Aller à…
RSS Feed

20 septembre 2020

Néga-sionisme : la guerre d’Israël contre l’histoire palestinienne


LE CRI DES PEUPLES

Jonathan Cook

Jeudi 27 août 2020

L’État utilise divers moyens pour donner l’impression que sa politique vis-à-vis des Palestiniens a été motivée par des préoccupations sécuritaires.

Source : The National, 20 août 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

Un camp de réfugiés palestiniens en 1949. Les archives israéliennes confirment
les massacres de civils palestiniens perpétrés en 1948, l’année de la création d’Israël.

Lorsque l’acteur palestinien Mohammed Bakri a réalisé un documentaire sur Jénine en 2002 —filmé immédiatement après que l’armée israélienne eut achevé de saccager la ville de Cisjordanie, laissant la mort et la destruction dans son sillage—, il a choisi un narrateur inhabituel pour la scène d’ouverture : un jeune Palestinien muet.

Jénine avait été isolée du monde pendant près de trois semaines alors que l’armée israélienne rasait le camp de réfugiés voisin et terrorisait sa population.

Le film de Bakri, Jénine, Jénine, montre le jeune homme se dépêchant silencieusement entre des bâtiments détruits, utilisant son corps nerveux pour illustrer les endroits où les soldats israéliens ont tiré sur des Palestiniens et où des bulldozers ont rasé des maisons, parfois sur la tête de leurs habitants.

Il n’était pas difficile de déduire la signification plus large du message de Bakri : s’agissant de leur propre histoire, les Palestiniens se voient refuser une voix. Ils sont des témoins silencieux de leur propre histoire, et des souffrances et des abus infligés à leur peuple.

Mohammed Bakri, au centre, a subi des problèmes judiciaires pendant des années
depuis la réalisation du film documentaire Jenin, Jenin.

L’ironie est que Bakri a lui-même subi un tel sort depuis la parution du documentaire Jénine, Jénine il y a 18 ans. Aujourd’hui, on se souvient peu de son film ou des crimes choquants qu’il a enregistrés, seules les batailles juridiques interminables pour empêcher sa diffusion le ramenant à l’actualité.

Bakri est depuis lors ligoté devant les tribunaux israéliens, accusé d’avoir diffamé les soldats qui ont perpétré l’attaque. Il a payé un prix personnel élevé. Menaces de mort, perte de travail et factures juridiques interminables qui l’ont presque mis en faillite. Un verdict dans le dernier procès contre lui, intenté par le procureur général israélien, est attendu dans les prochaines semaines.

Bakri est une victime particulièrement éminente de la longue guerre d’Israël contre l’histoire palestinienne. Mais il existe d’innombrables autres exemples.

Pendant des décennies, plusieurs centaines de résidents palestiniens du sud de la Cisjordanie se sont battus contre leur expulsion, les responsables israéliens les qualifiant de squatters. Selon Israël, les Palestiniens sont des nomades qui ont sauvagement construit des maisons sur des terres qu’ils ont saisies à l’intérieur d’une zone de tir de l’armée.

Les contre-allégations des villageois ont été ignorées jusqu’à ce que la vérité soit récemment découverte dans les archives d’Israël.

Ces communautés palestiniennes sont, en fait, présentes sur des cartes antérieures à l’Etat d’Israël. Les documents officiels israéliens présentés au tribunal le mois dernier montrent qu’Ariel Sharon, un général devenu homme politique, a conçu une politique d’établissement de zones de tir dans les territoires occupés pour justifier les expulsions massives de Palestiniens, comme ces communautés dans les collines d’Hébron. Les résidents ont la chance que leurs affirmations aient été officiellement vérifiées, même s’ils dépendent toujours de la justice douteuse d’un tribunal d’occupation israélien.

Un berger palestinien et son fils emmènent leur troupeau de moutons et de chèvres paître
dans les collines d’Hébron. Les communautés palestiniennes, comme celles qui vivent
dans les collines d’Hebron, sont indiquées sur des cartes antérieures à Israël.

Les archives d’Israël sont scellées à la hâte précisément pour éviter tout danger qu’elles confirment l’histoire palestinienne depuis longtemps écartée et discréditée.

Le mois dernier, le contrôleur d’État d’Israël, un organe de surveillance, a révélé que plus d’un million de documents archivés étaient toujours inaccessibles, même s’ils avaient dépassé leur date de déclassification. Néanmoins, certains se sont glissés à travers les mailles du filet.

Voir Israël transforme une mosquée vieille de 7 siècles en boîte de nuit

Les archives ont, par exemple, confirmé certains des massacres à grande échelle de civils palestiniens perpétrés en 1948, l’année où Israël a été créé en dépossédant les Palestiniens de leur patrie.

Lors d’un de ces massacres à Dawaymeh, près d’un endroit où les Palestiniens luttent aujourd’hui contre leur expulsion de la zone de tir, des centaines ont été exécutés, alors même qu’ils n’offraient aucune résistance, pour inciter la population dans son ensemble à fuir.

