Aller à…
RSS Feed

24 novembre 2020

Opération « droits blindés », demande de sanction contre l’Arabie saoudite



Yahia Gouasmi

Vendredi 25 mars 2016

Ce jeudi 17 mars, un avis de demande de contrôle judiciaire en vue d’empêcher le gouvernement canadien de délivrer des licences d’exportation pour des véhicules blindés au royaume sioniste d’Arabie saoudite a été présenté, via le groupe « opération Droits blindés », devant la cour fédérale du Canada.

Invoquant une infraction a la loi sur les licences selon laquelle l’exportation d’équipements militaires à des pays où les droits des citoyens feraient l’objet de violations sérieuses et répétées de la part du gouvernement serait interdite, à moins qu’il puisse être démontré que l’équipement en question soit utilisé contre la population civile, ce groupe présidé par l’ex-député et professeur de droit à l’université de Montréal, Daniel Turp, et qui se compose actuellement d’un bon nombre d’étudiants en provenance de différentes universités du pays, ainsi que de quelques avocats, avait demandé, dans une lettre adressée près d’un mois auparavant au ministre des affaires étrangères, la confirmation, dans un certain délai, qu’aucune licence d’exportation relative à la vente de véhicules blindés légers ne serait délivrée à l’Arabie saoudite, sous peine d’un recour judiciaire en cour fédérale.

« Cette mise en demeure est restée sans réponse et par conséquent mes étudiants et moi-même comptons déposer devant la cour fédérale du canada cet avis de demande de contrôle judiciaire», «La canada doit respecter ses propres lois, la charte canadienne des droits et libertés ainsi que les engagements internationaux du pays en matière de droits fondamentaux et de droit international humanitaire».

A déclaré Daniel Turp à travers un quotidien français.

Un appui d’amnistie internationale qui avait récemment déclaré, dans une lettre envoyée au ministre Dion, que le fait que des violations, incommensurables, des droits humains soient régulièrement produits en Arabie Saoudite ne pouvait être contesté, fut également sollicité.

Ce silence malsain de la part de ces hommes d’état, interpelé par qui de droit, dans un pays qu’ils revendiquent eux-mêmes comme démocratique est non seulement contradictoire et inquiétant, mais outrepasser des lois pour des raisons financières, quand bien même cela rapporterait aux canadas 15 milliards de dollars sur 14 ans, comme le rapportent certains quotidiens, relèverait d’un comportement mafieux.

«Des preuves révèlent que de l’équipement militaire et du matériel militaire comme des chars d’assaut ont été utilisés pour réprimer des manifestations et donc la liberté d’expression et de réunion en arabie saoudite»,

«ces véhicules blindés peuvent être armés et de toute évidence ils le seront, puisque des contrats ont été attribués pour s’assurer qu’ils puissent être munis de canons, de tourelles et d’équipements qui pourraient être utilisés pour mettre en péril le droit à la vie des saoudiens ou d’autres personnes», a également déclaré Daniel Turp .

Le Parti Anti Sioniste ne peut que saluer la démarche et les efforts de ces gens. Nous gardons à l’esprit que ce régime sioniste d’Arabie saoudite est non seulement responsable de la mort et de la persécution d’un grand nombre de ses propres civiles, mais qu’il est également responsable du massacre du peuple yéménite, tout comme il a, de façon évidente, une grande part de responsabilité dans la création du terrorisme qui sévit aux quatre coins du monde.

Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste

Le sommaire du P.A.S.
Le dossier Arabie saoudite
Les dernières mises à jour

Source: Parti Anti Sioniste
http://www.partiantisioniste.com/…

Plus d’histoires dePalestine

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,