Aller à…
RSS Feed

3 décembre 2021

Tension entre l’ Égypte et les Saoud


Tension entre l’ Égypte et les Saoud

4bka6985a85ce9f6s1_800c450Le Président Abdel Fattah Al-Sissi a reçu de la part du Prince héritier et ministre saoudien de la Défense, des menaces stipulant qu’il connaîtrait le même sort que son prédécesseur l’ex-Président Hosni Mubarak, dans cas où il refuserait d’obéir aux exigences du prince, à savoir, céder les deux îles de Tiran et Sanafir à l’Arabie saoudite en vertu d’un accord signé entre les deux pays.

Selon « Mashreq News », après que le Président égyptien, Abdel Fatah Al-Sissi, ait tenté de nier devant la presse les divergences entre Riyad et le Caire, Mohkarem Mohammad Ahmad, un journaliste et écrivain égyptien bien connu, a affirmé lors d’une émission télévisée « qu’Israël devrait prendre la responsabilité d’assurer la sécurité de ces deux îles stratégiques de la mer Rouge

Ce journaliste a aussi mentionné l’arrêt à plusieurs reprises par Riyad, des importations de gaz vers l’Égypte. L’Arabie saoudite avait même conditionné l’atterrissage de l’avion de Salman Ben Abdelaziz sur le sol égyptien à la reconnaissance de la souveraineté saoudienne sur les deux îles.

Selon un rapport du journal « Asharq al–Awsat », cette missive de menace, dont le contenu était encore caché il y a peu, fut envoyée à l’intention du Président égyptien par le prince héritier Mohammad Ben Salman.

De plus, une source saoudienne proche du journal a annoncé que dans un récent message adressé au Président Abdel Fattah Al-Sissi, le vice prince héritier serait revenu sur un fichier audio dans lequel le Président égyptien aurait déclaré que « l’argent est abondant « comme les grains de riz » pour les pays du golfe Persique ».

Toujours selon cette nouvelle, Ben Salman aurait aussi menacé l’Égypte en prévenant que si elle ne remettait pas immédiatement les deux îles de Tiran et Sanafir à l’Arabie saoudite, ne renonçait pas à l’amélioration de ses relations avec l’Iran, et pour finir, ne cessait pas de soutenir le gouvernement syrien, Riyad suspendrait tous ses investissements en Égypte afin que Al-Sissi connaisse le même sort que l’ex-président Hosni Mubarak.

Dans notre article du 11 mai 2016 intitulé « Arabie-Israël-Égypte : la triple alliance« , nous annoncions qu’un véritable coup de théâtre géostratégique et diplomatique avait eu lieu en avril 2016 avec l’annonce par l’Égypte du transfert des deux îles, Tiran et Sanafir, sous souveraineté de l’Arabie Saoudite, à la suite de négociations secrètes dans lesquelles Israël avait été impliqué. (http://www.partiantisioniste.com/actualites/arabie-israel-egypte-triple-alliance.html)

À la lumière de ces informations, il semblerait que le Président égyptien Abdel Fattah Al Sissi ait changé d’avis par rapport à ses alliances, notamment celle avec la monarchie wahhabite. Est-ce parce qu’il pressent, tout comme le Parti Anti Sioniste, la fin imminente du régime de Riyad ?

Quoi qu’il en soit, les menaces proférées par ce prince saoudien ne sont pas à prendre à la légère, compte tenu du pouvoir de nuisance de la monarchie wahhabo-sioniste et les égyptiens doivent rester vigilants afin de ne pas connaitre le sort de ceux qui osent refuser de se soumettre aux injonctions de l’Arabie saoudite, instrument principal de la politique sioniste dans la région.

Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste

Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
© http://www.partiantisioniste.com/?p=14284
Partager

Plus d’histoires deArabie Saoudite