Aller à…
RSS Feed

12 décembre 2019

Algérie: mort en prison de Kamel Eddine Fekhar, militant des droits de l’homme


France-Irak Actualité : actualités du Golfe à l’Atlantique

Analyses, informations et revue de presse sur la situation en Irak, au Proche-Orient, du Golfe à l’Atlantique. Traduction d’articles parus dans la presse arabe ou anglo-saxonne, enquêtes et informations exclusives.

Publié par Gilles Munier sur 29 Mai 2019, 10:43am

Catégories : #Algérie

Revue de presse : RFI Afrique (25/5/19)*

Un militant des droits de l’homme – Kamel Eddine Fekhar – est mort mardi 28 mai à l’hôpital. L’activiste – connu pour sa défense de la minorité mozabite – avait été arrêté et incarcéré fin mars. Il avait entamé une grève de la faim pour protester contre sa détention. Il est décédé, quelques heures seulement après avoir été transféré en urgence cette nuit à l’hôpital de Blida.

Après plus de 50 jours de grève de la faim, le militant Kamel-Eddine Fekhar est décédé en détention. Selon un proche de la famille, le militant était déjà dans le coma depuis quelques jours avant qu’il ne soit transféré à l’hôpital de Blida.

Son avocat avait mis en garde, son état de santé s’était fortement détérioré ces dernières semaines. Maître Dabouz avait d’ailleurs dénoncé ses conditions de détention dans le pavillon carcéral de l’hôpital de Ghardaïa, comparant sa cellule à une décharge publique.

Médecin de formation et ancien élu du Front des forces socialistes, Kamal Eddine Fekhar était connu pour sa défense des Mozabites, une population d’origine berbère, dont il était issu.

Il avait déjà été arrêté il y a quatre ans suite à des affrontements communautaires dans la région de Ghardaïa, où il dénonçait la répression contre cette minorité par les pouvoirs publics. En mars dernier, il avait à nouveau été interpellé et placé en détention provisoire. Il était accusé d’atteinte aux institutions de l’État.

Aujourd’hui, son avocat dénonce l’acharnement contre son client et ami. Sur les réseaux sociaux, il a accusé les autorités administratives et judiciaires de l’avoir volontairement laissé mourir et demande l’ouverture d’une enquête.

« C’est une mort programmée. Fekhar n’a rien commis. Il a fait une interview qui est publié sur ma page, il n’y a rien d’autre dans son dossier. (…) J’accuse le procureur général, le juge d’instruction de la première chambre, le président de la chambre d’accusation, qui ont ordonné la détention de Kamel-Eddine Fekhar et l’ont laissé mourir en prison. » (Maître Dabouz)

*Source : RFI Afrique

Plus d’histoires deAlgérie

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,