Aller à…
RSS Feed

2 juin 2020

Le Maroc et l’Algérie parmi les premiers pays importateurs d’armement en Afrique


Publié par Gilles Munier sur 11 Mars 2020, 07:53am

Par Ghita Zine (revue de presse : Yabiladi – 9/3/20)*

Entre les années 2015 et 2019, le Maroc et l’Algérie ont été parmi les pays qui ont importé le plus d’armes au niveau de l’Afrique. Avec l’Egypte, ces trois Etats constituent le top 3 de ceux qui s’adonnent à une forme de compétition en termes d’armement, selon un rapport.

Le Maroc et l’Algérie sont les pays africains s’étant fournis le plus en armes, entre 2015 et 2019. Ces transactions se sont opérées dans un contexte mondial, où les opérations de vente et d’achat d’armement ont augmenté de 5,5%, comparé à la période 2010-2015. Pourtant, la moyenne globale du continent africain montre une baisse de 16% entre ces deux périodes, ce qui signifie que plusieurs pays d’Afrique ont baissé leurs opérations commerciales d’armes, tandis que d’autres les ont accrues, particulièrement dans la région MENA.

Ces données du rapport annuel du Stockholm international peace research institute (SIPRI), publiées en ce mois de mars, s’intéressent aux 40 principaux pays importateurs d’armement ainsi qu’aux 40 plus grands exportateurs. Ces derniers, de 2015 à aujourd’hui, ont été les Etats-Unis, la Russie, la France, l’Allemagne et la Chine. Elles ont fourni principalement la région Moyen-Orient, où l’Arabie saoudite constitue le plus grand importateur régional et mondial.

En effet, les pays de la région MENA sont fortement présents au classement mondial, où l’Egypte est le troisième plus gros importateur, l’Algérie sixième et le Maroc 31e. Cependant, la Tunisie, la Mauritanie et la Libye sont absents des classements du top 40 mondial, tout comme les autres pays de notre continent. Dans la région nord-africaine, c’est la Russie qui exporte le plus d’armes (49%), suivie des Etats-Unis (14%) et de la Chine (13%).

L’Afrique du Nord se militarise plus que les autres régions africaines

A elle seule, l’Afrique du Nord représente 74% des importations d’armes sur le continent, sur la période entre 2015 et 2019. Celles de l’Algérie constituent 79% des importations en Afrique du Nord. La proportion des achats d’armes du pays, elle, constitue 4,2% du total des importations à travers le monde. Le pays reste un client principal de la Russie, dont il importe 67% de son armement, ainsi que de la Chine avec 13%, puis de l’Allemagne avec 11%.

Quant au Maroc, ses importations en armement ont constitué 0,8% de celles à l’échelle mondiale, entre 2015 et 2019. Par ailleurs, le pays reste un grand client des Etats-Unis, qui représentent 91% de l’approvisionnement étranger en armes, suivis de la France (8,9%), puis du Royaume-Uni avec 0,3%. Pour le reste du classement, continental comme international, les autres pays africains restent absents, ce qui dénote sur le fait qu’il sont loin d’être les plus gros acheteurs d’armes dans le monde.

Selon SIPRI, ces chiffres conséquents sont à analyser à la lumière des tensions entre l’Algérie et le Maroc, en plus de la situation de conflits internes et régionaux, au Mali et en Libye, qui poussent les pays voisins à renforcer leur armement pour sécuriser leurs frontières.

A l’échelle mondiale, les Etats-Unis occupent la première place en tant qu’exportateur d’armement, avec 36% des opérations à travers le monde. Ils sont suivis de la Russie (21%), de la France (7,9%), de l’Allemagne (5,8%), de la Chine (5,5%), du Royaume-Uni (3,7%), de l’Espagne (3,1%), d’Israël (3%), de l’Italie (2,1) et de la Corée du Sud (2,1%).

Quant aux dix premiers pays importateurs d’armement dans le monde, l’Arabie saoudite s’accapare la première place, avec 12% des transactions internationales. Elle est suivie de l’Inde (9,2%), de l’Egypte (5,8%), de l’Australie (4,9%), de la Chine (4,3%), de l’Algérie (4,2), de la Corée du Sud (3,4%), des Emirats arabes unis (3,4), de l’Irak (3,4%) et du Qatar (3,4%).

*Source : Yabiladi

Plus d’histoires deAFRIQUE

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,