Aller à…
RSS Feed

28 octobre 2020

La France propagatrice d’amalgame !


P.A.S.

La France propagatrice d’amalgame !

Yahia Gouasmi


Photo: D.R.

Mercredi 2 mars 2016

D’après la définition du dictionnaire de référence Larousse, « faire l’amalgame entre des choses ou des gens signifie les mêler intentionnellement pour créer la confusion ».

C’est cette pratique détestable et dangereuse qu’a choisi notre gouvernement pour étouffer toute velléité citoyenne de recherche de vérité et de contestation des thèses officielles.

Ainsi, depuis un certain temps, nos décideurs, nos experts et intellectuels, nos médias de masse, et même le ministère de l’Éducation nationale, ont déclenché une campagne d’opinion insidieuse et sournoise visant à mêler des notions aussi différentes que :

antisionisme/antisémitisme, complotisme/recherche de vérité, patriotisme/fascisme, catholicisme/intégrisme ou encore Islam/terrorisme.

Ces amalgames sont évidemment nourris par notre pouvoir politico-médiatique sionisé, dont le but est une nouvelle fois la division des français, afin de les éloigner des véritables coupables de la situation catastrophique dans laquelle est plongée le pays.

Le peuple penserait mal, il faudrait donc lui expliquer et le guider vers cette vérité officielle qui lui demande de croire religieusement que : l’entité sioniste criminelle ne fait que se défendre contre les méchants arabes sanguinaires qui la menacent, les musulmans seraient tous des criminels potentiels, les résistants au colonialisme seraient des terroristes, les français qui aiment leurs pays seraient des fascistes dans l’âme, les chrétiens pratiquants choqués par la dégénérescence morale de notre société seraient des intégristes archaïques et réactionnaires ou encore que les pays occidentaux ne feraient la guerre que pour apporter paix et démocratie et défendre les populations contre Daesh ou autres épouvantails manipulés par les officines occidentales (encore une thèse complotiste ?).

Ainsi, alors que désormais les français comprennent bien que l’antisionisme est la dénonciation de la politique criminelle et coloniale de l’entité israélienne (notamment grâce aux actions menées par le Parti Anti Sioniste), le pouvoir tend à assimiler cette notion à l’antisémitisme qui est un délit raciste ! Pour preuve, les propos de notre président affirmant que « l’antisémitisme se nourrit aussi de la haine d’Israël » ou de notre premier ministre Valls qui assène à longueur d’émissions qu’« au fond, antisionisme et antisémitisme c’est la même chose ».

Il est évident que l’amalgame antisionisme/antisémitisme n’est qu’une nouvelle manœuvre de terrorisme intellectuel visant à discréditer et à diaboliser toute prise de position allant à l’encontre des intérêts d’un pays étranger : l’entité criminelle israélienne.

Évidemment, nulle trace dans les médias de ces juifs antisionistes qui se sont élevés ou s’élèvent encore contre la création d’Israël et sa politique raciste et colonialiste depuis 60 ans.

Pour ce qui est de la remise en cause de notre politique sécuritaire ou étrangère (donc américano-sioniste), un nouvel anathème a fait son apparition dans nos médias de masse depuis le 11 septembre 2001, le complotisme, ou conspirationnisme. C’est l’insulte dont étaient affublés ceux qui ne croyaient pas à la thèse des armes de destructions massives détenus par l’Irak de Saddam Hussein qui avait justifié la destruction et l’invasion de ce pays, entrainant la mort de centaines de milliers de victimes innocentes. Aujourd’hui il est pourtant prouvé que cette thèse était mensongère et que les complotistes d’alors étaient dans le vrai.

En réalité, en traitant son contradicteur de complotisme, on le discrédite en évitant d’écouter ses arguments, qui sont souvent basés sur des éléments concrets.

