Aller à…
RSS Feed

25 novembre 2020

Sauver le climat par la déforestation ? Non merci !


Sauver le climat par la déforestation ? Non merci !

23/01/2015

1,9 million de tonnes d’huile de palme sont incorporées de force chaque année dans les carburants de nos véhicules. Cela représente le déboisement de 7000 km2 de forêt tropicale. Exhortons les décideurs politiques de l’Union européenne à mettre fin à la folie des agrocarburants ! Prochain rendez-vous : printemps 2015.

Photomontage : une forêt tropicale (à gauche) est polluée par les gaz d'échappement d'une automobile (à droite) sur fond de drapeau de l'Union européenneLe « biocarburant » à l’huile de palme : une énergie dite « renouvelable » qui exacerbe la déforestation !

L’Union européenne, qui souhaite préserver le climat avec des carburants respectueux de l’environnement, mise avant tout sur les « biocarburants ». Elle augmente toujours plus leurs taux d’incorporation dans l’essence et le gazole. Sur les 14 millions de tonnes d’agrocarburants incorporés chaque année dans l’UE, 1,9 millions proviennent de l’huile de palme.

Ainsi 700.000 hectares de plantations sont nécessaires pour la consommation annuelle de l’UE en agrocarburants à base d’huile de palme. Bien que les plantations de palmiers à huile détruisent les forêts tropicales d’Asie et l’habitat naturel des orangs-outans, l’UE a décidé de classifier l’huile de palme comme carburant produit de façon « durable ».

Défenseurs de l’environnement, experts en développement et scientifiques alertent depuis longtemps sur l’impact environnemental global et désastreux des « biocarburants ». Même les études commandées par l’UE les accablent : elles démontrent que les carburants à base d’huile de palme, de soja ou de colza sont autant voire plus nocifs que les combustibles fossiles à base de pétrole.

La raison aurait voulu que l’Union européenne mette fin immédiatement à sa politique pro-agrocarburants. Mais les lobbies industriels font pression pour profiter de ce marché coûte que coûte : il en va de 10 milliards d’euros de subventions publiques annuelles pour les « biocarburants » dans l’UE.

Le Parlement européen se réunira au printemps 2015 pour définir les nouveaux taux d’incorporation obligatoires des biocarburants.

Interpellons les responsables européens pour qu’ils mettent enfin un terme à la politique de soutien de l’UE aux agrocarburants !

 

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,