Aller à…
RSS Feed

21 février 2020

La Méditerranée orientale, un terrain de lutte multilatéral ?


Publié par Gilles Munier sur 29 Décembre 2019,

Catégories : #Libye, #Turquie, #Algérie

Les ressources gazières deviennent un enjeu important au centre des conflits entre les États arabes et non arabes

Revue de presse : Press TV (25/12/19)*

La situation dans la Méditerranée orientale ne cesse d’évoluer opposant la Turquie et le gouvernement d’union nationale libyenne (GNA) à d’autres parties ambitieuses à savoir l’Égypte, la Grèce, Chypre et le gouvernement libyen basé à Tobrouk (partisan du Khalifa Haftar).

L’existence de ressources gazières dans la région qui est devenue le théâtre d’un conflit d’intérêts turco-égyptien a donné aux événements une dimension plus complexe. S’y ajoutent les tensions gazières opposant Ankara à Tel-Aviv, qui attisent encore le feu de la crise dans la Méditerranée orientale.

Réagissant à ces évolutions, le quotidien Al-Quds Al-Arabi publié à Londres a écrit que la sécurité nationale des pays arabes est menacée par un nouveau défi cette fois-ci depuis « la porte orientale de la Méditerranée ».

Selon l’analyste égyptien Ibrahim Nawar, la sécurité nationale du monde arabe dans les années 1950 avait été définie sur la base du conflit avec l’ennemi israélien. Dans les années 1980, certains États d’obédience nationaliste, ainsi que des régimes rétrogrades du sud du golfe Persique, sont arrivés à cette conclusion illusoire que la principale menace pour le monde arabe était l’Iran et non pas Israël. Ils ont donc développé leur politique d’hostilité envers l’Iran en gaspillant des ressources financières des pétromonarchies du golfe Persique.

Mais on a affaire aujourd’hui à un monde arabe qui fait face à un nouveau phénomène et cela en Méditerranée orientale, prévient l’analyste égyptien. Une région qui s’est transformée en théâtre des interventions multipartites et des conflits d’intérêts divers faisant penser à une question fort cruciale : « À quoi la sécurité nationale arabe ressemblera-t-elle au 21e siècle ? », s’interroge l’analyste.

Pour Ibrahim Nawar, les grandes lignes de la sécurité nationale du monde arabe sont désormais redéfinies au rythme des priorités fixées par les monarchies arabes riveraines du golfe Persique. Ces mêmes pays qui restent les principales sources de financement des pays défaillants du monde arabe.

« Les gouvernements faibles et fragiles dépendent fortement de l’aide économique des pays riches du golfe Persique pour leur survie et n’ont qu’à définir leur stratégie de sécurité nationale en suivant leurs parrains sur la base de l’hostilité envers l’Iran », a-t-il ajouté.

L’auteur a souligné que pour ces pays l’orientation de la stratégie de la sécurité nationale se déplace maintenant du golfe Persique vers la Méditerranée orientale où les ressources gazières deviennent un enjeu important au centre des conflits entre les États arabes et non arabes. Il s’agit là d’un groupe de pays qui adhèrent chacun à des coalitions différentes et qui poursuivent des intérêts contradictoires et conflictuels.

Les acteurs en sont quatre pays arabes (Égypte, Syrie, Liban et Libye) et trois pays non arabes (Turquie, Israël et Grèce). La Turquie et la Grèce sont membres de l’OTAN, mais d’autres pays sont membres des petites coalitions formées de manière conjoncturelle.

Aux yeux d’Ibrahim Nawar, la conclusion d’un accord globale dans cette région entre les différentes parties s’avère très improbable, étant donné la multiplicité des acteurs et la diversité de leurs intérêts.

À cela s’ajoute un autre défi, c’est-à-dire l’intolérance et les préjugés issus du nationalisme arabe face aux pays non arabes, ce qui rendrait la situation encore plus compliquée.

Dans ce sens, les évolutions actuelles présagent plutôt un avenir lourd de menaces et non pas la perspective qu’un avenir prometteur basé sur la coopération.

Les affrontements se manifestent davantage avec la signature d’un accord militaire et sécuritaire entre Ankara et le gouvernement libyen de Tripoli. Ces dernières semaines, la région a également connu des tensions entre d’une part la marine turque et les plates-formes de forage de la société gazière italienne ENI, et de l’autre des navires de forage et de cartographie israéliens au large de Chypre.

Selon l’auteur, ces conditions conflictuelles exigent que la pomme de discorde principale, à savoir les ressources gazières en Méditerranée orientale, devienne l’objet d’une « coopération régionale ».

*Source : Press TV

Sur le même sujet, lire aussi :

Géopolitique du gaz en méditerranée orientale

Plus d’histoires deAlgérie

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,