Aller à…
RSS Feed

22 octobre 2020

«Tradition diplomatique» : Ayrault justifie l’octroi de la Légion d’honneur au prince saoudien Nayef


La Légion d’honneur, la plus haute distinction française, a été remise au prince héritier d’Arabie saoudite pour respecter «une tradition diplomatique», a assuré le 7 mars le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault.

«C’est une tradition diplomatique et je pourrais vous en citer plein, des Légions d’honneur qui ont été données», a déclaré le chef de la diplomatie française à la radio France Inter. «Il n’y avait rien de solennel» dans la remise de cette décoration par le président François Hollande à Mohammed bin Nayef bin Abdelaziz Al Saoud, a-t-il ajouté, reconnaissant toutefois «comprendre» les réactions négatives.

Cette décoration a suscité de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux, alors que depuis le début de l’année le régime saoudien a procédé à 70 exécutions de prisonniers, la dernière ayant eu lieu le 6 mars, avec la décapitation d’un Saoudien condamné à mort pour meurtre.

«Nous discutons de la paix en Syrie»

La remise de la Légion d’honneur au responsable saoudien, également ministre de l’Intérieur, s’est déroulée le 4 mars au Palais de l’Elysée mais la présidence française ne l’a rendue publique que le lendemain. Entre-temps, l’Agence de presse saoudienne SPA avait rendu compte de la visite du prince héritier, signalant qu’elle avait été l’occasion de cette décoration.

Avec l’Arabie saoudite, «nous discutons de la paix en Syrie et l’Arabie saoudite a un rôle à jouer. Et d’ailleurs, concernant la reprise des négociations [inter-syriennes], sa position, c’est d’encourager la reprise des négociations, que le cessez-le-feu soit totalement respecté et que l’aide humanitaire arrive, et c’est les encouragements qu’elle donne à l’opposition», a ajouté Jean-Marc Ayrault.

En 2015, 153 personnes ont été exécutées en Arabie saoudite, selon un décompte de l’AFP basé sur des chiffres officiels, un niveau inégalé depuis 20 ans dans ce royaume ultra-conservateur régi par une interprétation rigoriste de la loi islamique.

Plus d’histoires deSyrie

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,