Aller à…
RSS Feed

28 novembre 2020

La présidente argentine fonce à l’ONU, et déjoue la conspiration sioniste


La présidente argentine fonce à l’ONU, et déjoue la conspiration sioniste

18 juillet 1994, une explosion détruit le bâtiment du centre communautaire juif AMIA. On remarque que les façades, sur le trottoir d’en face, n’ont pas subi de dégâts comparables. Pourtant, d’après la version officielle, ce serait une voiture piégée conduite par un kamikaze du Hezbollah…

L’Argentine est victime d’un individu nommé Paul Singer, qui, depuis les USA, fait tout pour ruiner l’Argentine, avec l’outil « légal » des fonds vautour (très bien vu dans son monde, voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Singer_(homme_d’affaires).
Or c’est le même individu qui fait tout pour bloquer la commission d’enquête conjointe Iran Argentine sur l’attaque terroriste contre AMIA, à Buenos Aires, en 1994. La présidente est personnellement menacée par l’Isis Daesch, de même que le pape François. Jusqu’à l’apparition des doucments ci-dessous, on ne trouvait sur le net que les protestations juives contre la présidente rebelle!

Si pour certains, les choses ne sont pas encore claires, voir le documentaire AMIA REPETITA, sous titré en français, sur https://www.youtube.com/watch?v=YfI5pcXAbaE

Ci-dessous, les principaux apports français récents à ce dossier:

Communiqué du Parti Antisioniste:

Les grandes chaines de télévision internationales ont suspendu la diffusion en direct et stoppé la traduction du discours de la présidente d’Argentine prononcé à l’Assemblée générale des Nations unies à New-York, le 24 septembre 2014.

Voici les points principaux du discours de la présidente de la Nation argentine, Cristina Fernandez de Kirchner.

Vidéo de la séquence extraordinaire, sous-titré en français, ici: https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=rjlV2ihCUow#t=0

« 
Nous nous sommes réunis, il y a un an, quand vous avez qualifié de terroriste, le régime du président syrien Bachar al-Assad, et soutenu les rebelles [en Syrie, ndlr], que vous avez qualifié de révolutionnaires.
 Aujourd’hui, nous nous réunissons pour éradiquer ces révolutionnaires qui s’avèrent être des terroristes !

Vous avez, par le passé, inscrit le Hezbollah [parti de la Résistance libanais, ndlr] sur la liste des organisations terroristes alors qu’il est un grand parti reconnu au Liban !

Vous avez accusé l’Iran d’être derrière l’explosion ayant visé l’ambassade israélienne à Buenos Aires en 1994, alors les enquêtes argentines ne sont pas parvenues à prouver l’implication de l’Iran !

Vous avez adopté une résolution contre al-Qaïda après les attentats du 11 septembre. Des pays comme l’Irak et l’Afghanistan ont été profanés et leurs habitants, tués sous ce motif, alors que ces deux pays souffrent toujours du terrorisme !

Après la guerre israélienne contre Gaza, il s’est avéré qu’Israël avait commis un désastre horrible et causé la mort d’un grand nombre de civils palestiniens. Mais vous ne vous intéressez qu’aux roquettes qui se sont abattues sur Israël et qui n’ont causé ni dommage, ni perte humaine !

Nous nous réunissons aujourd’hui pour adopter une résolution internationale incriminant et luttant contre « l’Etat islamique », alors que cette organisation jouit du soutien de pays connus, alliés de grands Etats membres du Conseil de sécurité de l’ONU !

Le Parti Anti Sioniste félicite la présidente d’Argentine, Cristina Fernandez de Kirchner, pour son courage et ses propos empreints de vérité. Il a un profond respect pour ces hommes et ces femmes épris de justice et qui sont déterminés à dénoncer et à condamner les crimes commis par l’entité sioniste et ses alliés.

Le Parti Anti Sioniste salue le courage de condamne la censure subie par la présidente argentine qui montre, une fois de plus, la mainmise du sionisme au plus haut niveau.

Parti Anti Sioniste

© http://www.partiantisioniste.com/communications/2061

***
Le communiqué de « stopmensonges »:

Le discours de la présidente a été censuré en direct à l’ONU! Ici la traduction des phrases essentielles, et la vidéo complète, sous titrée en anglais:

http://stopmensonges.com/le-discours-de-la-presidente-de-largentine-a-ete-censure-aux-nations-unis/

Voir particulièrement le passage entre 19′ et 25′.

***

Le commentaire de Réseau International:

« Washington est en train de planifier mon assassinat » (Christina Kirchner)

Le plus curieux, c’est que certains médias commentent la déclaration de Christina Kirchner comme s’il s’agissait d’une paranoïa qui n’a absolument aucun fondement. Pour eux, les ennemis des USA n’ont jamais été destitués ou assassinés, et il n’y a jamais eu aucun sabotage de l’économie d’un pays « hostile » à l’administration américaine. Ils préfèrent traiter la présidente argentine de folle, relayant les arguments de l’opposition financée par les Etats-Unis. D’où vient qu’ils ne prennent pas au sérieux les menaces du DAECH ?

