Aller à…
RSS Feed

31 octobre 2020

Ces médecins du 93 au chevet de Gaza


Ces médecins du 93 au chevet de Gaza
Écrit par Stéphanie
Vendredi, 10 Octobre 2014 23:49
Henniche Palestine Israel

Zouhair Lahna, gynécologue à Aubervilliers, est rentré après deux mois passés à soigner les blessés en plein conflit. Said Hadji, pédiatre à Aulnay, vient, lui, d’arriver sur place.

« Ma mère préférerait que je roule en Jaguar et que j’aie une belle clientèle à Casablanca », plaisante le docteur Zouhair Lahna, 48 ans, d’origine marocaine. Au lieu de cela, elle a découvert sur la chaîne Al-Jazira son fils au milieu des ruines de Gaza opérant les blessés à la chaîne. Après cinquante et un jours non-stop dans les blocs opératoires d’Al-Shifa, le plus grand hôpital de Gaza, ce gynécologue est de retour en France. Il n’a pas encore rouvert sa consultation à l’hôpital européen de Paris-la-Roserie, à Aubervilliers. Mais quelque chose a changé depuis son envol éclair vers la Palestine. Certains confrères de confession juive ont refusé de lui serrer la main.

Zouhair Lahna est parti à Gaza sitôt les premières frappes, avec Palmed, une association de médecins palestiniens. Du jour au lendemain, il a fermé son cabinet. In extremis, il a réussi à passer d’Egypte en Palestine. Ensuite, la frontière a été bouclée. Pendant toutes ces semaines, il a travaillé aux côtés de l’équipe de chirurgiens des hôpitaux Al-Shifa à Gaza et Nacer à Khan Younès.

Il est l’un des très rares médecins européens présents tout au long du conflit.

Le gynécologue a envie de s’engager davantage

« Je ne suis pas cassé. Au contraire, je reviens avec l’envie de m’engager davantage dans des actions humanitaires, relate le praticien. Ce choc frontal avec la mort remet les idées en place. » A Gaza, quand il n’est pas au chevet des civils, il tient un journal sur Facebook. « Le déclic s’est produit le 20 juillet, raconte-t-il, lors du bombardement du village de Chajaya. » Une centaine de blessés sont transférés à Al-Shifa. Pourtant rompu aux missions humanitaires depuis quinze ans, le médecin est bouleversé. « Le soir, j’ai eu envie de pleurer. Tous ces gens que je n’ai pas pu sauver ! »

Un ami journaliste lui conseille de raconter son quotidien par écrit. Il rassemble rapidement 4 000 « amis » sur Facebook. C’est ainsi que ses collègues français découvrent qu’il est parti pour Gaza. Zouhair Lahna n’est pas un activiste de la cause palestinienne, il se qualifie plutôt de « médecin engagé et libre ». « La Palestine m’interpelle parce que ce sont des Arabes et des musulmans et je suis arabe et musulman. Mais je suis avant tout un médecin. »

Cette ligne de conduite, il l’a appliquée en France, en oeuvrant à l’hôpital d’Aubervilliers, où 86 % des patients sont bénéficiaires de la CMU (couverture maladie universelle). « Je voulais soigner les populations maghrébines et africaines. Je me sens redevable envers elles. A Aubervilliers, je faisais déjà de l’humanitaire ». Mais après son expérience à Gaza, Zouhair Lahna aspire à repartir. Il veut écrire un livre et créer sa propre ONG (organisation non gouvernementale) au Maroc « pour lutter contre la morbidité maternelle, mon domaine d’expertise. »

Source : Le Parisien

 

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,