Aller à…
RSS Feed

22 septembre 2019

Israël rend son dernier soupir ! Par Ari Shavit, journaliste à Haaretz.


ITRI : Institut Tunisien des Relations Internationales

  • »Israël rend son dernier soupir ! Par Ari Shavit, journaliste à Haaretz.

 

Publié par Candide le 5 septembre 2019 dans Chroniques

 

 

Il n’y a pas que l’axe de la Résistance qui croit à la fin de l’entité sioniste, mais aussi certains israéliens qui ont le courage de s’affranchir du joug du messianisme sioniste et de ses récits mythiques pour voir la réalité et dire la vérité. 


L’article de Rached Abou Daoued, dont je vous vous propose la traduction, nous présente l’une de ces voix, celle d’Ari Shavit, journaliste à Haaretz.

Traduit de l arabe par Zohra Credy

Israël rend son dernier soupir !


Un article qui mérite d’être lu


J’ai reçu cet article intéressant il y a quelques heures, et le sujet mérite toute notre attention. Cet article écrit par Ari Shavit dans les colonnes de Haaretz est, sans aucun doute, d’un grand intérêt pour tout Palestinien. 

Le titre n’est pas de moi, il n’est pas le rêve de 12 millions de Palestiniens vivant en  Palestine occupée ou en diaspora, ni l’accomplissement de la prophétie de Mahmoud Darwish,  lorsqu’il a écrit il y a  plus de 20 ans «  ceux qui passent entre des mots fugaces ».

En fait, c’est le titre d’un article écrit par un journaliste  israélien qui a cerné la vérité  et l’exprime clairement dans le journal Haaretz. Il n’est pas le seul israélien à avoir sonné  l’alarme  pour secouer  les  consciences des sionistes et surtout des plus  extrémistes d’entre eux en leur jetant la vérité aux visages à savoir qu’il n’y a pas  d’avenir pour eux  dans ce pays appelé la Palestine et qui le restera malgré tout ! 


Le journaliste, Ari Shavit a écrit : il est possible que tout soit perdu, il est possible que nous ayons franchi le point de non-retour,  il est possible que nous ne puissions  plus mettre un terme à l’occupation, arrêter la colonisation et instaurer la paix, il n’est peut-être plus possible de réformer le sionisme de sauver la démocratie et de partager le pays.

Si c’est le cas,  il n’y aurait aucun sens à vivre dans ce pays, non plus  à  écrire pour  Haaretz, ni à lire Haaretz. Ce que Rogel Alpher a proposé il y a deux ans devrait être fait : quitter le pays.  Si l’appartenance à Israël et au judaïsme ne constituent pas des facteurs  intrinsèques d’identité et s’il existe un passeport étranger, non seulement sur le plan technique, mais également sur le plan psychologique, c’est fini.  Vous devriez dire au revoir à vos amis et déménager à San Francisco ou à Berlin.


D’ici, du pays du nouveau nationalisme extrémiste allemand ou du pays du nouveau nationalisme suprémaciste  américain, il faut regarder calmement  l’État d’Israël agoniser. Nous devons faire trois pas en arrière pour observer  l’Etat juif démocratique sombrer. Il se peut que la situation ne soit pas totalement perdue.


Nous n’avions peut-être pas encore dépassé le point de non-retour,  il est peut-être  encore possible de mettre fin à l’occupation, d’arrêter les colonies, de réformer le sionisme, de sauver la démocratie et de partager le pays.


Ari Shavit a enfoncé le couteau dans la plaie, et veut secouer Netanyahu, Lieberman et les néonazis afin de les réveiller de leur délire sioniste, affirmant que ce ne sont pas Barack Obama et Hillary Clinton qui mettront fin à l’occupation.


Ce ne sont pas les Nations Unies, ni l’Union européenne qui arrêteront la colonisation.  La seule force au monde capable de sauver Israël de sa perdition ce sont les Israéliens eux-mêmes, en inventant un nouveau langage politique qui puisse admettre  la réalité à savoir  que les Palestiniens sont enracinés dans ce pays et engager la recherche d’une  troisième voie qui puisse assurer la survie d’Israël.  


Depuis leur arrivée en Palestine, les Israéliens savent qu’ils sont le produit d’un mensonge créé par le mouvement sioniste qui a utilisé toutes les impostures pour créer une historicité juive.