Les exemples foisonnent toutefois en matière de mensonges d’états, ou de manipulations médiatiques : « Le charnier » de Timisoara, les couveuses koweïtiennes, l’affaire du Rainbow Warrior, le pseudo attentat de l’observatoire contre Mitterrand, les écoutes de l’Elysée, et bien d’autres. Ainsi, les personnes de bonne foi, qui tentent de dénoncer les manipulations d’état, d’éveiller les citoyens et de les alerter sur les mensonges véhiculés par les médias, afin de légitimer les politiques coloniales ou liberticides de nos gouvernements, sont discréditées par cet anathème  de complotiste dont ont les affuble. Sous couvert de dénonciation du « complotisme », on essaie d’empêcher une lecture critique du pouvoir. Le peuple est prié de se soumettre à la pensée unique et de croire sur parole les explications de nos politiciens menteurs et des médias soumis aux intérêts impérialistes.

Pour finir, attardons nous sur l’amalgame le plus significatif, mais aussi le plus dangereux pour notre pays : celui assimilant les musulmans à des terroristes. Alors que de nombreux intellectuels ou politiciens ne se gênent plus pour revendiquer sans complexe leur islamophobie et stigmatiser l’ensemble des adeptes de la religion musulmane, qui serait à leurs yeux violente par essence, le pouvoir utilise des méthodes plus sournoises (voir les propos récents d’Elisabeth Badinter sur la question). On met les formes, on parle d’islamisme, de musulmans radicaux, à ne pas confondre avec les musulmans modérés, on parle d’islam éclairé face à l’islam tout court etc…mais en réalité on insinue dans l’esprit des français le fait qu’islam = islamisme et que musulman = terroriste. Ainsi tout musulman pratiquant est un islamiste potentiel, voilà ce qui est imprégné dans l’inconscient des français, qui regardent désormais leurs concitoyens musulmans avec les yeux de la crainte et de la haine (voir la montée en flèche de l’islamophobie dans les sondages d’opinions).

Dans un pays qui compte près de 10 millions de musulmans, créer cette confusion revient à jouer avec le feu, ce dont sont bien conscients les pouvoir publics qui tentent d’expliquer qu’il ne faut pas créer d’amalgames! Il y a là une véritable schizophrénie d’état et une incohérence évidente.

Quoiqu’il en soit, les buts de la manœuvre sont vieux comme le monde : « diviser pour régner », détourner l’attention des vrais problèmes, occulter la responsabilité des dirigeants dans la débâcle actuelle.

Aujourd’hui l’objectif est clair : étouffer toute voix qui s’opposerait et dénoncerait la politique néocolonialiste et sioniste de notre gouvernement sur le plan extérieur.

Sur le plan intérieur, créer un ennemi imaginaire, le musulman, qui fait office de bouc émissaire face aux désordres et aux frustrations sociales provoquées par la crise à laquelle nos décideurs n’apportent aucun début de réponse, mise à part les politiques d’austérité décidées par Bruxelles.

Le Parti Anti Sioniste dénonce vivement cette stratégie d’amalgame mise en œuvre par notre gouvernement, très dangereuse pour notre démocratie. Nous nous dirigeons vers un régime totalitaire qui criminaliserait le délit d’opinion et dresserait les citoyens les uns contre les autres.

Dans le même temps, il y a lieu d’être optimiste, car cette offensive gouvernementale répond à un scepticisme de masse qui fait que des millions de personnes sont prêtes à tout croire excepté ce que leur disent les médias, la classe politique et les experts. Ce qui signifie que notre peuple, notamment notre jeunesse (pour preuve, le ministère de l’éducation nationale a été mis à contribution afin de lutter contre les idées « complotiste »), commence à s’éveiller et à prendre conscience des mensonges de nos élites dirigeantes et de leurs supports médiatiques et idéologiques.
Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste

Le sommaire du P.A.S.
Les dernières mises à jour

Source: Parti Anti Sioniste
http://www.partiantisioniste.com/…

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,