***

Cristina Fernandez de Kirchner a reçu des menaces de Daech (Isil-Isis), à cause de ses liens avec le pape François. Mais ce n’est pas la seule menace qui pèse sur elle. Elle accuse les États-Unis d’être en train de planifier la chute de son gouvernement et d’envisager même son assassinat.

« Si, un jour, il m’arrive quelque chose, ne regardez pas vers le Moyen-Orient, mais vers le Nord, cherchez ce qui se trafique dans les ambassades » a-t-elle déclaré dans un discours prononcé à la télévision nationale.

Le peso est en chute libre et les relations de la présidence avec les États-Unis sont au plancher

« Les États-Unis sont en train de bombarder le Moyen-Orient, et même s’ils ne mènent aucune attaque militaire contre l’Argentine, ils mènent des attaques économiques, pour faire retourner le pays en arrière, au temps où l’Argentine était à genoux et forcée de solliciter des prêts à des taux d’intérêt faramineux », a-t-elle ajouté.
[url]http://reseauinternational.net/washington-en-train-planifier-mon-assassinat-christina-kirchner/
[/url]
Pour plus de détails (en anglais) sur la manière dont l’empire prélève sa livre de chair,

Lire ici…

http://rt.com/news/192468-argentina-kirchner-economy-plot/

***

Argentine: une présidente hezbollahi…!!!

IRIB- Les médias américano-sionistes ont boycotté les propos anti-israéliens de la présidente argentine.
Selon le rapport de ce dimanche de l’agence de presse Mercopress, les médias liés à la Maison Blanche et au régime sioniste ont boycotté les propos de Christina Fernandez. Tout en annonçant, mercredi dernier, à la tribune des Nations Unies, son soutien à un Etat indépendant palestinien, la Présidente argentine, Christina Fernandez, a remis en question l’approche des pays, comme les Etats-Unis, pour soutenir le régime sioniste.
«Le Hezbollah est un grand Parti et il est reconnu, au Liban», a-t-elle affirmé. Christina Fernandez a, également, reconnu Bachar al-Assad, en tant que Président, et son gouvernement, émanant de la volonté du peuple.
« Daesh est soutenu par quelques pays bien connus, ainsi que les alliés de certaines grandes puissances, membres du Conseil de sécurité », a-t-elle précisé, avant de reconnaître que l’explosion de 1994 d’Amia n’avait rien à voir avec l’Iran et que les enquêtes du gouvernement argentin viennent à l’appui de cette affirmation.

***

IRIB- La Présidente argentine, Cristina Fernandez, rejette l’implication de l’Iran, dans l’attentat d’Amia.

le 29 septembre 2014

Dans une partie de son discours, à l’Assemblée générale de l’ONU, la présidente argentine a rappelé qu’elle- même, avec l’ex-Président argentin, Nestor Kirchner, faisaient partie des personnes qui se sont, considérablement, investis, pour essayer de trouver les véritables auteurs de cet attentat. «A l’époque, des pays, dont les Etats-Unis, qualifiaient de terroriste, la RII. Ce qui n’est plus compréhensible, actuellement, ni pour nous, ni pour aucun autre pays, en tenant compte de certains comportements des Etats-Unis», a-t-elle souligné. Mme Fernandez s’est, ainsi, adressée aux responsables israéliens et américains, qui accusaient l’Iran d’implication, dans l’attentat d’Amia, leur annonçant que les enquêtes effectuées par le gouvernement argentin prouvent l’innocence de l’Iran, dans cette affaire.

***

Le commentaire de VEOOZ:

Days after the Argentine president signed a memorandum of understanding with Iran, she came under fire from local Jewish organizations, which criticized her foreign policy and started a new dispute with the government. Iran has repeatedly shown support for the investigation whenever required by the Argentine justice system and according to the former Iranian Foreign Ministry Ali Akbar Salehi the agreement is a key instrument between the two governments in order to find the truth about the attack The AMIA bombings, which took the lives of 85 people and injured hundreds more twenty years ago, could never be properly investigated until the deal with Iran was struck. http://www.veooz.com/news/XHX1VZ7.html

le 3 juillet 2014

***

Faire face à Obama et aux fonds vautours ! par Christine Bierre

IRIB-Après avoir propulsé Vladimir Poutine dans les bras de la Chine, par réaction à sa politique d’encerclement et aux sanctions insensées contre la Russie, voici que Barack Obama, en laissant ses juges réactionnaires prendre le parti des fonds vautours contre l’Argentine, vient de provoquer un rapprochement retentissant entre la République argentine et les BRICS – Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud.

Comme l’explique Jacques Cheminade dans son communiqué, c’est le refus de la Cour suprême des Etats-Unis, le 16 juin, d’examiner l’appel de l’Argentine contre le jugement d’une Cour fédérale de New York, donnant raison à deux fonds vautours contre l’Argentine, qui a mis le feu aux poudres.

