Aller à…
RSS Feed

22 septembre 2019

Algérie: Pourquoi les Russes ne soutiennent pas Ahmed Gaid Salah


France-Irak Actualité : actualités du Golfe à l'Atlantique

France-Irak Actualité : actualités du Golfe à l’Atlantique

Analyses, informations et revue de presse sur la situation en Irak et du Golfe à l’Atlantique. Traduction d’articles parus dans la presse arabe ou anglo-saxonne.

Publié par Gilles Munier sur 10 Septembre 2019, 08:02am

Catégories : #Algérie

Le général Ahmed Gaïd Salah

Par Skander Salhi (revue de presse : Maghreb Intelligence –  9/9/19)*

En France comme en Algérie, une information sulfureuse est en train d’alimenter une campagne médiatique qui défraie la chronique. Cette campagne menée par plusieurs médias algériens et français tendent à faire croire que le Kremlin et Vladimir Poutine soutiennent corps et âme Ahmed Gaïd Salah, le patron de l’armée algérienne, l’homme le plus critiqué en ce moment par la rue et les manifestants du vendredi. Cette information s’avère totalement fausse, -a-t-on constaté à la suite de nos recherches.

« Oui, c’est du pur mensonge. La Russie ne soutient pas du tout Gaïd Salah », nous confie ainsi une source au sein de l’ambassade de Russie à Alger qui se dit étonnée, voire choquée par les proportions alarmantes que prend cette campagne médiatique. « Il est vrai que nous sommes traditionnellement proches de l’armée algérienne et que l’Algérie est un client traditionnel et historique de notre industrie d’armement, mais cela n’autorise personne à nous imputer de fausses positions politiques. Nous n’avons aucun attachement particulier à la personne d’Ahmed Gaïd Salah », explique notre source diplomatique sur un ton sûr et certain.

D’après notre source, la Russie est victime d’une campagne de manipulation en Algérie. Des partis politiques comme le FLN ont volontairement manipulé les propos de l’ambassadeur russe qui a rencontré récemment plusieurs chefs de partis comme Mohamed Djemaî, le premier secrétaire général du FLN. Au cours de cette rencontre, l’ambassadeur russe a bel et bien discuté de l’actualité politique et de l’option de l’organisation d’une élection présidentielle, mais il n’a jamais insisté sur l’importance de sa tenue avant la fin de l’année comme il n’a jamais prononcé le moindre éloge à l’attention d’Ahmed Gaïd Salah, certifie notre source.

L’ambassadeur russe à Alger est, d’ailleurs, sorti de son silence pour démentir les propos qui lui ont été prêtés par le patron du FLN. Selon notre source, la Russie a une seule priorité : empêcher que l’instabilité politique n’enclenche une crise régionale justifiant ainsi l’interventionnisme occidental comme en Syrie. « Pour le reste, la Russie est respectueuse de la volonté du peuple algérien et traite avec des institutions et non pas des personnes », indique notre source.

Celle-ci a confirmé enfin que la Russie ne mène aucune négociation secrète avec Gaïd Salah. Preuve en est, le patron de l’armée algérienne avait dépêché à la fin de l’année 2018, son poulain, le général Youcef Bouzid, l’ex-patron de la sécurité extérieure au sein des services secrets algériens, à Moscou pour rencontrer des responsables russes. « Et lorsque le général Youcef a commencé à aborder les échéances des présidentielles d’avril 2018 et les intentions louables de Gaïd Salah, nos hauts responsables ont précisé que les affaires internes de l’Algérie ne les concernent pas. Seule la bonne coopération bilatérale et le respect des engagements bilatéraux comptent aux yeux de notre establishment », conclut enfin notre source qui dénonce « un lobby médiatique et politique qui veut salir l’image de la Russie en l’impliquant maladroitement dans la crise algérienne ».  

*Source : Maghreb Intelligence

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus d’histoires deAlgérie

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,