Aller à…
RSS Feed

28 novembre 2020

MISSION ALLEMANDE EN FRANCE


Étroite concertation transatlantique à Paris

15 mars 2016

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Frank‑Walter Steinmeier s’est concerté dimanche (13 mars) avec ses homologues français, britannique et italien, la Haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Federica Mogherini ainsi que le Secrétaire d’État américain John Kerry au sujet des conflits en Syrie, en Libye, au Yémen et en Ukraine. Face à la guerre en Syrie, tous les participants ont exprimé leur espoir d’obtenir des progrès lors des pourparlers de Genève prévus lundi.

Agrandir l’image (© Photothek/Köhler ) M. Steinmeier s’était déjà rendu à Paris pour des consultations sur la Syrie il y a un peu plus d’une semaine. Les entretiens de dimanche au ministère français des Affaires étrangères étaient à nouveau axés sur les conflits urgents au Proche et Moyen‑Orient notamment ainsi qu’en Ukraine. MM. Steinmeier et Kerry ont suivi l’invitation du ministre français des Affaires étrangères Jean‑Marc Ayrault pour rencontrer leurs homologues Philip Hammond et Paolo Gentiloni ainsi que la Haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Federica Mogherini. Le signal était sans équivoque : les États‑Unis et l’Europe sont unis face aux grandes crises internationales du temps présent.

 

Espoir en amont des pourparlers de Genève sur la Syrie

Agrandir l’image (© Photothek/Köhler ) Dans une déclaration à l’Agence allemande de presse après les consultations, M. Steinmeier a souligné au sujet de la Syrie qu’il est positif que « l’envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie Staffan de Mistura réunisse à nouveau les parties au conflit ». Les pourparlers de Genève entre le régime d’Assad et l’opposition syrienne doivent reprendre ce lundi. « Le processus de négociations de Genève est décisif pour une solution politique capable d’entraîner la fin de la guerre civile en Syrie », a‑t‑il poursuivi.

  1. Steinmeier a appelé les deux côtés à mener des négociations sérieuses et conformes à la feuille de route de Vienne. Bien que la situation se soit détendue pendant la pause des négociations qui a duré presque un mois, il a rappelé que :
  • Les progrès sont là, mais ils ne tiennent qu’à un fil. Ce que nous avons obtenu jusqu’à présent est loin d’être suffisant pour provoquer un vrai tournant en Syrie. La situation est toujours extrêmement fragile et peut éclater d’un instant à l’autre. Le cessez-le-feu conclu à Munich connaît toujours des violations. Des centaines de milliers de Syriens souffrent toujours du refus de secours humanitaire.

Agrandir l’image (© Photothek/Köhler ) Le chef de la diplomatie allemande a principalement exhorté Moscou et Téhéran à exercer une pression sur les parties aux négociations et notamment le régime d’Assad. Il a également souligné combien il importe que tous les participants au processus de Vienne maintiennent leur engagement catégorique en faveur des principes pour l’avenir de la Syrie et la feuille de route politique.

 

Soutenir le gouvernement d’union nationale

Cette étroite concertation à six a également débouché sur une déclaration commune de Paris sur la Libye dans laquelle les participants réaffirment qu’ils soutiennent la formation d’un gouvernement d’union nationale.

  • Seuls l’union politique et un gouvernement intégrateur et opérationnel peuvent mettre fin à l’instabilité.

Ce lundi à Bruxelles, les ministres des Affaires étrangères européens discutent également de sanctions personnelles contre les opposants au gouvernement d’union nationale.

Vous pouvez consulter l’intégralité de la déclaration ici (en anglais) :
Déclaration commune de Paris sur la Libye, le 13 mars 2016

Situation au 14 mars 2016

© Ministère fédéral des Affaires étrangères (AA)

Relations franco-allemandes

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,