Aller à…
RSS Feed

4 mars 2021

Le petit journal de JMV


Riyad

Deuil en décoiffé  – L’allié n’est qu’un simple vassal

http://www.medias-presse.info/desintox-larabie-saoudite-apres-la-mort-du-roi/24539

Victoire de Syriza

http://www.medias-presse.info/desintox-de-quoi-syriza-est-il-la-victoire/24442

Grèce : victoire de Syriza ! Quelle victoire ?
Léon Camus

jeudi 29 janvier 2015

Malgré tout le tapage ayant entouré la victoire sur le fil du parti Syriza, la nouvelle donne politique en Grèce ne devrait pas bouleverser l’Union européenne, l’Europe des cosmopolitistes. Contrairement à ce que l’on pense – sans l’avouer clairement dans les milieux euro-gaullistes, Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen – la vague de fond anti austérité qui en Grèce vient de balayer les hommes du système, n’a pas pour objectif de lutter ni frontalement ni indirectement contre icelui… et encore moins de faire « éclater l’Union » comme d’aucuns l’espèrent ou le souhaitent. À ce titre les envolées lyrique qui parlent de « Printemps des peuples européens » sont assez ridicules voire tout à fait déplacées à l’heure d’une discrète mais authentique dévaluation de l’€ sous couvert de « quantitative easing ». Parce qu’inonder les établissements financiers de liquidités comme le fait actuellement la Banque centrale européenne revient bien à une dévaluation, non ? N’est-ce pas ?

http://www.geopolintel.fr/article913.html

Philippe de Rothschild nous apprend qu’il a fait l’acquisition du journal satirique Charlie Hebdo au mois de décembre 2014  +> Vérifier si l’opération a été finalisée

L’article du Quote (http://www.quotenet.nl/Nieuws/De-Rothschild-s-print-Charlie-Hebdo-We-doubted-whether-we-should-buy-newspaper-Liberation-144350)

QUOTE 13:23 22-01-2015 DOSSIER BIZ <http://www.quotenet.nl/Dossiers/Biz>  | 0 REACTIES <http://www.quotenet.nl/Nieuws/De-Rothschild-s-print-Charlie-Hebdo-We-doubted-whether-we-should-buy-newspaper-Liberation-144350#disqus_thread>

DE ROTHSCHILD’S PRINT CHARLIE HEBDO: ‘WE DOUBTED WHETHER WE SHOULD BUY NEWSPAPER LIBÉRATION

France is on fire after the cowardly attack on Charlie Hebdo, and the spectacular developments afterwards. The newspaper Libération, where next week’s satirical magazine – fortunately – will be produced, has recently fallen in the hands of a descendant of the famous bankers’ dynasty De Rothschild.

But the buying of the newspaper did stir up a serious discussion within the De Rothschild family, reveals Philippe baron de Rothschild in an exclusive interview with Quote, which was published in our January edition.
‘There has been quite some discussion about the takeover of Libération by my uncle Édouard baron de Rothschild’, says Philippe. ‘Some family members wanted to block the purchase, because the medium would make us a political force. We wanted to avoid that at all cost. We have no interest in politics, at least not towards the outside world. In the end, the critics within our family were overruled.’

Apparemment, l’histoire des Rotschild et de Charlie provient d’une mauvaise interprétation de l’article du « Quote » ; plus exactement de traduction tronquée. Il s’agissait en fait du rachat de Libération, lequel héberge Charlie Hebdo. Voir le site http://quenelplus.com/quenel-actu/charlie-hebdo-heberge-par-rothschild.html.

Qui explique que ce faux a été lancé par lui-même d’après un magazine allemand (en fait un « journal internet  participatif » comme l’on dit) et qui dit avoir été piégé. Dans la version originale (du Quote),il semble bien ne pas y avoir de place pour cette ambigüité : un Rothschild a bien acheté Libération et non Charlie.

À cette époque là, mais après ?

