Aller à…
RSS Feed

24 janvier 2020

Congo avec système Joseph «Kabila» : poubelle des déchets nucléaires du monde.


Congo avec système Joseph «Kabila» : poubelle des déchets nucléaires du monde.

Congo avec système Joseph "Kabila": poubelle des déchets nucléaires du monde.

Scandales criminels avec ces déchets nucléaires en provenance de l’étranger et enterrés dans le sous-sol congolais. Et hélas, des millions de dollars dans cette corruption criminelle, une vraie menace de plus contre l’économie très instable du pays de Patrice Emery Lumumba. «Likambo oyo ya mabe, ebandi kolobama kala mingi te o ntei ya Bana ya ekolo Congo awa o mboka poto» (Ce tragique scandale! On commence à peine d’en parler dans certains milieux des Congolais de la diaspora en Europe).

 

 

Déchets nucléaires: radioactifs durant des dizaines de milliers d'années. «Boni ko! Ata lokoso ya mbongo».

Déchets nucléaires: radioactifs durant des dizaines de milliers d’années. «Boni ko! Ata lokoso ya mbongo».

La République Démocratique du Congo est parmi les 9 pays africains qui sont les premières destinations du trafic des déchets nucléaires[1]. A quelles autorités régaliennes du système josephiste de Joseph «Kabila», ces maffias internationaux remettent-ils cet argent très sale concernant ces trafics criminels et dangereux contre la santé, la vie et l’économie de la population du Congo?

 

Le 25 juin 2016: mieux vaut tard que jamais avec cette communication écrite et arrivée.

C’est depuis le 25 juin 2016 que le MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO a reçu cette communication écrite sur ces trafics criminels. Notre source est officielle. Il s’agit des rapports des années  2005 et 2006  du PNUE (Programme des Nations Unies pour l’Environnement). Il faut informer le plus grand nombre des Congolais et des amis actifs du peuple congolais car vaut mieux tard que jamais dans cette ambiance très malsaine de moralité des actuelles classes politiques congolaises.

Combattant-Résistant Patchely Mikobi lors de la marche «Je Suis Beni» à Paris (Photo Magazine Ngambo Na Ngambo copyright, samedi 28 mai 2016)

Combattant-Résistant Patchely Mikobi lors de la marche «Je Suis Beni» à Paris (Photo Magazine Ngambo Na Ngambo copyright, samedi 28 mai 2016)

En France un travail est entrain de naître. Ainsi, à l’occasion du 56ème anniversaire de la proclamation de l’indépendance du Congo (30 juin 1960-30 juin 2016), le combattant-résistant Patchely Mikobi a dénoncé aussi de son côté au nom de son mouvement des Combattants, ces trafics criminels en République Démocratique du Congo, pays sous occupation. En effet, il a été sensibilisé deux jours avant le 30 juin 2016 et a réclamé la justice.

 

Ces fûts de déchets nucléaires porteurs de maladies graves dans un pays chaotique en termes des infrastructures dans des hôpitaux et du personnel non formé.

Il a été communiqué à notre média que des conteneurs de ces matières radioactives entrent en territoire congolais par des ports à l’Est et l’Ouest. Et cela dure depuis des décennies. Où sont-ils enterrés depuis ces décennies?

Comme il s’agit d’un cauchemar pour des Congolais au Congo, des mouvements des Combattants-Résistants en Europe vont intégrer ce volet criminel dans des agendas de leurs combats.

La matérialisation de ces trafics «poubelle nucléaire» est une évidence de l’existence d’une chaîne de complicités. Donc, ils ont une chaîne de commandement qui doit en principe impliquer la «douane» de la République Démocratique du Congo.

Les terres du Congo «ya bankoko» transformées en «poubelle nucléaire» est l’illustration que le développement de certains pays se joue souvent au détriment de la nation congolaise.

 

 

Lilo Miango/Rédaction de Paris.

 

[1]Les noms de ces pays africains cités dans ces rapports de 2005 et 2006 du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE): la République Démocratique du Congo (l’ex- Zaïre), le Malawi, l’Érythrée, l’Algérie, le Mozambique, la Guinée-Bissau, le Nigeria, la Namibie et la Somalie.

 

Plus d’histoires deAFRIQUE

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,