Car en condamnant l’Argentine à payer 1,3 milliards de dollars à ces fonds, la justice américaine prend non seulement parti pour une poignée de charognards contre la population d’une nation souveraine, mais elle menace tout l’édifice qui a permis à l’Argentine de se reconstruire péniblement depuis sa faillite retentissante en 2001, et crée un dangereux précédent à l’échelle planétaire. « Je m’y attendais », a déclaré Cristina Kirchner le 16 juin, dénonçant une tentative « d’extorsion ». Il ne s’agit pas là « d’un problème économique ou financier, ni même juridique. » La Cour ne fait que défendre « une forme de domination globale des produits dérivés qui entend mettre les nations à genoux ».

Rappelons que ces fonds vautours achètent la dette souveraine des pays en faillite, au rabais, pour récupérer ensuite à travers des procédures judiciaires l’entièreté de la somme, plus amendes et taxes ! Lorsque la justice américaine condamne l’Argentine à payer 832 millions de dollars au fonds NML Capital, pour des obligations payées par celui-ci 48,7 millions de dollars, celui-ci empoche un joli bénéfice de 1600 % !

C’est pourquoi l’Argentine ne tient pas pour responsable tel petit juge, ni même la Cour suprême des Etats-Unis, mais le Président américain lui-même. Dans une déclaration du 26 juin, elle « met en garde les Etats-Unis sur les conséquences de leurs actes, étant donné leur responsabilité internationale face aux décisions de leur pouvoir judiciaire ». Ce n’est « rien d’autre qu’une manière sophistiquée de tenter de nous faire courber l’échine devant des usuriers mondialisés ».

Les BRICS à la rescousse !

Et c’est bien ce qu’ont compris les BRICS, principaux opposants aux politiques impériales de l’oligarchie anglo-américaine, qui se sont aussitôt portés au secours de l’Argentine. A commencer par Vladimir Poutine, qui a invité sa présidente, Cristina Fernandez de Kirchner, au 6e sommet des BRICS qui aura lieu à Fortaleza, au Brésil, les 15 et 16 juillet, et a annoncé sa visite en Argentine le 12 juillet. Xi-Jinping ensuite, qui se rendra en Argentine le 19 juillet, avec une délégation de 150 hommes d’affaires.

Le 25 juin à New York, ce sont 133 nations du monde, réunies au sein du Groupe de 77 + Chine (78 % de la population mondiale), qui lui ont apporté leur soutien « unanime ». « La cause de l’Argentine est celle du G77 » a déclaré Sacha Llorenti Solis, ambassadeur de Bolivie à l’ONU et actuel président du G 77 + Chine.

Le groupe a envoyé un message au juge, à la Cour suprême ainsi qu’à l’administration Obama, réaffirmant sa position adoptée lors du Sommet du 14 juin en Bolivie, mettant en garde contre les fonds vautours et leur capacité de paralyser les restructurations de la dette souveraine des nations.

Prenant la parole à cette assemblée, Axel Kicillof, le ministre des Finances de l’Argentine, a montré comment la dette étrangère avait été toujours un moyen de piller ses ressources, comme le montre l’emprunt de 570 000 livres auprès de la Barings Bank en 1824, qui n’a apporté aucun développement à l’Argentine, mais lui a coûté 4 millions de livres. Cette « dynamique perverse », obligeant l’Argentine à s’endetter toujours plus pour payer sa dette, a été imposée par la dictature militaire en 1976, conduisant au défaut de 2001. Kicillof a rappelé aussi les mises en garde du Président uruguayen, Jose Mujica, le 21 juillet, contre les prédateurs qui chercheraient à s’emparer des avoirs pétroliers ou autres de l’Argentine pour collecter « leur » dû.

Après l’intervention du ministre, qui a été ovationné, les ambassadeurs se sont levés les uns après les autres pour apporter leur soutien chaleureux à l’Argentine. Parmi eux, l’ambassadeur brésilien Antonio Patriota, qui a qualifié les décisions judiciaires américaines d’« irresponsables et moralement répréhensibles », dénonçant leur impact « destructeur » sur l’Argentine et « systémique sur l’architecture financière internationale ». Pour l’ambassadeur de l’Inde, les décisions américaines sont « graves, non seulement pour l’Argentine, mais pour le système financier international ». Elles sont « un acte de génocide », a ajouté l’ambassadeur cubain Rodolfo Reyes, pour qui « tout sens d’éthique et de capacité morale a été perdu ».

La France est l’un des rares pays avancés à avoir soutenu l’Argentine, en se joignant à une procédure d’Amicus curiae auprès de la Cour suprême des Etats-Unis. Raison de plus pour exiger que François Hollande cesse d’imposer en France ce qu’il combat là-bas !

http://www.christinebierre.fr/tag/argentine/

 

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,