de l’ennemi. Nous assurons à notre peuple que nous resterons fidèles au peuple, à ses sacrifices et à notre cause nationale et nous exercerons notre lutte pour réaliser la liberté pour notre peuple, à tout moment et en tous lieux.

———- Forwarded message ———-
From: Free Ahmad Sa’adat <[email protected]>
Date: 2014-08-23
Subject:  Take Action: Palestinian legislator Khalida Jarrar expelled to Jericho by occupation forces

Take action! Khalida Jarrar, Palestinian leftist lawmaker and Ahmad Sa’adat’s colleague in the Abu Ali Mustafa Bloc, has been ordered forcibly displaced by occupation forces. Join the solidarity campaign!
View this email in your browser
  • Find us on Facebook
  • Follow us on Twitter
  • Help support the campaign – make a donation! click here
Take Action to support Khalida Jarrar:
1. Click here: Send a message to the Israeli Occupation Forces and demand they cancel the “special supervision order” imposed upon Khalida Jarrar. It is important that the occupation learns that Khalida has supporters around the world who will not be silent in the face of this injustice.
3. Contact your Member of Parliament, Representative, or Member of European Parliament. The attack on Khalida is an attack on Palestinian parliamentary legitimacy and political expression. Parliamentarians have a responsibility to pressure Israel to cancel this order.
4. Use the Campaign Resources to inform your community, parliamentarians and others about Khalida’s case.
5. Protest at the Israeli consulate or embassy for Khalida Jarrar. Bring posters and flyers to your next community protest in solidarity with Palestinians in Gaza about Khalida’s case. Hold a community event or discussion, or include Khalida’s case in your next event about Palestine and social justice.
6. Boycott, Divest and Sanction. Hold Israel accountable for its violations of international law. Don’t buy Israeli goods, and campaign to end investments in corporations that profit from the occupation. Learn more at bdsmovement.net.
Learn more about Ahmad Sa’adat – biographical timeline
Learn More

Learn more about Ahmad Sa’adat in his own words: statements and comments by Ahmad Sa’adat
click here

Share
Tweet
Forward
+1
More Resources:

The Campaign to Free Ahmad Sa’adat strongly endorses the following campaign. On Wednesday, August 20, Khalida Jarrar, member of the Palestinian Legislative Council – and Ahmad Sa’adat’s colleague in the Abu Ali Mustafa Bloc – was raided in her Ramallah home by occupation soldiers. She was issued a military order of expulsion to Jericho. Khalida has refused, and is engaged in a daily protest sit-in outside the PLC building in Ramallah. Please take action to support Khalida! 
Stand with Khalida. Stand with Justice. Stand with Palestine.

Khalida Jarrar, member of the Palestinian Legislative Council, leader in the Popular Front for the Liberation of Palestine, and longtime advocate for Palestinian political prisoners, was given an internal expulsion order by Israeli occupation soldiers who invaded her Ramallah home at 1:30 am on August 20, 2014 ordering her expelled from Ramallah to Jericho within 24 hours. Click here to take action and stand with Khalida!
Approximately 50 soldiers surrounded Jarrar’s home, delivering the “Special Supervision Order” that ordered her to Jericho within 24 hours, and to stay within the city limits of that city for an initial period of six months. The Order (unofficial translation here) comes from an Israeli military court, is based on secret evidence and offers nothing more than allusions to “intelligence information” to justify this forced expulsion and transfer.
Jarrar refused to sign the expulsion order, saying “you, the occupation, are killing our Palestinian people. You practice mass arests, demolish homes, kidnap people from their homes and deport them. It is you who must leave our home.” She has moved to stay in a “protest tent” outside the legislative council building in Ramallah. She announced that she is going to stay and continue her work from there until the decision is revoked.
Legacies of Expulsion
From the expulsion of over 750,000 Palestinians from their homeland in 1948 – including Khalida Jarrar’s family – and the denial of their right to return for over 66 years; to the deportation and attempted deportation of Palestinian mayors outside Palestine; to the stripping of the Jerusalem ID’s of elected PLC members Mohammad Abu Tir, Ahmad Atoun, Mohammed Totah and Khaled Abu Arafah; to this expulsion order, there is a long line of Israeli attempts to threaten Palestinian life through displacement and expulsion.
Who is Khalida Jarrar
Jarrar is a long-time Palestinian political prisoners’ advocate, former executive director of Addameer Prisoner Support and Human Rights Association and a member of its board; she chairs the Prisoners’ Committee of the Palestinian Legislative Council. She is also active in the Palestinian women’s movement, a feminist and prominent voice for the defense and expansion of women’s rights.
Jarrar has been a visible and prominent participant in the West Bank demonstrations in support of Palestinians in Gaza, denouncing the occupation military’s killing of over 2,000 Palestinians.
Since 1998, she has been forbidden to travel outside occupied Palestine; when she needed medical treatment in Jordan in 2010, she struggled for months in a public campaign before finally receiving her treatment.
Violations of International Law
The forced transfer of Khalida Jarrar violates international law and the Fourth Geneva Convention, which prohibits so-called “assigned residence” unless it is “absolutely necessary” and forbids forced collective or individual transfer of protected persons from one area of occupied territory to another. The military order for Jarrar’s forced expulsion contains only vaguely worded references to “intelligence information” and “protecting the security of the region.”
Security Coordination
The invasion of Jarrar’s home and the delivery of the expulsion “special supervision order” took place within so-called “Area A,” allegedly under the complete security control of the Palestinian Authority under the Oslo Agreements.
Despite this, Israeli occupying forces were allowed to enter Ramallah and invade Jarrar’s home; as Addameer notes, “the so-called ‘security co-ordination’ between Palestinian Authority security forces and Israeli occupying forces allowed for the expulsion of an elected representative of the Palestinian people, an elected representative who has continuously called for an end to such ‘coordination.’”
Copyright © 2014 Free Ahmad Sa’adat Campaign, All rights reserved.
You are receiving this because you signed up to receive emails from the Campaign to Free Ahmad Sa’adat.

