Aller à…
RSS Feed

25 juin 2019

Julian Assange, l’homme qu’il faut faire taire


Le vaillant petit économiste

lun. 15 avr. 2019

« La vérité est une trahison dans l’Empire du mensonge »
Chère lectrice, cher lecteur,

Si vous me suivez depuis quelques temps, vous savez à quel point je ne porte pas les régimes politiques dirigistes dans mon cœur.

J’ai parlé du Venezuela, de la Corée du Nord, de la Chine et de nombreuses lois françaises ou européennes … mais j’ai peu parlé des Etats-Unis.

Les Etats-Unis ne sont pas sans défauts

Les Etats-Unis conservent une structure démocratique que je respecte !

De grands noms comme Tocqueville ou le marquis de la Fayette avaient compris que l’Amérique avait su sublimer les valeurs occidentales en les inscrivant dans une structure politique où la liberté et l’égalité ont un sens.

Mais entre-temps les Etats-Unis sont devenus un Empire mondial et leur Constitution est régulièrement transgressée.

Je ne peux que soutenir les héros modernes qui osent dénoncer :

les dérives autoritaires de nos démocraties

ou le grignotage de nos libertés

Un homme en particulier a fait un travail fabuleux, notamment pour dénoncer les actes meurtriers et anticonstitutionnels des Etats-Unis.

Un homme a osé dénoncer les abus : Julian Assange

Il fait partie de ceux que l’on appelle les lanceurs d’alerte.

Julian Assange a cofondé un site internet qui a marqué profondément le journalisme : WikiLeaks.
L’objectif du site est de pallier « l’asymétrie de l’information » existant entre l’Etat et les citoyens.

En effet, l’Etat peut espionner et posséder quantité d’informations sur les citoyens (ne serait-ce que par leurs déclarations d’impôts) mais l’inverse est rarement le cas.

Assange rétablit un peu d’équité.

Il a porté aux yeux de tous :

les massacres innommables de l’armée américaine sur les civils irakiens,

les exactions de la banque islandaise Kaupthing,

la révélation de la bavure militaire de l’armée US qui a coûté la vie à deux journalistes en Iraq,

la corruption incroyable des russes et des dictatures africaines,

les mails de Mme Clinton montrant ses relations avec les compagnies banquières et ses manoeuvres pendant la primaire démocrate,

et bien d’autres affaires de corruption et de dérives autoritaires.

WikiLeaks n’a pas seulement mis à nu les gouvernements et les dirigeants, ce site a profondément changé le rapport des peuples à leurs gouvernants.

Il a osé révéler la sale besogne de ceux qui prétendent nous gouverner.
Un homme reclus pendant 7 ans

Comme le dit George Orwell : « Dire la vérité est une trahison dans l’Empire du mensonge ».

Et l’Empire a fini par l’avoir.

Après 7 ans reclus enfermé dans l’ambassade équatorienne à Londres, il a fini par être livré par ses protecteurs.

Il faut dire qu’entre temps la présidence de l’Equateur a changé.

Quittant la position anti-américaine de son prédécesseur, le nouveau président Lenin Moreno a tout d’abord renoué avec les Etats-Unis en recevant le vice-président Mike Pence… qui ne s’est pas gêné de parler du cas « Assange » [1]

Puis l’Equateur a aussi renoué avec la banque mondiale et le FMI, qui lui a offert un joli prêt de 10,2 milliards de dollars pour reconstruire le pays … [2]

Est-ce le prix de Julian Assange ?

Un destin suspendu à la première alliée de son bourreau

Le président équatorien a donc accepté que la police britannique vienne emporter le fondateur de Wikileaks.

Il est pour l’instant arrêté pour non-présentation au tribunal en 2012, il n’encourt pas une grande peine concernant ce fait. [3]

Autrefois, la Suède avait demandé de pouvoir juger l’Australien pour une accusation de viol. Cette demande a été levée depuis.

Assange n’avait pas peur de comparaitre devant le tribunal suédois, mais il voulait avoir une garantie qu’il ne serait pas extradé vers les Etats-Unis. Une garantie qu’il n’a pas pu avoir. [4]

La question est maintenant de savoir si les Britanniques vont accepter d’extrader le lanceur d’alerte vers leur allié, les Etats-Unis.

Le mystère reste également entier quant au jugement de la cour américaine, en sachant la sympathie relative qu’éprouve le gouvernement Trump envers WikiLeaks, qui a nettement égratigné sa rivale durant la campagne. [5]

Le suspense reste entier.

Un héros de la liberté d’expression

Julian Assange, Edward Snowden et Chelsea Mannings représentent pour moi des démonstrations vivantes de la dévotion des Hommes envers une cause juste.

Ils n’ont rien gagné en montrant ces vérités.

Ils se sont retrouvés poursuivis, enfermés et coupés de tous les gens qu’ils aiment.

Ils l’ont fait par dévotion pour une cause simple : la liberté et la lutte contre l’oppression.

J’inscris l’esprit de cette lettre dans la démarche de ces héros.

À notre échelle nous avons cherché à faire de même afin de montrer ce que les médias n’osent ou ne peuvent pas dévoiler.

Frédéric Duval

Le Vaillant Petit Economiste

Sources :

[1] https://www.washingtontimes.com/news/2018/jun/29/mike-pence-raises-julian-assange-case-with-ecuador/

[2] https://www.lapresse.ca/international/amerique-latine/201902/20/01-5215529-lequateur-obtient-102-milliards-de-dollars-du-fmi-et-de-la-banque-mondiale.php

[3] https://www.leprogres.fr/faits-divers/2019/04/12/julian-assange-ce-qu-on-lui-reproche-ce-qu-il-risque

[4] https://www.rts.ch/info/monde/10359555–je-suis-choque-assange-n-a-fait-que-dire-la-verite-clame-dick-marty.html

[5] https://fr.sputniknews.com/international/201904121040706823-trump-wikileaks-attitude-arrestation-assange/

Une réponse “Julian Assange, l’homme qu’il faut faire taire”

Plus d’histoires deDroit de l'Homme

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,