Aller à…
RSS Feed

23 septembre 2020

Afrique: comment le confinement tue les pauvres


Par El PaïsHarare. Traduction et commentaires:

Elles ne meurent pas du Covid-19, elles meurent de faim. Ainsi en a décidé l’État des riches

Martha Kahari avait déjà du mal à joindre les deux bouts après que le confinement imposé par le coronavirus au Zimbabwe l’ait forcée à cesser de vendre des vêtements d’occasion et des tomates au bord de la route dans la capitale Harare. Peu de temps après, le conseil municipal a démantelé son poste de vente. (Prenez note que le coronavirus n’impose pas la loi du confinement dément. Ce sont les larbins politiciens africains – sous la botte de l’OMS – qui imposent ce confinement dément et détruisent les moyens de subsistance des millions de pauvres zimbabweins. NDLR).

Mourir de faim à cause d’un coronavirus  (Non pas à cause du coronavirus mais à cause du confinement dément et meurtrier imposé par l’armée NDLR). La ruine des indépendants africains racontée par eux-mêmes

Depuis avril, les autorités municipales – militaires –  des principales villes du Zimbabwe ont démoli des milliers de structures construites illégalement que des marchands comme Kahari utilisaient pour « vendre leur sexe », dans le cadre de ce que les décideurs politiques qualifient d’effort pour «légitimer le commerce irrégulier dans la ville ».

Avec son étal détruit, cette mère de deux enfants handicapée de 40 ans a abandonné tout espoir de pouvoir payer le loyer ou rembourser l’argent qu’elle avait emprunté pour acheter les biens qu’elle comptait vendre une fois la garde levée.

«Si je ne rembourse pas le prêt bientôt, ils viendront prendre mon sac», explique Kahari.  «Comme j’ai été privé de mes revenus, je dois vivre dans une chambre chez mes beaux-parents avec mes deux enfants et mes biens. Nous n’avons pas d’argent à manger et personne ne nous aide. « Les groupes de vendeurs et de travailleurs irréguliers au Zimbabwe affirment que les fonctionnaires municipaux, avec le soutien du gouvernement national, profitent de la détention pour détruire leurs magasins précaires et leurs étals de marché tandis que les propriétaires de ils respectent l’ordre de rester à la maison.

Lors d’une comparution conjointe en avril, Oliver Chidawu, ministre d’État de Harare, et le maire de la ville, Herbert Gomba, ont déclaré qu’ils s’étaient «inquiétés de l’angoisse qui a saisi les agents du secteur informel» depuis les démolitions avaient commencé. L’objectif de cette opération, ont-ils expliqué, était de mettre fin aux activités illégales et de garantir que les villes soient «propres, ordonnées et bien gérées», en plus de garantir que les municipalités ne perdent pas de revenus potentiels.

Les raids contre les vendeurs informels, qui représentent plus des trois quarts de la population du pays, selon l’Association zimbabwéenne des commerçants de l’économie, sont fréquents dans le pays. La dernière vague de démolitions a eu lieu l’année dernière, lorsqu’environ 2 500 postes ont été détruits à Harare et Chitungwiza, une ville située à quelque 30 kilomètres au sud de la capitale.

Samuel Wadzai, PDG de la Sellers Initiative for Social and Economic Transformation (VISET), un syndicat basé à Harare, note que l’opération actuelle a détruit les moyens de subsistance de plus de trois millions de vendeurs.

Déjà sans revenus depuis que la nation sud-africaine a imposé l’enfermement le 30 mars, de nombreux marchands ont perdu une partie essentielle de leur marchandises et de leurs biens précieux lorsque leurs positions ont été démolies, explique Wadzai. «Nos membres ont perdu des marchandises et des biens valant des millions de dollars dans cette offensive sur tout le territoire national», poursuit-il.

Les défenseurs des droits des commerçants soulignent qu’avec le Zimbabwe connaissant une crise économique qui a provoqué une hausse exorbitante des prix et une pénurie alimentaire croissante, les vendeurs ont dépensé leurs économies pour nourrir leurs familles. Selon Wadzai, ils n’auront plus de lieu de travail et aucun moyen d’acheter de nouveaux genres une fois le confinement levé.

Démolition des stalles

Pour survivre, de nombreux vendeurs se sont tournés vers les réseaux sociaux pour demander des dons en argent et en nourriture, tandis que d’autres se consacrent à vendre depuis leur domicile. Bidnock Kunaka, 55 ans, avait deux étals – l’un dans le bidonville de Kuwadzana où il vit et l’autre dans le centre-ville de Harare – où il vendait divers produits, des fruits et légumes aux outils.

