Aller à…
RSS Feed

22 octobre 2020

Comment les barbares de l’Etat islamique agissent en Syrie


Par Silvia Cattori.

Quand jugera-t-on les responsables politiques qui ont soutenu les groupes terroristes en Syrie en sachant, comme cela avait été annoncé par le gouvernement Assad, qu’ils mettraient le feu à toute la région ?

Jihad_in_Syria

Terroristes de l’EIIL paradant dans les rues de Racca, le 14 janvier. PHOTO AP

Alors que les exactions commises depuis 2011 par les divers groupes terroristes en Syrie – exactions terrifiantes filmées et diffusées sur Internet – n’ont jamais inquiété  le gouvernement français quand les mercenaires de l’EIIL envahissaient la Syrie pour le grand malheur de sa population, celui-ci  se montre maintenant très préoccupé de la progression de l’EIIL en Irak. Pourquoi ce deux poids deux mesures ?

Fabius, à la suite de son ami BHL, clamait « Bachar doit partir« 

Nous, simples témoins, le disions, le dénoncions dès 2011. Si le chaos et la destruction de l’Etat syrien servaient les intérêts stratégiques d’Israël et de la France, cela ne servait nullement les intérêts des peuples de la région.

Avoir voulu renverser le gouvernement syrien, que son peuple en sa grande majorité soutient, pour installer à sa place des groupes terroristes, est un crime. Un crime impardonnable.

Nous ne pouvons pas oublier de quelle manière dégradante et biaisée le gouvernement de Damas et l’armée régulière syrienne ont été traités depuis 2011, par les puissances de l’OTAN et par les rédactions occidentales, pour leur action contre les groupes de terroristes qui mettaient leur pays à feu et à sang.

Nous ne pouvons pas oublier comment Bachar Al-Assad a été criminalisé, menacé d’intervention militaire, accusé de « crimes de guerre » et « de crimes contre l’humanité », alors que son armée combattait au prix de nombreuses pertes ces mêmes djihadistes extrémistes qui, dés le début des troubles, égorgeaient et décapitaient les Syriens qui lui étaient fidèles (djihadistes que l’Occident combat actuellement en Irak).

Reportage au cœur de l’Etat islamique à Racca, une ville tombée aux mains des djihadistes 

Medyan Dairieh

L’extrait du reportage sur l’Etat islamique ci-dessous, (commenté par  France 2), réalisé (pour le site américain VICE NEWS)  par le journaliste palestinien Medyan Dairieh durant les trois semaines qu’il a passées aux côtés des djihadistes à Racca, montre que ce n’est pas du tout la « démocratie » que les groupes d’opposition à Damas – armés  jusqu’à tout récemment par des puissances extérieures – mettaient en place.

Nous savions tout cela.

Dès 2011 nous dénoncions la propagande des autorités françaises et la désinformation de la presse occidentale. Tout cela sort enfin. Mais le mal est fait. Et cela est gravissime pour les peuples de la région.

On peut voir ci-dessous l’intégralité du reportage de VICE NEWS ; tout en sachant que la  position du journaliste qui l’a réalisé n’est pas claire et qu’elle peut servir la propagande de l’Etat islamique. [Silvia Cattori]

*****

VIDEO VICE NEWS

 

VICE NEWS a découpé le reportage de Medyan Dairieh en cinq épisodes.

Premier épisode

 

 

 

 

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,