Aller à…
RSS Feed

1 novembre 2020

« BACHAR DOIT PARTIR ». Syrie : Obama et Hollande ont le même ventriloque


« BACHAR DOIT PARTIR ». Syrie  : Obama et Hollande ont le même ventriloque

MAMAFRIKA TV
 

Comme le président français François Hollande, le président américain Barack Obama lors d’une conférence de presse a estimé vendredi que la stratégie de la Russie en Syrie, où elle mène des bombardements depuis mercredi, était une « catastrophe assurée ». ces devins du dimanche, qui n’ont pas réussi à renverser le président syrien Bachar al-Assad avec leur cohorte de mercenaires-terroristes croient toujours pouvoir dicter leur loi, alors qu’ils ont torts sur toute la ligne.

>>> Suivez-nous sur Facebook

>>> Suivez-nous sur Twitter

L’art de s’exprimer en entrant par effraction dans la tête des autres ne s’est jamais montré avec tant de bonheur. Pour le président russe Vladimir Poutine, argue Barack Obama, toute honte bue bien sûr, il « ne fait pas la différence entre le groupe Etat islamique et une opposition sunnite modérée. Tiens donc. Les « qui » tentent en vain de confessionnaliser ce conflit ? En Syrie, hormis la première dame Asma, une sunnite, le gros de l’armée est sunnite et le chef des renseignements est…sunnite. Mais ça, vous ne le lirez jamais dans la presse mainstream.

Le pourrissement perpétuel. L’envie folle de détruire la Syrie avec des idées saugrenues et idiotes. Comment peut-on mentir avec un tel aplomb ? Barack Obama de poursuivre à l’aide d’un ventriloque, toujours à propos des Russes jugeant la guerre en Syrie: « De leur point de vue, ce sont tous des terroristes. Et c’est une catastrophe assurée ». Les frappes aériennes de Moscou « contre l’opposition modérée (syrienne) vont être contre-productives », a-t-il insisté.

Et là, subitement, le président américain, le devin, a la solution idoine pour en finir avec le conflit syrien. Hélas, toujours dans l’acharnement frappadingue contre le président Assad. Il juge « possible » de trouver avec Moscou une solution politique si la Russie reconnaît que le président syrien Bachar al-Assad doit partir. « Nous maintiendrons des contacts (avec Moscou, NDLR) mais nous n’allons pas pouvoir tenir ces négociations s’il n’y a pas une reconnaissance qu’il doit y avoir un changement de gouvernement » en Syrie, a déclaré M. Obama. Qui sont-ils pour vouloir se substituer au peuple syrien ?

Et on comprend subitement que la seule priorité de ces gens, c’est de gagner par tous les moyens leur pari, celui de faire partir Assad. Est-ce vraiment la priorité. Que nenni. « Le problème ici, c’est Assad et la violence qu’il inflige au peuple syrien, et ça doit s’arrêter », a noté le président américain. « Et pour que ça s’arrête, nous sommes prêts à travailler avec toutes les parties concernées mais nous ne sommes pas prêts à coopérer avec une campagne russe qui essaie simplement de détruire quiconque est dégoûté et en a marre du comportement de M. Assad », a expliqué M. Obama le devin.

Alors qu’une coalition d’une soixantaine de pays dirigée par les Etats-Unis s’embourbe, il faut se poser les vrais questions. Est-ce le président Assad qui empêche d’anéantir Daesh ? Cette coalition dit mener depuis septembre 2014 des frappes contre l’EI en Syrie. Voyez-vous un semblant de changement ? Le président Assad l’avait dit, plus ces gens disent qu’ils bombardent Daesh, plus celui-ci progresse et devient de plus en plus fort. Une vérité.

Dans la suite de son propos, le ventriloque devient plus explicite. Barack Obama estime: « Nous pouvons amener le reste de la communauté internationale à une solution négociée, mais une solution militaire seule –une tentative par la Russie et l’Iran de soutenir Assad et d’essayer de pacifier la population– va seulement les embourber ». Qu’en sait-il ? Un vrai delirium tremens qui consiste à vouloir parler à la place des autres. Pourquoi vouloir encore, ici, procéder à la « démocratie d’exclusion », alors que c’est un échec cuisant en Libye ? Ces gens sont de vrais fous ! Ce sont eux qui bloquent la paix et les négociations en Syrie avec leurs exigences intenables… La Russie est en train de faire échouer leur projet de destruction.

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,