Par l’instrumentalisation de  l’Holocauste commis par Hitler, le mouvement sioniste  a pu convaincre le monde que la Palestine était la Terre promise, que le prétendu Temple se trouve sous la Mosquée Al-Aqsa. C’est de cette façon que le loup sioniste s’est transformé en agneau se nourrissant de l’argent des contribuables américains et européens, jusqu’à devenir un monstre nucléaire….

 

Des archéologues occidentaux et juifs dont le plus illustre, Israël Finkeltstein de l’Université de Tel-Aviv, ont certifié que l’histoire du Temple est aussi un mensonge et une légende qui n’a aucun fondement historique.  Toutes les fouilles n’ont pu rien prouvé sur l’existence du Temple et ont permis de conclure qu’il avait complètement disparu depuis  des milliers d’années, comme le mentionnent  explicitement de nombreuses références juives.  Plusieurs archéologues occidentaux l’ont aussi affirmé.

Report this ad

L’exemple le plus récent remonte à 1968, quand l’archéologue britannique, Kathleen Kenyon,  alors directrice des fouilles de la British School of Archaeology de Jérusalem, avait été expulsée de Palestine pour avoir avancé, sur la base des fouilles effectuées à Jérusalem, l’inexistence du Temple de Saloman sous la Mosquée Al-Aqsa, apportant ainsi  un démenti au discours mythologique israélien.

L’archéologue britannique a conclu à  l’existence d’aucune trace de la structure de Salomon et a démontré  que ce que les Israéliens présentent comme étant les Écuries de Salomon ne le sont pas et n’ont aucun lien avec le Temple de  Salomon. Elle a prouvé que ce bâtiment  n’est qu’un  modèle architectural d’un palais couramment construit dans plusieurs régions de la Palestine.


C’est la malédiction du mensonge qui poursuit les israéliens et qui, jour après jour,  les frappe au visage sous la forme d’un couteau entre les mains d’un jeune de Jérusalem, d’al-Khalil ou de Naplouse, sous forme d’une pierre ou d’une attaque par un chauffeur de bus de Jaffa, Haïfa ou Acre.


Les Israéliens savent qu’ils n’ont pas d’avenir en Palestine et que ce n’est pas une Terre sans peuple comme ils l’ont mensongèrement prétendu !   Voici un autre écrivain qui reconnaît, non seulement  l’existence du peuple palestinien, mais aussi admet sa  supériorité sur les Israéliens,  c’est le sioniste de gauche Gideon Levy, qui a écrit :
« Il me semble que les Palestiniens ont été créés d’une argile différente de celle des autres êtres humains. Nous avons occupé leur Terre, nous avons essayé de les séduire avec nos chansons et nos filles de joie,  nous  nous sommes dit  qu’après quelques années,   ils finiront par   oublier  leur patrie et leur terre. Et voila que les jeunes  générations  se soulèvent lors de l’intifadha de 1987.  Nous les avons arrêtés et jetés en prisons, pensant  les faire plier sous nos jougs.


Des années plus tard, alors que nous croyons qu’ils avaient bien compris la leçon, les   voilà qui reviennent  avec un soulèvement armé en 2000, un soulèvement qui a tout dévasté. Nous nous sommes dits, nous allons démolir leurs maisons et  les assiéger pendant de nombreuses années.


Mais voilà qu’ils sortent du néant des missiles pour nous frapper malgré le blocus et la désolation dans laquelle nous les avons plongés. Et nous avons commencé alors  à  construire des murs et des barrières de fil barbelé. Mais voilà qu’ils surgissent de sous terre par des tunnels pour nous asséner des coups mortels !


Nous les avons combattus par la pensée, mais voilà qu’ils piratent notre satellite AMOS pour semer la peur et la terreur dans chaque maison israélienne par leurs menaces  comme ils l’ont fait lorsque certains de leurs jeunes ont pu s’emparer de la chaîne 2. 


En résumé, il semble que nous faisons face au peuple le plus déterminé qu’a connu l’Histoire, il n’y a donc pas de solution sans la reconnaissance de leurs droits et la fin de l’occupation ».

Plus d’histoires deONU

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,