Donbass : le ton monte entre Washington et Moscou !

http://www.bvoltaire.fr/jeanmichelvernochet/donbass-le-ton-monte-entre-washington-et-moscou,154713?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=3a7002a8b2-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-3a7002a8b2-30423713&mc_cid=3a7002a8b2&mc_eid=07647d7ef9

Le 21 décembre dernier, l’Ukraine prévoyait de consacrer 5 % de son budget à l’équipement de son armée. Est-ce la meilleure façon d’emprunter le chemin de la paix ?

Ukraine War 23 janv. 2015. A Large Russian column on the move with tanks from Donetsk to Mariupol

https://www.youtube.com/watch?v=GdOTqEmSmG4
27/01/2015

Un accord signé en 1953 avait permis à la RFA d’annuler plus de 60% de sa dette contractée avant et après-guerre. La Grèce était alors un des 21 créanciers de la RFA.

L’élection du nouveau premier ministre en Grèce, Alexis Tsipras, fait grincer des dents en Allemagne. Angela Merkel insiste en effet sur le «respect des engagements de la Grèce» alors que le nouvel homme fort d’Athènes  souhaite, lui, renégocier la dette de son pays. Alexis Tsipras pourrait rappeler à la chancelière qu’au lendemain de la seconde guerre mondiale, les créanciers de l’Allemagne – dont la Grèce faisait partie – avaient accepté d’effacer plus de la moitié de sa dette.

De fait, l’accord de Londres signé le 27 février 1953 a permis à la République fédérale d’effacer plus de la moitié de sa dette d’avant et d’après guerre. Ce jour-là, 21 créanciers de la RFA – dont la Grèce, la France, la plupart des pays européens, la Suisse, les États-Unis, le Canada, l’Iran, l’Afrique du Sud ou la Yougoslavie – décident d’aider l’Allemagne de l’Ouest, alors en situation de défaut de paiement. Les emprunts renégociés concernaient à la fois des obligations issues du traité de Versailles de la première guerre mondiale jamais honorées, des emprunts souscrits par la République de Weimar dont le paiement des intérêts avait été suspendu au début des années 1930 et des emprunts contractés après-guerre auprès des Alliés.

L’accord de Londres permet à la République fédérale de réduire le montant initial de ses créances d’avant et d’après guerre de près de 38 milliards de Deutsche marks – avec les intérêts – à environ 14 milliards, soit une annulation de 62% de sa dette. Un moratoire de 5 ans sur les paiements et un délai de 30 ans pour les rembourser sont également accordés ainsi qu’une réduction des taux d’intérêt. Enfin, la relation entre service de la dette et revenus d’exportations ne doit pas dépasser 5%. En d’autres termes, la RFA ne doit pas consacrer plus d’un vingtième de ses revenus d’exportation au paiement de sa dette. Ainsi, les créanciers autorisent la suspension des paiements en cas de mauvaise conjoncture.

Plusieurs arguments ont plaidé en faveur de ces conditions de remboursement d’une ampleur rare en Europe. Premièrement, l’accord portait sur des dettes contractées avant guerre et donc avant la partition de l’Allemagne en deux. La question de savoir si la seule RFA devait prendre en charge la totalité des dettes allemandes se posa. Le chancelier Konrad Adenauer  <http://plus.lefigaro.fr/tag/konrad-adenauer> a accepté cette option dans le but de restaurer la souveraineté de la RFA et de rétablir sa crédibilité auprès des investisseurs internationaux. Le spectre des lourdes indemnités de réparation imposées par le traité de Versailles de 1919 et la montée du Nazisme planaient en outre sur les négociations. Les États-Unis souhaitaient par ailleurs que la RFA puisse être un rempart contre le bloc communiste.

Le jeune chancelier a également expliqué que des conditions de remboursement trop contraignantes pourraient mettre en péril le «miracle économique» de la jeune République. Un argument qui a convaincu les Alliés qui voulaient pourvoir compter sur un partenaire économique et un client solide.

Une dette de 80 milliards d’euros de l’Allemagne à la Grèce?

Les experts reconnaissent que ces conditions de remboursement exceptionnelles ont favorisé le redressement économique rapide de l’Allemagne. Certains, dont la coalition de la gauche radicale grecque (Syriza) désormais au pouvoir, estiment ainsi que cette remise de dette pourrait servir de modèle à la renégociation de la dette grecque.

