Aller à…
RSS Feed

24 novembre 2020

Lettre de Mordechaï Vanunu au Comité du Prix Nobel de la Paix


Mondialisation.ca
Le 5 mars 2009

Lettre de Mordechaï Vanunu
au Comité du Prix Nobel de la Paix

Shimon Peres discrédite le Prix Nobel

Je garde un souvenir émouvant de ce jour de juin 2006 où, dans un couvent de Jérusalem Est, en catimini, j’ai rencontré Mordechaï Vanunu. J’ai admiré le mélange d’audace et de générosité qui émanait du regard bleu intense de ce résistant d’exception, kidnappé par des agents du Mossad à Rome, le 30 septembre 1986, et qui, après avoir passé dix-huit années en prison, continuait de tenir tête à Israël (*). Aujourd’hui, cet homme que rien n’a pu détruire, à qui il est interdit de quitter Jérusalem et de parler à des non-Israéliens, s’adresse au Comité du Prix Nobel de la Paix. Silvia Cattori


Mordechaï Vanunu

Chers membres du Comité du Prix Nobel de la Paix (Oslo),


Je suis Mordechaï Vanunu. J’ai été nominé à plusieurs reprises à la candidature au Prix Nobel de la Paix, également pour le prix de cette année 2009.


Par la présente, je demande au Comité de retirer mon nom de la liste des candidats pour cette année.


Je ne puis en effet figurer sur une liste de lauréats incluant quelqu’un tel que Shimon Peres. Il s’agit de l’homme qui a présidé à toute la politique d’armement nucléaire israélienne.


Peres a créé, puis développé, le centre de production d’armes atomiques de Dimona, en Israël. Exactement comme l’a fait le Dr. Khan au Pakistan, Peres a été l’homme derrière la prolifération d’armes atomiques vers l’Afrique du Sud et d’autres pays. Il a aussi été, par exemple, à l’origine du programme de tests d’armes nucléaires en Afrique du Sud, à partir de 1978.


C’est ce même Peres qui a ordonné que je sois kidnappé à Rome, en Italie, le 30 septembre 1986, et qui a diligenté le procès secret qui m’a condamné pour espionnage et trahison à dix-huit années de prison de haute sécurité, dans un isolement total, en Israël.


Jusqu’à ce jour, il continue à s’opposer à ma liberté et à mon élargissement, cela en dépit du fait que j’ai effectué la totalité de ma condamnation, soit dix-huit ans d’incarcération.


Pour toutes ces raisons, je ne veux pas être nominé et je n’accepterai aucune nomination.


Je dirai « NON » à toute nomination, aussi longtemps que je ne serai pas libre, c’est-à-dire, aussi longtemps que je serai forcé de rester en Israël.


Ce que je revendique est ma liberté et uniquement ma liberté.


Je vous remercie.


Vanunu Mordechaï J.C.

Le 1er mars 2009.

Kidnappé à Rome le 30 septembre 1986.
Après 18 ans dans les prisons israéliennes.
Attendant à Jérusalem-Est d’être libre de quitter Israël.
Email.
[email protected]
http://www.vanunu.com

(*) Voir l’entretien réalisé l’année précédente : « Mordechaï Vanunu : « C’est parce qu’Israël détient la bombe atomique qu’il peut pratiquer sans crainte l’apartheid », par Silvia Cattori, Réseau Voltaire, 14 octobre 2005.

Traduit de l’anglais par JPH

Texte original en anglais :
http://www.vanunu.com/20090301nobel.html

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,