Aller à…
RSS Feed

3 décembre 2021

La loi sioniste contre les enfants, un nouveau crime de guerre


Rapport


CPI


Photo: CPI

Vendredi 12 août 2016

Gaza – CPI

Nombreuses sont les conventions internationales qui incitent à protéger les enfants et leurs droits. En revanche, les occupants sionistes continuent à bafouer les lois et les législations internationales. Les occupants sionistes viennent d’imposer une nouvelle loi permettant d’emprisonner les adolescents palestiniens de moins de quatorze ans.

Depuis le déclenchement de l’Intifada d’al-Aqsa en l’an 2000, soulignent certaines études concernant l’arrestation des enfants palestiniens, les occupants sionistes traitent les enfants palestiniens comme des « projets terroristes ». Ils les privent de leurs droits des plus simples, comme leur droit de ne pas être le sujet d’arrestations inconsidérées, leur droit de connaître la cause de l’arrestation, leur droit d’avoir un avocat, leur droit de contacter leurs familles, leur droit d’informer leurs familles de la cause et du lieu d’arrestation, leur droit d’être traité par un vrai juge.

Le droit israélien interdit normalement l’arrestation des enfants de moins de quatorze ans, parce qu’ils sont mineurs. Néanmoins, le gouvernement de l’occupation sioniste travaille pour changer cette loi, à travers la Knesset, afin de pouvoir arrêter les mineurs palestiniens.

Une violation dangereuse

Jabor Wochah, vice-président du Centre palestinien pour les droits de l’homme, confirme à notre Centre Palestinien d’Information (CPI) que cette nouvelle loi est un ajout à la liste si longue des violations des droits de l’homme pratiquées par l’occupation sioniste.

On est mineur jusqu’à dix-huit ans, dit-il. Ainsi, « Israël » non seulement viole cette règle, mais il rend de plus cela légal.

En outre, « Israël » est le seul pays au monde à rendre la torture légale. Il y a aussi la loi d’alimentation forcée des captifs en grève de la faim.

Ladite loi impose le service civil aux enfants. Les institutions défendant l’enfance et les droits de l’homme et la communauté internationale doivent faire attention à ce point, dit l’homme de loi.

Faire face à la loi

Tous les efforts officiels et privés doivent se réunir et s’adresser aux organisations internationales dont le comité des droits de l’homme et le comité de protection de l’enfant pour exposer le sujet, ajoute Jabor Wochah, vice-président du Centre palestinien pour les droits de l’homme.

Il appelle à pratiquer toutes les pressions possibles sur l’entité sioniste afin qu’elle arrête ces pratiques.

A noter que le gouvernement de l’occupation sioniste ne considère enfant toute personne dont l’âge dépasse douze ans. Et selon l’ordre militaire 132, ce gouvernement se permet d’arrêter les enfants palestiniens, même avant l’âge de douze ans.

Le nombre d’enfants détenus dans les prisons de l’occupation sioniste a augmenté de 130%, en avril dernier, par rapport au même mois de l’année 2015.

Violation multiple

Quant à Yasser al-Amouri, expert en droit international, il dit que toute loi imposée aux Palestiniens, qui vivent sous l’occupation, à l’encontre des conventions de La Haye et de Genève, est doublement illégale. Cette occupation approuve une loi illégitime et l’applique.

Il appelle à observer toutes les violations pratiquées par les Israéliens contre les règles du droit international, à préparer les dossiers de ces violations, à mettre un plan stratégique pour poursuivre les occupants sionistes devant les tribunaux internationaux.

Enfin, les quatre conventions de Genève de 1949 et les protocoles supplémentaires de 1977 offrent une protection particulière aux enfants durant les conflits armés. Il y a aussi le traité des droits de l’enfant qui considère enfant toute personne en dessous de dix-huit ans.

Les rapports du CPI
Les dernières mises à jour

Source: CPI
http://french.palinfo.com/…
Partager

Plus d’histoires dePalestine