Par ailleurs, face à l’insistance de l’Allemagne pour que la Grèce rembourse sa dette, les Grecs ont réveillé un autre souvenir de guerre. En 1941, un montant de 476 millions de reichsmarks – la monnaie allemande de l’époque – avait notamment été directement extorqué à la Grèce par l’Allemagne nazie. En 1946, l’Allemagne avait ainsi été condamnée à payer 7 milliards de dollars à la Grèce à titre de réparation pour l’occupation. Cette dette n’était pas couverte par l’accord de Londres de 1953. Ainsi, en 2012, le député européen Daniel Cohn-Bendit avait estimé que cette créance vaudrait aujourd’hui l’équivalent de 80 milliards d’euros. Jean-Luc Mélenchon, fondateur du Parti de gauche, estime lui que <http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2015/01/26/25002-20150126ARTFIG00131-dette-grecque-jean-luc-melenchon-invoque-l-occupation-allemande.php>  «les Allemands doivent 168 milliards d’euros, à la valeur actuelle, à la Grèce. Pourquoi? Parce que les Allemands ont occupé la Grèce et lui ont fait payer les frais d’occupation».

Mais l’Allemagne rétorque qu’en acceptant le Traité de Moscou qui entérine la réunification des deux Allemagne, la Grèce a également accepté de tirer un trait sur cette dette. L’accord de Londres de 1953 repoussait en effet le règlement des réparations de guerre à la signature d’un accord de paix. Ce dernier ne fut finalement signé qu’en 1990 après la réunification, et il exonéra l’Allemagne de certaines réparations, notamment celles qu’elle aurait dû payer à la Grèce. La gauche radicale grecque, arrivée au pouvoir dimanche, souhaite désormais inciter l’Allemagne à se montrer plus clémente face à son ancien créancier.

Le ministère de la Défense de Russie publiera pour la première fois des documents de ses archives centrales concernant la libération en janvier 1945 du camp de concentration Auschwitz-Birkenau par l’Armée rouge, a annoncé mardi le département de presse et d’information du ministère.

Selon le communiqué, des spécialistes ont préparé « 15 documents de contenu unique autrefois secrets et accessibles seulement à un petit nombre d’historiens ».

En outre, le ministère de la Défense publiera également pour la première fois des documents d’archives faisant état de l’accueil réservé par les Polonais aux soldats de l’Armée rouge dans les territoires libérés.
Hilares !

« MUST WATCH… with english subtitles

Nov 2013 (pre-Maidan) : Ukraine Deputy has proof of USA staging civil war in Ukraine ».

https://www.youtube.com/watch?v=y9hOl8TuBUM

Utile pour affirmer un certain droit d’antériorité mais mauvais pour les légendes bibliques

Un crâne d’homme moderne (hélas sans kippa) découvert dans une grotte en Israël

PARIS, 28 jan 2015 (AFP)

La découverte d’une calotte crânienne datant de 55.000 ans avant notre ère dans une grotte en Israël est la première preuve concrète de la présence de l’homme moderne au Moyen-Orient à une époque où les hommes de Néanderthal étaient également présents dans la région.

L’expansion de l’homme moderne (Homo sapiens) d’origine africaine à travers l’Eurasie de 60.000 à 40.000 ans, remplaçant toutes les autres formes d’hominidés dont l’Homo neanderthalis, est un événement clé de l’évolution de l’humanité.

Toutefois, ces ancêtres de toutes les populations non-africaines d’aujourd’hui restent largement énigmatiques en raison de la pénurie de fossiles humains datant de cette période.

La découverte en Galilée, dans le nord-ouest d’Israël, d’une partie de crâne datant de 55.000 avant notre ère lors de la fouille de la grotte de Manot apporte un nouvel éclairage sur la migration des « hommes anatomiquement modernes » en dehors d’Afrique, selon une étude publiée dans la revue Nature.

