Aller à…
RSS Feed

6 mars 2021

LE BOURRAGE DE CRANE PRO-DAECH OU PRO-CHARLIE REND BETE. MAIS LA REPRESSION CONTRE LES ANTI-CHARLIE REND FOU …


C’EST AUJOURD’HUI EN FRANCE

# LUCMICHEL. NET/

LE BOURRAGE DE CRANE PRO-DAECH OU PRO-CHARLIE REND BETE.

MAIS LA REPRESSION CONTRE LES ANTI-CHARLIE REND FOU …

 

LM avec PCN-SPO et RT/ 2015 01 29/

 

… France: Ahmed, 8 ans, entendu par la police pour « apologie du terrorisme » !

Une école primaire a porté plainte contre un petit garçon (belle mentalité du corps enseignant), qui avait indiqué en classe se sentir « du côté des terroristes ». Son avocat, Me Sefen Guez, a dénoncé avec raison et bon sens sur BFMTV « l’état d’hystérie collective » aujourd’hui en France, qui « amène un gamin de 8 ans à être auditionné par la police » !

 

Au départ de cette histoire, il y a un tweet, rédigé par Me Sefen Guez Guez, un avocat du sud de la France. Le mercredi 28 janvier dernier, un enfant de 8 ans scolarisé en CE2 (troisième primaire) à Nice a été entendu par la police. Motif: au lendemain de l’attentat contre Charlie Hebdo, lors d’une discussion en classe, il aurait tenu des propos de « solidarité » avec les terroristes. « Je suis du côté des terroristes, car je suis contre les caricaturistes du prophète », aurait-il déclaré en réponse à la question du professeur « êtes-vous Charlie? ».

C’est l’instituteur de l’enfant qui a rapporté les faits, ensuite signalés à la police par le directeur de l’école. « On a convoqué l’enfant et son père pour essayer de comprendre comment un garçon de 8 ans peut être amené à tenir des propos aussi radicaux », a expliqué sans rire et sans honte à l’AFP le directeur départemental de la sécurité publique, Marcel Authier. Instituteur délateur contre un enfant et flics : tout çà existait sous un précédent régime disparu en 1945, le IIIe Reich nazi …

Après avoir été entendu 30 minutes, l’enfant a « joué avec des jouets pendant l’audition de son père civilement responsable », rapporte l’AFP. Si les représentants de l’école primaire ne se sont pas encore exprimés sur l’affaire, du côté de la police on précise: « On peut regretter que ça ait pris la forme d’une audition formelle, mais compte tenu de l’importance de ces déclarations et du contexte, il nous a semblé qu’on pouvait aller un petit peu plus loin. »

La nouvelle s’est rapidement répandue sur les réseaux sociaux. Entre consternation et amusement.

L' »apologie d’acte de terrorisme » est punie par la loi en France. La peine encourue peut aller jusqu’à sept ans de prison et 100.000 euros d’amende. Dans le cas présent, concernant un mineur de moins de 10 ans, il n’est bien sûr pas question de sanctions aussi lourdes. Selon le site officiel de l’administration française (lire ici), la sanction pénale imposée à un enfant de moins de 10 ans et doté de discernement consiste « seulement [en] des mesures éducatives ».

Précision : les parents de sont pas de dangereux salafistes. D’après Me Sefen Guez Guez, les parents ont bien expliqué à leur enfant que « le terrorisme, c’est mal ».

 

Commentant les projets de « patriot act européen », j’écrivais que « 1984 c’était demain ». Je me trompais. 1984  c ‘est déjà maintenant. Et le grand visionnaire Orwell s’est simplement trompé d’année : 1984 c’est 2015 …

 

LM

 

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,