Aller à…
RSS Feed

22 octobre 2020

Le pétrole US flanche


En janvier, nous écrivions :

L’inexorable chute des cours du pétrole commence à avoir de sérieuses conséquences, les gros bras géopolitiques – à l’échelle mondiale (Etats-Unis, Russie) ou régionale (Arabie Saoudite, Iran) – étant également les plus gros producteurs d’or noir. Or, tous se retrouvent maintenant face à des défis difficiles.

En ouvrant les vannes afin de conserver leurs parts de marché (= mater la concurrence du schiste US, punir financièrement la Russie et couper l’herbe sous le pied de l’Iran « désanctionné »), les Seoud ont joué une carte bien dangereuse. Le gambit de Riyad n’a guère fonctionné jusqu’ici, pénalisant principalement l’Arabie Saoudite elle-même (…)

Le harakiri des Seoud provoque de sérieuses ondes de choc, tant au Texas qu’en Sibérie, ajoutant encore un peu plus à la complexité du grand jeu planétaire. La guerre d’usure est déclarée, qui fera ses victimes ; ceux qui y résisteront en sortiront renforcés.

Nous y voilà ! L’or noir américain vacille comme rarement. Un graphique est souvent plus parlant qu’un long texte :

Le pétrole US flanche

Le nombre de puits aux Etats-Unis frôle son plus bas historique ! Certes, l’Etat fédéral américain ne dépend pas des revenus pétroliers comme ça peut être le cas pour l’Arabie Saoudite, l’Iran ou la Russie. Mais ce qui inquiète outre-Atlantique est l’éventualité de faillites en cascade entraînant celles des banques qui ont prêté à fonds perdus depuis le début du mirage du schiste. Krach en perspective ?

Plus d’histoires deAnalyses

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,