Aller à…
RSS Feed

28 octobre 2020

Ce fameux « printemps arabe » tant vanté par nos médias-mensonges : Un nouveau plan de colonisation du Monde Arabe


Ginette Hess Skandrani

Au moment où déferlait ce que tout l’occident a appelé le « printemps arabe », ce que personnellement je nommerai plutôt une recolonisation plus moderne et plus sournoise du Monde Arabe. Tous les assoiffés de pétrole et de gaz, tous ceux qui veulent protéger et promouvoir Israël et son idéologie sioniste,  se sont mis de la partie.  Tous ceux qui les ont suivi n’ont pas cherché à comprendre,  que derrière toute cette déferlante  se trouvaient les USA/Israël, le Qatar et l’Arabie Saoudite qui en tiraient les ficelles en se frottant les mains. La recolonisation était assurée. L’impérialisme américano-siono salafiste pouvait continuer sa destruction en se faisant passer pour des libérateurs.

Au début nous étions contents de ces manifestations Facebook en Tunisie et en Egypte car les deux dirigeants, dictateurs reconnus étaient les pions sioni-impérialistes du Moyen-Orient et méritaient largement leur sort car ils s’enrichissaient à travers leurs mafias financières alors que le peuple croupissait dans la misère. Nous avions vite compris que les manifestations massives étaient contre la faim, la misère, la pauvreté, les inégalités sociales, les injustices judiciaires et policières. Les gouvernements mis en place avec le soutien de l’occident (USA-Europe n’ont jamais cherché à éradiquer la misère. C’était leur dernier souci.

Quand ils ont commencé à travers les mêmes Facebook à mobiliser les salafistes en Libye en les baptisant de démocrates à la BHL – Sarkozy, nous avons vite compris. La Libye de Kadhafi n’était pas un pays où régnait l’inégalité sociale, ni l’injustice.  La Jamahiriya redistribuait les dividendes du pétrole à la population qui vivait bien. S’il y avait des rivalités tribales, comme souvent dans les pays arabes, en Libye elles n’étaient pas dramatiques et se réglaient souvent au niveau du Congrès général qui gouvernait le pays.

Nous avions compris que c’était le pétrole libyen que visaient tous ceux qui parlaient de démocratie et qu’à travers l’acharnement médiatique contre de Kadhafi, c’était l’Afrique qu’ils voulaient empêcher de s’autonomiser. Mouammar Kadhafi voulait créer las Etats-Unis d’Afrique avec une monnaie, des banques, des infrastructures et communications africaines. Le projet était prêt mais dérangeait tous ceux qui voulaient continuer à piller les richesses du continent. Kadhafi dérangeait également la Ligue Arabe qu’il avait dénoncée plusieurs fois comme un suppôt des USA,  y compris devant l’assemblée générale de l’ONU.

Nous avons réagi en condamnant les bombardements, les massacres commis par l’OTAN avec l’aide du Qatar, de la Saoudie et de toutes ces monarchies de la Ligue arabe corrompue et amené notre soutien à la Jamahiriya

Les Palestiniens et en premier lieu le HAMAS étaient comme plusieurs états arabes, manipulés par le Qatar et l’Arabie Saoudite et ont de ce fait soutenu le CNT Libyen crée de toutes pièces afin de détruire la Libye. Nous ne comprenions pas comment,  alors que la résistance palestinienne avait été soutenue et souvent financée par le guide libyen, ils ont pu se laisser embarquer dans ce jeu sordide. Etait-ce un chantage à la suppression des finances ?  Avaient-ils peur de rester isolés face à la vindicte de toute la communauté internationale derrière l’énorme conspiration médiatique qui rendait Kadhafi responsable du massacre de son peuple ?  Ce qui était un mensonge éhonté inventé pour l’occasion. Lors de la première délégation en mars 2011, nous avions crée une commission d’enquête internationale afin de rétablir la vérité sur ces mensonges qui empêchaient un soutien populaire à la lutte de résistance du peuple libyen.

J’ai de ce fait commencé à prendre mes distances avec le HAMAS qui était une émanation des Frères musulmans et participait à la dénonciation de Kadhafi. Tous les Palestiniens n’étaient pas tombé dans ce piège et n’ont pas participé à cette mascarade responsable du massacre de centaines de milliers de Libyens, dont leur guide, Mouammar Kadhafi.

La Libye détruite, l’instabilité installée dans tout le Sahel ne suffisait pas il fallait également détruire un autre pays qui voulait garder son indépendance : la Syrie. Là aussi, les mêmes ont commencé à traiter Bachar Al Assad de criminel et l’ont accusé de massacrer son peuple. Et nous retrouvons les mêmes Palestiniens en train de soutenir ce courant salafiste qui avec l’aide des Occidentaux et des traîtres arabes qui veulent détruire la Syrie. La télé du Qatar  El Jazeera continue son rôle de sape et essaie d’entraîner la Ligue Arabe, ou plutôt La Ligue des Monarchies arabes,  dans cette manoeuvre  de déstabilisation de la Syrie.

Tout ceux et celles qui dénoncent ce jeu sordide sont à nouveau traités de conspirationistes, voir d’antisémites ou de groupies de Bachar Al Assad.

Le contexte politique ayant changé suite aux élections en Russie et surtout que la Chine et la Russie ont pris conscience du montage qui leur a été soumis lors de l’attaque contre la Libye. Ils ont de ce fait, fait usage de leur droit de véto et ne se sont pas laissé entraîner dans une nouvelle guerre.

Si Bachar Al Azzad continue à résister et à défendre une Syrie indépendante et souveraine c’est qu’il peut compter sur l’aide de la Russie, du Hetzbollah et de l’Iran. La Libye était toute seule, elle n’a même pas pu compter sur les pays africains alors que Kadhafi avait tant fait pour eux.

Nous espérons que le gouvernement syrien pourra continuer à résister, malgré toute l’armada qui se mobilise contre lui…car si la Syrie tombe, après ce sera l’Iran puis l’Algérie et tout le Moyen-Orient sera déstabilisé et pour longtemps.

Paris 31 mars 2013

Suite

Actuellement c’est l’Ukraine qui subit ce matraquage médiatique et cette agression verbale. C’est Poutine qui est visé. Mais il résiste. Ce n’est pas que nous citons la Russie en exemple. Mais nous reconnaissons que ce pays résiste bien à la mondialisation impérialiste et sioniste qui déferle sur notre planète. Et puis Poutine a utilisé son droit de veto au Conseil de Sécurité de l’ONU, ainsi que la Chine pour empêcher le bombardement de la Syrie par l’OTAN. Les Russes se sont fait piéger (c’était Medjedev nettement plus favorable aux USA) sur la Libye. Ils ne se sont pas fait piéger sur la Syrie, ni sur l’Iran.

Paris, Mars 2014

Plus d’histoires deAnalyses

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,