Our mailing address is:

Free Ahmad Sa’adat Campaign

Mar Elias

Beirut1105

Lebanon

Add us to your address book

unsubscribe from this list    update subscription preferences

Email Marketing Powered by MailChimp


———- Message transféré ———-
De : AFPS Contacts <[email protected]>
Date : 20 août 2014
Objet : [palestine] Halte au massacre à Gaza

 
Halte au massacre à Gaza
 
Israël vient de violer la trêve. Les manifestations sont plus que nécessaires tandis que ses frappes criminelles s’abattent sur Gaza. Ces frappes reçoivent les encouragements des Etats-Unis d’Obama. Ce n’est pas tolérable ! Les initiatives régionales de soutien au peuple palestinien doivent se poursuivre et se multiplier ! Le peuple du Nord-pas de Calais est aux côtés du peuple palestinien.
Une prochaine manifestation se tient à Lille dimanche 24 août
au départ du métro Wazemmes à 11 h.
 
La complicité de la France se poursuit. Laurent Fabius se refuse toujours à la levée du blocus de Gaza, qu’il veut simplement alléger. Ce n’est guère tolérable : à commencer par le peuple de Gaza qui serait maintenu dans une « prison à ciel ouvert». Ce ne l’est pas plus au regard du droit : ce blocus est illégal, comme la France ne cesse de l’affirmer.
La première exigence portée dans la rue, avec l’arrêt des frappes criminelles sur Gaza, sera la levée du blocus. Mais il est nécessaire de se donner les moyens d’interdire toute poursuite de l’entreprise criminelle israélienne. Des sanctions contre Israël sont nécessaires, qui doit être traduit devant la CPI. L’impunité doit cesser : elle un encouragement au crime.
Cette mobilisation pour les sanctions contre Israël est à lier à celle pour le boycott et le désinvestissement. Une campagne BDS de masse contre Israël est à mener dès maintenant.
L’AFPS Nord-Pas de Calais, en liaison étroite avec Palmed-Europe, poursuit le travail d’urgence pour le secours médical. En réponse aux appels qu’elle reçoit de Gaza, elle est consciente qu’un effort exceptionnel sera nécessaire pour la reconstruction.
La toute urgence aujourd’hui est de stopper les frappes criminelles et de lever le blocus. C’est ce à quoi l’AFPS Nord-Pas de Calais s’emploie dès maintenant, dans l’unité avec des équipes militantes qui ont besoin d’être renforcées.
AFPS Nord-Pas de Calais
Lille le 20 août 2014
 
Halte au massacre à Gaza
Israël vient de rompre la trêve et reprendre ses frappes criminelles sur Gaza.
Le déluge de feu qui s’abat depuis plus d’un mois sur Gaza se poursuit : plus de 2000 morts, 10 000 blessés. Des milliers de destructions : hôpitaux, maternités, écoles, universités, églises, mosquées, marchés, immeubles et maisons d’habitation ont été victimes de la rage destructrice qui a touché centrale électrique et alimentation en eau. Des milliers de personnes sont déplacées, sans toit. La volonté d’effacer les Palestiniens à Gaza est manifeste tout comme la volonté d’effacer toute résistance en Palestine.
 
