Aller à…
RSS Feed

24 novembre 2020

Ukraine, Syrie : guerres post-modernes?


vendredi 4 mars 2016

Ukraine, Syrie : guerres post-modernes?

Главы МИД нормандской четверки Сергей Лавров, Павел Климкин, Жан-Марк Эйро и Франк-Вальтер Штайнмайер (слева направо)
Le conflit en Syrie et celui d’Ukraine présentent de certaines similitudes, surtout en ce qui concerne leur règlement politique. Par exemple, cette étrange tendance de vouloir organiser un « processus politique » et des « élections libres » alors que la guerre n’est pas finie.
Est-ce le signe des guerres modernes, de nouvelles guerres, dont la résolution ne passe plus par la victoire par les armes? Ou bien n’est-ce qu’une illusion?

La question que pose les conflits ukrainien et syrien est somme tout assez claire: une guerre peut-elle se régler politiquement en l’absence de victoire militaire? Car vouloir lancer ces processus politiques avant même qu’une armistice ait été signée entre toutes les parties au conflit, avant même que l’on ait compris qui a perdu la guerre, semble quelque peu surprenant.
Soyons logique et un peu simpliste, peut être. Vous avez des armées ou des groupes armés qui se bombardent, se tuent, se tirent dessus. Là-dessus arrivent des tiers négociateurs pour leur expliquer que ce n’est plus nécessaire, que ça suffit et qu’il faut trouver un accord politique donc pacifique. Sans que l’objet de discorde n’ait été effacé.
Et l’on voit les accords de Minsk pour le conflit ukrainien. Et les accords de Genève pour la Syrie. Et les accords de Minsk, dans leur part politique, ne peuvent être appliqués, puisque les deux parties combattantes, Kiev et le Donbass, ne peuvent discuter directement. Les armes continuent, plus faiblement, mais continuent. Et pour la Syrie, si les armes se posent doucement, mais sûrement, la partie politique du processus commence à accrocher.
Car la question centrale est celle des élections. Mais pour qu’il y ait des élections, que ce soit en Ukraine ou en Syrie, il faut un consensus politique. Or, comment atteindre un consensus lorsqu’il n’y a pas de vainqueur? Et comment organiser des élections alors qu’il n’y a pas de processus politique, mais militaire? Kiev refuse les élections dans le Donbass et a demandé que la question ne soit pas traitée. Quant à la Syrie, les pays européens demandent à la Russie de faire pression sur Assad pour débuter le processus politique, alors que les armes ne se taisent pas encore.
A ces questions, il existe une réponse possible. Ce recours aux tierces forces: les Etats Unis avec l’UE et la Russie. Ce sont donc des « garants internationaux », ces « gendarmes du monde », qui doivent avoir en charge de finir les conflits. Or, ces « gendarmes » n’appartiennent pas au même clan. Ainsi, les conflits ne peuvent pas finir, ils se déplacent simplement.
Appeler ces guerres modernes des guerres hybrides, des guerres post-modernes qui se gagnent tout autant dans les médias que sur terrain est manifestement exagéré. Sans minimiser la poids des médias, ce sont les victoires militaires d’une partie qui forcent l’autre à vouloir négocier et influent le discours médiatique. Lorsque les armes se taisent et que le conflit n’est pas résolu, il s’enlise mais ne se résoud pas. Il reste latent. C’est ce que nous apprend le conflit ukrainien.
Maintenant, ces conflits peuvent-ils être gagnés par les armes? Bien sûr, si l’une des parties capitule. Et elle capitulera lorsque l’autre partie aura la volonté politique d’aller jusqu’au bout, militairement. Or, le conflit met en jeu des puissances qui s’opposent par armées locales ou groupes armés interposés. Donc, il est difficile de trouver un vainqueur. La donne a changé avec l’entrée de l’aviation russe sur le terrain, face à l’aviation américaine et alliée. Cela a ramené le rapport d’un mode « post-moderne » à un mode traditionnel et les résultats furent flagrants: le projet état islamique prend l’eau. Mais pour mettre un terme à ce conflit, il faudra tirer les leçons de l’Ukraine.

Plus d’histoires deSyrie

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,