Aller à…
RSS Feed

23 juin 2021

mépris systématique du droit internationale par Israël : L’Europe « doit rompre le silence »


  28/01/2015

mépris systématique du droit internationale par Israël : L’Europe « doit rompre le silence »

israel-palestinian-gaza-strip1Le Réseau Euro-méditerranéen pour les droits de l’Homme (REMDH) a appelé les Etats membres de l’Union européenne (UE) à « rompre le silence » face au mépris systématique du droit international par Israël.
« L’UE et ses Etats membres restent silencieux face au mépris systématique du droit international par Israël, ainsi que sur le climat d’impunité qui caractérise le conflit israélo-palestinien », a indiqué le REMDH dans un communiqué avant hier. Le REMDH a déploré « vivement le silence de l’UE sur la question de la lutte contre l’impunité et son opposition implicite à l’adhésion de la Palestine à la CPI », soulignant que « cette situation sape la légitimité des droits de l’Homme fondamentaux et du droit international, alimente le conflit et empêche l’aboutissement à une paix durable ». Le Réseau rappelle également aux Etats membres de l’UE qu’ils sont tenus, en tant qu’Etats parties à la Cour pénale internationale, de coopérer pleinement avec la CPI. « Ils se sont par ailleurs engagés à promouvoir la coopération avec la Cour et à réagir à toute non-coopération effective ou imminente avec la CPI ». Concernant la situation dans la bande de Ghaza, où plus de 2200 personnes ont été tuées l’été dernier, en majorité des civils, dont plus de 554 enfants et au moins 290 femmes, suite à l’agression militaire des forces d’occupation contre cette enclave palestinienne, et ont laissé plus de 1,8 million de Gazaouis dans une situation désastreuse, le REMDH a indiqué qu’au cours de cette agression « plusieurs ONG ont recensé des violations massives du droit humanitaire international (DHI) et du droit international des droits de l’Homme (DIDH), y compris des attaques aveugles contre des civils, un recours disproportionné à la force et des punitions collectives ». « La prise pour cible délibérée de civils et de biens à caractère civil, dont du personnel médical d’urgence, des ambulances, des journalistes, des agents de police, des habitations, des écoles, des établissements de soins de santé, des installations électriques, des infrastructures de distribution d’eau et des égouts », a été dénoncé par le REMDH .

Partager

Plus d’histoires deLibye