Aller à…
RSS Feed

8 décembre 2021

GENOCIDE RWANDAIS DE 1994. LE DEBAT SUR LES THESES ANTAGONISTES SUR LA RESPONSABILITE (SUR AFRIQUE MEDIA)


 

  • # PANAFRICOM-TV/ LUC MICHEL:
     2016 10 16/
    RWANDA VS France. Paris réveille les vieux démons du génocide. Les juges français ont
    relancé les investigations pour entendre un ex-militaire rwandais entré en dissidence, qui
    accuse l’actuel président Paul Kagame.
    Kagame hausse le ton : « C’est la France qui devrait être sur le banc des accusés et jugée … et
    personne au Rwanda ».
    * Sur PANAFRICOM-TV/
    LUC MICHEL:
    GENOCIDE RWANDAIS DE 1994. LE DEBAT SUR LES THESES ANTAGONISTES SUR
    LA RESPONSABILITE.
    PARIS ET KIGALI S’OPPOSENT A NOUVEAU SUR LA QUESTION …
    https://vimeo.com/187571593
    EXTRAIT DU
    ‘DEBAT PANAFRICAIN’ DU 16 OCTOBRE 2016,
    LA GRANDE EMISSION DOMINICALE
    SUR AFRIQUE MEDIA.
    Luc MICHEL répond aux questions :
    cropped-800px-Drapeau_de_l-Union_africaine_svg__0.pngVers une nouvelle rupture diplomatique ?
    Que pensez des accusations réciproques de Paris et Kigali ?
    Quelles sont les thèses en présence ?
    Y a-t-il d’autres pistes que celles là dans l’attentat de 1994 ???
    QUI EST RESPONSABLE :
    PARIS ET LES EXTREMISTES DU « HUTU POWER » ?
    OU KAGAME ET SON FPR TUTSI ?
    OU ENCORE DES MERCENAIRES AMERICAINS ET LA CIA ???
    Le géopoliticien et patron du Think Tank EODE nous expliquera les diverses thèses en
    présence et pourquoi Paris et Kigali sont engagés dans un nouveau bras de fer …
    UN TEMOIN CHARGE LE FPR ET KAGAME !
    L’actualité judiciaire et politique internationale remet en effet ce dossier tragique sous les feux
    de l’actualité. Les juges français qui enquêtent sur l’attentat contre le président rwandais
    Juvénal Habyarimana en 1994, épisode déclencheur du génocide des Tutsi (mais qui a aussi
    couté la vie à de nombreux Hutus), ont en effet relancé les investigations pour entendre un ex-
    militaire entré en dissidence, qui accuse l’actuel président Paul Kagame. Réfugié en Afrique
    du Sud, où il a fait l’objet de tentatives d’assassinat, l’ancien général rwandais Faustin
    Kayumba Nyamwasa est lui-même visé par un mandat d’arrêt, lancé en 2006 par l’ex-juge
    Jean-Louis Bruguière, chargé à l’époque de l’enquête ouverte à Paris qui a brouillé alors les
    relations diplomatiques avec Kigali.

 

Partager

Plus d’histoires deAFRIQUE