Aller à…
RSS Feed

1 juin 2020

Attali ou Confucius !


Bruno Guigue

Mercredi 29 avril 2020

Il va tout de même falloir se demander pourquoi les pays d’Asie, dans l’ensemble, font face à la pandémie avec davantage d’efficacité que les pays occidentaux. Les raisons en sont politiques, bien sûr, les États socialistes comme la Chine et le Vietnam étant de loin ceux qui s’en sortent le mieux. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’ils ont pris la mesure du phénomène avant les autres, et que l’État a refusé d’arbitrer entre sauver des vies et sauver des points de croissance, tandis que les pays capitalistes misent sur l’immunité collective, c’est-à-dire sur l’euthanasie sélective des faibles et des vieux, comme l’a avoué le vice-gouverneur du Texas, véritable génie politique à qui on saura gré de s’être fait le porte-parole ingénu du malthusianisme néolibéral et le digne héritier spirituel de Jacques Attali. Au moins c’est clair.

Mais la politique n’explique pas tout, du moins en Asie, et c’est ce que montre le débat sur le port du masque. Ce qui est fascinant, en effet, c’est sa dimension anthropologique. Car cet ustensile, comme on le sait, n’a aucun intérêt immédiat pour l’individu qui le porte. Il ne sert pas à se protéger, mais à protéger les autres. C’est pourquoi on l’utilise depuis longtemps dans les pays de tradition confucéenne. En Chine, au Vietnam, et dans les pays d’Asie marqués par cette conception éthique vieille de 2500 ans, la collectivité prime sur l’individu. Ou plutôt, l’individu n’existe que comme produit social. Comme dit le philosophe chinois Zhao Tingyang, « la coexistence précède l’existence ». L’ être n’est pas substance mais relation.

J’entends déjà les cris d’horreur des individualistes forcenés, mais ce n’est pas parce qu’ils croient à des chimères que le réel va se plier à leurs désirs. Car si l’individu se croit libre, il n’existe en réalité que comme tissu de relations sociales, la qualité de son existence individuelle dépendant de la qualité de ses relations sociales et de rien d’autre. Marx l’avait d’ailleurs remarquablement mis en lumière, mais on ne va quand même pas demander aux bobos parisiens qui croient accomplir un acte révolutionnaire en bravant l’interdiction de sortir de chez soi pour danser sur Dalida de lire Marx. C’est peine perdue.

Le dernier aspect de la question, et peut-être le plus important, c’est la dimension rituelle du port du masque, comme illustration de ce dont les sociétés asiatiques sont capables, et dont nous sommes, nous, incapables. Un rite, dans l’éthique confucéenne, n’est pas un geste purement formel que l’on accomplit par une sorte de soumission aveugle à des règles surannées. « Les rites, dit Confucius, c’est ce qui met de l’ordre dans ce qu’on fait ». La ritualisation de la vie sociale a pour vertu de discipliner les comportements en regard du bien commun, elle éduque, oriente et civilise. Ce n’est pas un hasard, non plus, si les rites s’ordonnent à cette conception fondamentale de la société chinoise comme élargissement de la famille, noyau et paradigme de toutes les relations inter-humaines, et si de cette conception le culte des ancêtres est la source vive, celle qui relie entre elles, d’un fil invisible, les générations successives.

Qu’il s’agisse du culte des ancêtres, des liturgies funéraires, des fêtes familiales, sociales ou patriotiques, la forme des rites est inculquée aux individus pour les mettre en capacité de remplir leurs obligations. Le ritualisme repose sur cette idée, très profonde, que la bonne conduite ne peut venir que de pratiques répétées. Comme le respect dû aux anciens, dont il est la conséquence logique puisqu’il s’agit de protéger nos aînés, le port du masque fait partie de ces rituels sociaux qui signalent une collectivité responsable. Les sociétés asiatiques ont fait ce choix depuis longtemps. A nous de faire les nôtres, en nous demandant si nous voulons d’une société qui euthanasie les anciens ou d’une société qui les honore. C’est Attali ou Confucius.

 

Le sommaire de Bruno Guigue
Le dossier Chine
Le dossier Covid-19
Les dernières mises à jour

Source : La page FB de Bruno Guigue

Plus d’histoires deChine

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,