A Gaza, comme dans toute la Palestine, le peuple palestinien existe et résiste. Les dirigeants occidentaux doivent cesser leur appui à l’ordre colonial israélien. Obama doit cesser d’appuyer Israël à qui Hollande a délivré le 9 juillet 2014 un permis de tuer. Le Président ne peut pas, aujourd’hui, devant la formidable mobilisation populaire de soutien au peuple palestinien, se contenter d’une tardive contrition médiatique. Ce sont des actes concrets qui sont exigés.
 
La France doit exiger la levée immédiate du blocus de Gaza, illégal et criminel, et ne
pas se contenter d’un « allègement».
Elle doit exiger la traduction d’Israël devant la Cour Pénale Internationale.
Elle doit exiger la suspension de l’accord Union Européenne/Israël
 
Exigeons :
 
L’arrêt immédiat du blocus de Gaza
L’arrêt de toute menace israélienne de bombardements
L’arrêt de toute coopération militaire avec Israël et l’embargo sur les armes
La suspension immédiate de l’accord d’association Europe/Israël de 2002
L’interdiction des investissements dans les colonies israéliennes
La libération de tous les prisonniers palestiniens
La traduction d’Israel devant la Cour Pénale Internationale
Exigeons l’application des droits nationaux du peuple palestinien
 
MANIFESTATION à LILLE
Dimanche 24 août 2014 à 11 h
Rassemblement métro Wazemmes
Premiers signataires : AFPS Nord-Pas de Calais, Communauté palestinienne du Nord, MRAP, Union syndicale Solidaires, CSP 59, collectif Afrique, PCF, UJCF, Coordination communiste, …
Lens1.jpg
Rassemblement le 15 aout à Lens
 
Gaza : aide médicale d’urgence aux victimes
La barbarie israélienne qui continue de s’abattre sur Gaza aura des conséquences peut être irréversibles sur le plan de la santé physique, mentale et psychologique des victimes, notamment les enfants. La priorité pour l’heure est médicale. Les besoins en équipes médicales, médicaments et matériel sont colossaux. Pour faire face à l’urgence sont nécessaires : antibiothiques, compresses, gants, seringues.
L’AFPS Nord-Pas de Calais apporte sa contribution à l’effort de solidarité aux côtés de l’Association Palmed-Europe qui rassemble les médecins palestiniens en Europe. Elle a déjà contribué à hauteur de 5000 euros, fruit des collectes dans les manifestations et des dons reçus au siège. D’autres dons sont arrivés et l’effort se poursuit.
1 Le plus pratique est le don en chèque à l’ordre de l’AFPS Nord-Pas de Calais et envoyé au siège : MRES, 23 rue Gosselet  59000 LILLE ou remis à un(e) responsable. Il est aussi le plus rapide car il permet aux équipes médicales qui partent à Gaza d’acheter les médicaments sur place.
2 Des collectes de médicaments (et uniquement de médicaments) sont encore possibles. Sur la base de ce qui a été déjà recueilli deux points de départs sont fixés pour un convoi qui part en direction de Gaza : Douai et Villeneuve d’Ascq. Le convoi se met en route assez vite. Les dates et lieux de rendez-vous seront affichés sur le site : www.nord-palestine.org
AFPS Nord-Pas de Calais
Lille le 20 août 2014
Lens 2.jpg
Manifestation le 15 aout à Lens
Samedi 23 aout, de 22h à 2h30, « Le Comédia » 151 rue Solférino à Lille :
Event musical DJ’s « Sounds for Palestine » avec Becri et Krakken Nation >>
organisé par l’Urba Street Project au profit de l’AFPS 59/62
Dimanche 24 aout, à 11h, au métro Wazemmes à Lille :
Manifestation en soutien au peuple palestinien >>
organisée par l’AFPS 59/62 et la Communauté Palestinienne du Nord
Samedi 30 aout,à 10h30, à la MRES deLille:
Réunion du Conseilde l’AFPS 59/62
Samedi 30 aout, au Mont de Terre à Fives-Lille :
Tournoi de footballorganisé par leSpartak Lillois>>
avec un village associatif etstand AFPS 59/62
Samedi 30 aout, à 14h30, rue d’Artois à Maubeuge:
Manifestation«Solidarité avec le peuple palestinien»
organisée par le  Collectif des habitants de Maubeuge et de la Sambre-Avesnois « Les enfants de Gaza »
avec le soutien dePlace Publique, PCF, AFPS59/62
Samedi 6 et dimanche 7 septembre à Lille :
Braderie  avec stand AFPS 59/62 (Porte de Paris, emplacement 30)
Samedi à 10h30 : rendez-vous au stand pour les « 10 kilomètres  pour la Palestine » >>

Ce mail a été tronqué.

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,