Aller à…
RSS Feed

22 septembre 2019

Khaled Nezzar cherche des éradicateurs pour signer une pétition en sa faveur


France-Irak Actualité : actualités du Golfe à l’Atlantique

Analyses, informations et revue de presse sur la situation en Irak et du Golfe à l’Atlantique. Traduction d’articles parus dans la presse arabe ou anglo-saxonne.

Publié par Gilles Munier sur 18 Août 2019, 07:51am

Par Gilles Munier/

Le site Algérie patriotique (15/8/19), porte-voix de Khaled Nezzar et des éradicateurs algériens, annonce que « des citoyens s’apprêtent à lancer une pétition de soutien » qui sera adressée « à Sa Majesté le roi d’Espagne », pour protéger leur général préféré des « vilains coups tordus de Gaïd Salah ».

En décembre 2011, après son arrestation à Genève, Nezzar avait déjà lancé une pétition de soutien. Elle demandait au régime d’Alger – à Abdelaziz Bouteflika, et à son frère Saïd – d’intervenir pour mettre un terme à la procédure engagée contre lui en Suisse. Parmi  les 176 signataires, on notait la présence de Issad Rebrab – l’homme le plus riche d’Algérie – incarcéré en avril dernier à la prison d’El-Harrach dans le cadre de l’opération « Mains propres »  lancée par Ahmed Gaïd Salah.

Enlèvement en plein centre d’Alger

En septembre, Nezzar aura en face de lui plusieurs rescapés des camps de concentration ouverts par l’armée algérienne à 1 400 km d’Alger, au Sahara – entre Reganne, Oued Namous et In M’guel – une région appelée «  Triangle de la mort »,  car polluée par les essais nucléaires français, voire aussi d’armes chimiques et bactériologiques.

Parmi ses accusateurs : Nourredine Belmouhoub, défenseur des droits de l’homme et porte-parole du Comité de défense des ex-internés des camps du Sud.

Nourredine Belmouhoub a porté plainte contre Nezzar en Algérie dès août 2001, sans résultat bien sûr, raison pour laquelle il a demandé à Trial International, ONG suisse militant contre l’impunité des responsables de crimes de guerre, de porter plainte en son nom devant la justice helvétique.

Belmouhoub, qui a lui aussi lancé une pétition mais « Pour que Nezzar et tous ses acolytes soient jugés ! », accuse également le général à la retraite de l’avoir fait kidnapper en fin de matinée dans le centre d’Alger, en octobre 2011, peu après l’arrestation de ce dernier à Genève. Libéré trois jours plus tard, il a raconté au quotidien El Watan ce que voulaient ses ravisseurs  «Les agents, je ne sais pas s’ils sont du DRS ou de la police, n’arrêtaient pas de me dire ‘retire la plainte que tu as déposée contre Nezzar’. Ils me disaient aussi: ‘Reste tranquille et arrête tes activités de militantisme pour les droits de l’homme’ ».

Nourredine Belmouhoub a refusé, et a porté plainte contre X pour enlèvement et séquestration. Sans résultat.

Qui soutient encore Nezzar ?

La nouvelle pétition lancée par Khaled Nezzar lui permettra de savoir qui le soutient encore ouvertement et qui serait éventuellement prêt à témoigner en sa faveur au procès qui doit s’ouvrir en Suisse le 6 septembre prochain. Ses 176 soutiens de décembre 2011 répondront-ils présents ? Pas certain : les temps ont changé.  En tous cas, ni Ahmed Gaïd Salah ni le Hirak ne sont dupes du but de l’opération.

Le roi Felipe d’Espagne, appelé à la rescousse par les rédacteurs de la pétition, n’en sera le destinataire que pour attirer l’attention et espérer quelques retombées médiatiques. Le CNI – service secret espagnol – sait à quoi s’en tenir sur les crimes dont Nezzar est accusé, et sur l’argent sale déposé par la Issabala bande à Bouteflika – dans les banques du pays.

A suivre

Sur le même sujet, lire aussi :

La cavale du général Khaled Nezzar accusé de crimes de guerre

Algérie – « Courage fuyons » : Le trouble jeu du général Khaled Nezzar

 

Et pour en savoir plus sur les camps de concentration algériens au Sahara :

Lire « Dans les geôles de Nezzar », le témoignage de Lyes Laribi.

 

Plus d’histoires deAlgérie

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,