Les chercheurs n’ont découvert qu’une partie du crâne, mais sa forme distinctive – avec une « bosse » sur la région occipitale que l’on retrouve autant chez les Néanderthaliens européens que chez une majorité des premiers hommes modernes du paléolithique supérieur – le rattachent aux crânes d’hommes modernes d’Afrique et d’Europe.

Pour le chercheur Israel Hershkovitz et ses collègues, cela suggère que l’Homme de Manot pourrait « être relié de près aux premiers hommes modernes qui ont par la suite colonisé avec succès l’Europe ».

Les auteurs reconnaissent que l’étude de la morphologie crânienne n’est pas suffisante pour affirmer que l’homme de Manot est un hybride entre les « hommes anatomiquement modernes » et les hommes de Néanderthal du Moyen-Orient.

Le crâne de Manot est toutefois la preuve que les hommes modernes et leurs cousins néanderthaliens habitaient au même moment le sud de cette région durant le Paléolithique moyen et supérieur « à peu de distance de la période durant laquelle les deux groupes d’hominidés se sont probablement hybridés », souligne l’étude.

Des preuves de deux autres peuplements à l’époque paléolithique ont été découverts en Israël: des crânes sur les sites de Skhul et de Qafzeh témoignent d’une première dispersion d’hommes anatomiquement modernes entre 120.000 et 90.000 ans avant notre ère, tandis que des fossiles néanderthaliens on été trouvés dans les sites d’Amud, Kebara ou Dederiyeh.

Netanyahu accuse les « ayatollahs » d’Iran de préparer « un nouveau génocide »

JÉRUSALEM, 27 jan 2015 (AFP)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a saisi l’occasion de la journée mondiale du souvenir de l’Holocauste mardi pour affirmer sa détermination à empêcher l’Iran d’avoir la bombe atomique et de commettre un « nouveau génocide » contre les Juifs.

Les Juifs et l’État d’Israël créé après la Deuxième Guerre mondiale sont visés par une haine remontant « à des temps immémoriaux » [merci pour ce petit rappel historique, Bibi… Bien des chrétiens ont en effet tendance à oublier le fondement de leur religion… (les musulmans, je n’en parle même pas, ils sont hors concours)], a dit M. Netanyahu au cours d’une visite au mémorial Yad Vashem dédié aux victimes de l’Holocauste.

« Certaines choses ne changent pas. Mais je peux vous dire, moi, ce qui a changé. Nous avons changé. Les Juifs ont changé. Nous ne sommes plus ce peuple sans État cherchant sans fin un refuge [en s’enkystant chez le vosin gras]. Nous ne sommes plus un peuple impuissant suppliant les autres de nous aider », a-t-il dit, « Aujourd’hui nous sommes capables de nous protéger et de défendre notre liberté ».

« Les ayatollahs iraniens nient la réalité de l’Holocauste tout en préparant un nouveau génocide contre notre peuple. Que les choses soient claires : le peuple juif se défendra par lui-même contre toute menace », a-t-il dit.

L’accord nucléaire que les grandes puissances cherchent actuellement à conclure avec l’Iran laisserait la République islamique en mesure de produire l’arme nucléaire en quelques mois, a-t-il dit. Il « ne manquerait pas de déclencher dans la région une course à l’arme nucléaire qui transformerait le Proche-Orient en un baril de poudre [pas dur, ça semble relativement en bonne voie, non ?]. Un tel accord est tout bonnement inacceptable pour Israël. Nous nous y opposerons, et vigoureusement », a-t-il dit.

M. Netanyahu s’est alarmé d’un retour de l’antisémitisme, non seulement dans « l’intolérant Proche-Orient » mais aussi en Occident. Comme les Juifs, l’État d’Israël est lui aussi visé, y compris par certains organes « prétendument éclairés » de la communauté internationale. Il a évoqué les actions du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, de la Cour pénale internationale et d’autres organisations pour dénoncer une « offensive » contre « la seule démocratie » de la région. « Cette obsession vis-à-vis des Juifs et de leur État porte un nom. Cela s’appelle l’antisémitisme », [n’ayons pas peur des mots… J] a-t-il déclaré.