Maintenant je ne peux pas mettre de la nourriture sur la table. L’argent que j’avais mis de côté pour équiper mon entreprise, nous l’avons dépensé pour d’autres besoins domestiques

Tout en respectant les règles de confinement de son domicile, il a découvert les démolitions par le biais des médias et d’autres commerçants. Lorsqu’il a finalement pu vérifier l’état de son stand à Kuwadzana, il n’a trouvé que le cadre. Selon Kunaka, personne n’a prévenu les vendeurs que de telles démolitions se poursuivraient. «Maintenant, je ne peux pas mettre de la nourriture sur la table. Nous avons dépensé l’argent que j’avais mis de côté pour équiper mon entreprise pour la nourriture et d’autres besoins domestiques », explique ce père de quatre enfants.

Sans ce capital, regrette Kunaka, devenu vendeur en 2016 après avoir perdu son emploi de prêteur sur gage dans une usine, il lui sera impossible de reprendre son activité après l’accouchement. Ce qu’il a fait, c’est convertir une partie du terrain de sa maison en potager, où il cultive maintenant des carottes, des oignons et des légumes à feuilles vertes. «J’espère me rattraper avec le jardin pour générer des revenus et ainsi nourrir ma famille et recommencer la vente», dit-il.

Espaces désignés

Wadzai de VISET affirme que la criminalisation des vendeurs et la démolition de leurs étals vont à l’encontre de la responsabilité de l’État de promouvoir les petites entreprises. Les autorités municipales de la ville ont promis de fournir aux commerçants des espaces approuvés qui seront désignés pour être utilisés une fois le confinement levé. « Le conseil municipal de Harare et d’autres autorités sont déjà en train d’identifier et de préparer des lieux de travail alternatifs pour les vendeurs informels », ont déclaré Chidawu et Gomba dans leur apparition commune.

Cependant, Wadzai dit que les comités qui décident où attribuer et utiliser ces espaces n’ont contacté aucun syndicat de vendeurs ou de travailleurs irréguliers pour leur demander leur avis. « Il n’est pas juste que les dirigeants politiques profitent du confinement du covid-19 pour attaquer les moyens de subsistance de la population sans même se consulter« , a-t-il déploré au téléphone.

Aide accélérée

Alors que l’exécutif zimbabwéen a commencé à assouplir certaines des mesures d’endiguement pour permettre progressivement la reprise du commerce et de l’industrie, le secteur de l’économie souterraine est toujours interdit de fonctionner. Simon Masanga, secrétaire permanent à l’assistance sociale, souligne qu’en mai, le gouvernement a commencé à distribuer 180 dollars zimbabwéens (6,45 euros) par mois à plus de 2000 personnes qui ont été touchées par l’enfermement et les restrictions imposées aux vendeurs.

Une famille de cinq personnes au Zimbabwe a besoin d’environ 7500 dollars zimbabwéens (environ 280 euros) par mois pour couvrir ses besoins de base

L’objectif est de soutenir un million de bénéficiaires, a-t-il expliqué, ajoutant que l’enregistrement des vendeurs pour une aide financière était un processus lent en raison des mesures de confinement. Des groupes qui défendent les droits des commerçants, comme l’Association des commerçants de l’économie submergée, qualifient les paiements de «insignifiants», car, disent-ils, ils couvrent à peine les besoins les plus élémentaires des familles.

Une famille de cinq personnes au Zimbabwe a besoin d’environ 7 500 dollars zimbabwéens (environ 280 euros) par mois pour couvrir les besoins de base, selon les chiffres fournis en avril par Zimstat, l’institut national de statistique. «Nous ne disons pas que ce montant est suffisant pour couvrir les besoins de base, mais il contribuera énormément à aider quelqu’un qui n’a pas d’argent dans sa poche», a déclaré Masanga en réponse aux critiques.

Si le gouvernement veut aider les commerçants à se remettre à la fois de l’impact de la pandémie et de la perte de leurs étals, il devrait faciliter la sortie de l’isolement pour le secteur du commerce informel et accélérer les paiements de l’aide, dit Wadzai.

« L’exécutif doit débourser rapidement les fonds pour protéger les plus vulnérables », ajoute-t-il. «Cela prend trop de temps. Les vendeurs meurent littéralement de faim. »

 

Une pensée sur “Afrique: comment le confinement tue les pauvres”

  • 8 août 2020 à 9 h 27 min

    Permalink

    C’est ça le covid: une guerre contre le peuple, un ordre de se suicider pour un virus, qui est prétendu tuer 1/10.000. Si nous ne comprenions pas à temps, que les gouvernements sont en mains d’ une très petite élite de quelques milliers de gens – les 300 familles -, le monde sera un enfer terrible en un minimum de temps. Le pire crime de l’humanité est l’obéissance, suivi du manque de compassion.

    Hasta la victoria siempre !

Plus d’histoires deAFRIQUE

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,