Aller à…
RSS Feed

15 août 2020

L’Amérique est sur la corde raide


Le Saker

Paul Craig Roberts

Samedi 28 décembre 2019

Par Paul Craig Roberts – Le 20 décembre 2019 – Source Unz Review

La procédure de mise en accusation orchestrées par les idiots démocrates de la Chambre avec l’aide du FBI, de la CIA, de la NSA et des médias corrompus a été une aubaine pour la collecte de fonds des Républicains.

Des juifs comme Schiff et Nadler ont donné à l’Américain moyen l’impression que les juifs n’acceptent pas que les « Déplorables » soient qualifiés pour élire leur propre président, et que Schiff et Nadler ont l’intention de renverser le résultat de l’élection car il est le résultat de personnes qui ne devraient pas être autorisées à voter. Jennifer Rubin renforce cette impression avec son article intitulé, « Les électeurs juifs américains détestent encore Trump », publié dans le Washington Post

Cette impression est très dommageable pour les Juifs car elle va créer de l’antisémitisme même si tous les Juifs ne soutiennent pas la conspiration de Schiff et Nadler pour détrôner, avec des accusations très faibles, un président américain élu.

Certains juifs m’ont fait part de leur étonnement et se demandent pourquoi Schiff, Nadler et cie., à la Chambre, et Schumer et cie., au Sénat, sont contre Trump alors que Trump est le plus grand partisan d’Israël de tous les présidents des États-Unis. Trump a tout donné à Israël, et sa récompense est une destitution orchestrée par des Juifs. Ils craignent qu’une destitution orchestrée par des juifs ne vienne affaiblir le lobby israélien auprès des Républicains et se demandent pourquoi Israël ne pas dit à l’AIPAC que la direction juive de la destitution doit être moins visible. Une connaissance juive m’a dit qu’il est absurde pour les juifs d’essayer de détruire le président des États-Unis alors que c’est une cadeau de Dieu pour Israël.

Il est clair que le cirque de la destitution est un acte politique mené par les Démocrates de la Chambre. C’est une orchestration politique sans aucune preuve ou témoignage crédible. Les Démocrates cherchent le pouvoir. Ils ont été frustrés par l’échec du Russiagate, et ont alors orchestré un canular sur l’Ukraine qui, même s’il était vrai, ne justifierait pas un acte de destitution. Les Démocrates de la Chambre sont en mesure de s’en tirer avec ce canular parce que les médias américains sont corrompus.

Au fur et à mesure que la procédure de mise en accusation se déroulait, le public s’est retourné contre cette procédure, la considérant comme une action purement politique. Les Démocrates espèrent qu’une partie de la boue collera à Trump et réduira ses chances de réélection, mais il semble au contraire que cette mise en accusation favorise Trump.

Le Sénat ne condamnera pas Trump, à moins qu’un nombre suffisant de sénateurs républicains puissent faire l’objet d’un chantage de la part du FBI, de la CIA et de la NSA – des institutions d’État qui ont des dossiers d’espionnage sur tout le monde – ou à moins que le complexe militaire/sécuritaire puisse soudoyer suffisamment de Républicains avec de grosses sommes d’argent pour qu’ils votent contre Trump.

Je pense que c’est peu probable car ce serait trop évident pour ne pas que même les Américains insouciants le remarquent.

Ce qui est troublant au sujet de cette mise en accusation et du Russiagate, c’est que ces actions orchestrées sont une tentative de renverser une élection démocratique. Les États-Unis s’engagent maintenant dans des actions contre leur propre population, comme les actions que Washington a récemment menées contre le Venezuela, la Bolivie, le Honduras et l’Ukraine. C’est aussi troublant parce que cela démontre qu’il n’y a aucune intégrité dans les médias ou les agences de sécurité américaines. Sans l’appui des médias et des agences de sécurité, les Démocrates ne pourraient pas orchestrer des canulars aussi évidents.

Le Russiagate et cette mise en accusation ont radicalisé le pays. La population est maintenant divisée d’une nouvelle manière. D’un côté, nous avons les gens qui ont élu Trump, des Américains traditionnels ordinaires qui croient en Dieu et en leur pays et qui sont maintenant diabolisés comme étant des « racistes » et des « suprémacistes blancs » (Jennifer Rubin qualifie les Américains traditionnels de « nationalistes blancs »). D’un autre côté, nous avons les Démocrates, qui ne sont plus le parti des travailleurs, mais le parti des immigrés, des homosexuels, des transsexuels, des païens, des féministes et des hommes féminisés.

Ce combat me semble très inégal, car les Démocrates se sont coupés du public américain traditionnel. Pourtant, c’est le président des États-Unis et ses partisans qui sont sur la défensive. Comment le Président des États-Unis et les Américains qui l’ont élu ont-ils été mis sur la défensive par des homosexuels, des transsexuels, des féministes, des escrocs comme Biden et Hillary Clinton, et des médias dépourvus de toute intégrité et de toute responsabilité envers la vérité ?
Si Trump perd ce combat, nous avons perdu notre pays.

Pour envisager le sort de notre pays, essayez d’imaginer un pays dont la presse écrite, la télévision et les médias de masse sont dépourvus d’intégrité. Essayez d’imaginer un pays où le but des représentants élus du peuple est de servir leur propre carrière et leur propre richesse. Le résultat n’est pas un pays dans lequel la vérité et la justice prévalent. Si la vérité et la justice ne prévalent pas, alors le peuple ne prévaut pas.

C’est aussi simple que cela.

Aux États-Unis, aujourd’hui, la politique est celle de la guillotine.

Paul Craig Roberts

Traduit par Wayan, relu par Hervé pour le Saker Francophone

 

Plus d’histoires deCorruption

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,