Aller à…
RSS Feed

27 octobre 2020

Les alliés sionistes se penchent sur le cas du Hezbollah


Jeudi 17 mars 2016

À l’instar du conseil des ministres des affaires étrangères de la Ligue arabe, à l’exception de l’Irak, de l’Algérie et bien évidemment, du Liban, les membres du congrès américain, Peter Roskam (R-IL) et Grace Meng (D-NY), appellent l’Union Européenne à proscrire la branche politique du mouvement de résistance libanaise du Hezbollah, au même titre que sa branche militaire.

En effet, prétextant vouloir stopper des activités ainsi que des financements qu’ils estiment être du registre du terrorisme, cet appel fut rédigé sous la forme d’une lettre adressée à l’ambassadeur de l’UE aux États-Unis, David O’Sullivan, dans laquelle ils spécifièrent que bien que l’UE avait précédemment proscrit la branche militaire du Hezbollah, elle ne l’avait pas faite pour son aile politique, alors que le conseil de coopération du golfe (Arabie saoudite, Bahreïn, Koweït, Qatar, Émirats arabes unis et Oman) avait déjà, de son côté, porté l’ensemble du mouvement de résistance sur liste terroriste, sans faire cette distinction.

« Le Hezbollah peut facilement transférer de l’argent au sein de son organisation, et l’UE doit sanctionner efficacement ses activités terroristes, car l’ensemble de l’organisation est impliquée dans les activités néfastes du Hezbollah. »

Il n’est pas étonnant de constater un tel acharnement de la part de ceux qui ont créé, financé et qui utilisent actuellement les terroristes aux quatre coins du monde, sur le parti de la résistance libanaise, le Hezbollah, qui a force de courage et de victoire sur ces mêmes terroristes, est devenu si précieux et si populaire dans le cœur des libanais et de leurs voisins syriens, au de là des différentes appartenances politiques et confessionnelles.

Pour le ministre algérien des affaires étrangères, Ramtane Lamamra:

le Hezbollah est un « mouvement politico-militaire qui active sur la scène politique interne au Liban. Nous devons dans le même temps respecter la constitution du Liban et les dispositions sur lesquelles repose la coexistence dans ce pays ».

De plus, comme nous l’explique le général Yadollah Javani, à travers différents quotidiens, le Hezbollah est un mouvement populaire, dont la naissance s’inscrit en résistance au régime sioniste. Il a mis un terme à l’occupation du Liban par le régime sioniste et est le seul groupe qui est parvenu, pour la première fois après 60 ans, à vaincre cette entité. Lorsque le conseil de coopération du golfe Persique déclare que le Hezbollah est un mouvement terroriste, Il ne fait que réaliser les exigences des États-Unis en marchant lui-même sur le chemin du sionisme.

Le Parti Anti Sioniste condamne cet acharnement et cette hypocrisie notoire de la part de ces hommes d’État, tant en Orient qu’en Occident, qui agissent non pas pour la justice, mais bien en défenseur du projet sioniste et du désordre mondial qu’il génère à travers les continents, et plus particulièrement au Moyen Orient.

Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste

Plus d’histoires dePalestine

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,