Aller à…
RSS Feed

27 février 2021

L’alliance Russie/Hezbollah donne des sueurs froides aux sionistes !


Solidarité Palestine
Opinion

L’alliance Russie/Hezbollah
donne des sueurs froides aux sionistes !

Yahia Gouasmi

Mikhaïl Bogdanov (G) et Seyyed Hassan Nasrallah
(Beyrouth, 28/04/2013).

Jeudi 1er janvier 2015

L’entité sioniste nourrit de vives inquiétudes quant à l’imminence d’une confrontation avec le Hezbollah libanais, qui serait cette fois, différente des précédentes, par bien des aspects…

Fort d’une inébranlable confiance, le parti de Dieu pourrait, d’après les experts militaires sionistes, prendre cette fois, l’initiative de la guerre en lançant une offensive surprise d’envergure qui l’amènerait à traverser les frontières de la Palestine occupée. L’arsenal balistique du Hezbollah serait fortement présent et plus destructeur, du fait de ses capacités beaucoup plus précises.

Cette crainte est confortée par le rapprochement du parti de la Résistance avec la Russie. En effet, la récente rencontre à Beyrouth (les 5 et 6 décembre 2014), entre le Secrétaire général du parti, Seyyed Hassan Nasrallah et le vice-ministre russe des Affaires Etrangères, Mikhaïl Bogdanov, apparaît comme l’évènement le plus important de ces derniers mois. D’autant plus que les deux hommes s’étaient rencontrés, une première fois, le 28 avril 2013.

La rencontre a porté principalement sur la recherche d’un règlement de la crise syrienne et le Secrétaire général du Hezbollah a probablement rappelé la triple ligne rouge que le plan russe devra prendre en compte : le respect de la souveraineté syrienne, l’intégrité de l’armée nationale et le maintien au pouvoir de Bachar al-Assad, lequel n’a jamais abandonné la Résistance. Cela signifie qu’aucune solution n’est envisageable sans passer par la personne du président syrien.

Cette entrevue a renforcé les liens entre la Russie et le parti libanais, acteur incontournable sur la scène régionale, ce qui le place au centre des intérêts internationaux. Il semble que désormais, la Russie considère le Hezbollah comme faisant partie de son axe. Le diplomate russe Mikhaïl Bogdanov, considéré comme le cerveau du ministère des Affaires étrangères, a mis l’accent sur la nécessité de « renforcer la coopération économique et militaire » dans la région, allant même jusqu’à qualifier le Hezbollah, d’allié naturel de la Russie.

De source israélienne, le régime sioniste se plaint des coopérations entre le Hezbollah et la Russie, en matière de renseignement dans la crise syrienne. Il accuse la Russie d’avoir installé des systèmes d’écoute et d’espionnage à proximité de la frontière israélienne, au sud du Liban et d’avoir transmis des données hautement importantes au Hezbollah ! Ce qui fait frémir l’entité sioniste, c’est l’éventualité d’une livraison d’armes et de missiles sophistiqués, tels les S300 aux combattants du parti.

La Russie et le Hezbollah s’unissent pour affronter leur ennemi commun : le sionisme. Une telle alliance militaire et stratégique changera considérablement l’équilibre des forces dans la région, et placera l’entité sioniste dans une situation de vulnérabilité. Le sionisme a tout simplement négligé l’union sacrée de ses ennemis !

Depuis sa création, le sionisme se prépare au combat ultime pour, pense-t-il, dominer la région et au-delà. C’est tout le contraire qui le guette : sa disparition…

 

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,