M. Netanyahu brigue sa reconduction à la faveur des législatives anticipées israéliennes en mars. Il insiste sur les thèmes sécuritaires et la menace iranienne dès que l’occasion s’en présente [au risque, parfois, d’en faire un peu trop, mais qui s’en plaindrait ?…].

http://www.lorientlejour.com/article/908666/kamel-rifai-israel-reflechira-cent-fois-avant-de-mener-une-offensive.html

Israël réfléchira cent fois avant de mener une offensive

Le député Kamel Rifaï, membre du bloc de la Fidélité à la Résistance, a estimé hier que la riposte du Hezbollah contre Israël « prouve l’état de préparation de la Résistance et son génie militaire ». Il a ainsi relevé que les combattants du Hezbollah « ont réussi à effectuer une opération, non pas au Golan, mais sur des territoires libanais occupés, c’est-à-dire qui ne sont pas soumis à la résolution 1701. Mener des opérations sur des territoires occupés est conforme au droit des Libanais à résister contre l’occupation ». Valorisant « la logistique de l’opération », Kamel Rifaï a insisté en outre sur son impact sur « l’ennemi sioniste, qui a immédiatement décrété l’état d’urgence ». Interrogé par l’agence d’informations al-Markaziya sur les répercussions de la riposte, le député du Hezbollah a répondu : « Israël réfléchira cent fois avant de tenter d’élargir son attaque et de mener une offensive. » Quoi qu’il en soit, « avec ou sans la riposte du Hezbollah, Israël maintiendra ses agressions ponctuelles contre le Liban et les pays arabes », a-t-il conclu>

L’opération a eu lieu dans un espace considéré comme conflictuel, contre des militaires israéliens : La riposte du Hezbollah a donc eu lieu dans les limites géographiques et militaires considérées comme acceptables http://www.lorientlejour.com/article/908668/une-riposte-dans-les-regles-tacitement-admises-depuis-2006.html

Tout est lié : Washington a entrepris hier des démarches urgentes auprès du Premier ministre israélien afin d’éviter une riposte de grande envergure de la part de l’État hébreu, précisément pour ne pas torpiller les pourparlers sur le nucléaire. Fait important à signaler sur ce plan : une réunion est prévue aujourd’hui, jeudi, à Istanbul, entre négociateurs iraniens, français, britanniques et allemands.http://www.lorientlejour.com/article/908660/entre-inconnues-israeliennes-et-iraniennes-le-liban-reste-otage-et-victime.html

L’histoire vue par super triso… LimoudTorahRonChaya  <https://www.youtube.com/user/LimoudTorahRonChaya>

Cours sur l’Actu (Etat islamique … Voir à 17’59) version intégrale

https://www.youtube.com/watch?v=IiugrZyo6KU

Un enfant de 8 ans convoqué par la police pour « apologie du terrorisme »

28-01-2015

NICE – Agé de 8 ans, l’écolier avait dit : « Je suis avec les terroristes ». Il a été entendu par un officier de police judiciaire en présence d’un avocat. Selon le rectorat, le père de l’enfant s’était entre-temps montré menaçant avec le directeur de l’école.

http://touch.metronews.fr/nice-cannes/charlie-hebdo-ahmed-un-ecolier-8-ans-convoque-au-commissariat-de-nice-pour-apologie-du-terrorisme/moaB!z38rIviU0mvww/

Plaignons les fonctionnaires de police qui se prêtent à ce type de mascarade sans exciper de leur droit d’objection de conscience, càd de refuser d’obéir à un ordre manifestement  inapproprié …

In memoriam

http://koide9enisrael.blogspot.co.il/2015/01/la-liberation-dauschwitz-en-photos.html#more <http://koide9enisrael.blogspot.co.il/2015/01/la-liberation-dauschwitz-en-photos.html#more>

 

Discours de la Présidente argentine Christina Fernandez Kirchner à l’ONU le 24 septembre 2014

où elle explique qu’elle ne doit pas être très aimée en Israël (vidéo de 5’)

https://www.youtube.com/watch?x-yt-cl=85114404&v=rjlV2ihCUow&feature=player_detailpage&x-yt-ts=1422579428
L’Audace, bimensuel tunisien

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,