D’autres dossiers ont corroboré les affirmations palestiniennes selon lesquelles Israël aurait détruit plus de 500 villages palestiniens lors d’une vague d’expulsions massives la même année pour dissuader les réfugiés d’essayer de rentrer.

Voir A Jaffa, découverte de fosses communes contenant les ossements de centaines de Palestiniens massacrés en 1948

Des documents officiels ont également réfuté l’affirmation d’Israël selon laquelle l’état hébreu aurait instamment demandé aux 750 000 réfugiés palestiniens de rentrer chez eux. En fait, comme le révèlent les archives, Israël a obscurci son rôle dans le nettoyage ethnique de 1948 en inventant une histoire selon laquelle ce sont les dirigeants arabes qui auraient ordonné aux Palestiniens de partir.

La bataille pour éradiquer l’histoire palestinienne ne se déroule pas seulement dans les tribunaux et les archives. Elle commence dans les écoles israéliennes.

Une carte produite par Palestine, Today est parsemée de marqueurs de couleur qui
indiquent le statut de communautés en Palestine. En rouge, 102 communautés détruites
durant la Nakba et remplacées par des colonies. En orange, 13 communautés dépeuplées
pendant la Nakba et saisies pour construire des habitations israéliennes. En jaune,
384 communautés détruites pendant la Nakba sans avoir été remplacées par un
peuplement israélien. En vert, 693 communautés qui existent toujours.

Une nouvelle étude d’Avner Ben-Amos, professeur d’histoire à l’Université de Tel Aviv, montre que les élèves israéliens n’apprennent presque rien de véridique sur l’occupation, même si beaucoup l’appliqueront bientôt en tant que soldats dans une armée prétendument « morale » qui règne sur les Palestiniens.

Les cartes des manuels de géographie enlèvent la soi-disant « Ligne verte » délimitant les territoires occupés pour présenter un Grand Israël souhaité depuis longtemps par les colons. Les cours d’histoire et d’éducation civique échappent à toute discussion sur l’occupation, les violations des droits de l’homme, le rôle du droit international ou les lois locales de type apartheid qui traitent les Palestiniens différemment des colons juifs vivant illégalement à la porte d’à côté.

Voir Covid-1948 : les Palestiniens commémorent le 72e anniversaire de la Nakba

Au lieu de cela, la Cisjordanie est identifiée sous les noms bibliques de « Judée et Samarie », et son occupation en 1967 est qualifiée de « libération ».

Malheureusement, l’effacement par Israël des Palestiniens et de leur histoire est repris à l’extérieur par des mastodontes numériques tels que Google et Apple.

Les militants de la solidarité palestinienne ont passé des années à se battre pour que les deux plates-formes incluent des centaines de communautés palestiniennes de Cisjordanie sans leur carte, sous le hashtag #VoiciMonVillage (#HeresMyVillage). Les colonies juives illégales, quant à elles, sont prioritaires sur ces cartes numériques.

Une autre campagne, #MontrezLeMur (#ShowTheWall), a fait pression sur les géants de la technologie pour qu’ils indiquent sur leurs cartes le chemin de la barrière en acier et en béton de 700 kilomètres de long d’Israël, effectivement utilisée pour annexer le territoire palestinien occupé en violation du droit international.

Un garçon palestinien passe devant une fresque de Banksy représentant des enfants
utilisant une tour de guet de l’armée israélienne comme balançoire à Beit Hanoun,
Gaza, le 10 avril 2015.

Et le mois dernier, des groupes palestiniens ont lancé une autre campagne, #GoogleMapsPalestine, exigeant que les territoires occupés soient étiquetés « Palestine », pas seulement Cisjordanie et Gaza. L’ONU a reconnu l’État de Palestine en 2012, mais Google et Apple ont refusé de faire de même.

Les Palestiniens affirment à juste titre que ces entreprises font disparaître la Palestine, tout comme le font les manuels israéliens, et qu’elles soutiennent la « cartographie de la ségrégation » qui reflète les lois d’apartheid israéliennes dans les territoires occupés.

Les crimes d’occupation d’aujourd’hui (démolitions de maisons, arrestations de militants et d’enfants, violence meurtrière des soldats et expansion des colonies) sont documentés par Israël, tout comme ses crimes antérieurs.

Les futurs historiens dénicheront peut-être un jour ces documents dans les archives et apprendront la vérité. Que la politique israélienne n’était pas motivée, comme Israël le prétend maintenant, par des problèmes de sécurité, mais par un désir colonial de détruire la société palestinienne et de faire pression sur les Palestiniens pour qu’ils quittent leur patrie afin d’être remplacés par des Juifs.

Voir Massacres, viols, pillages et destruction de villages entiers : comment Israël dissimule les preuves du nettoyage ethnique des Palestiniens en 1948

Les leçons pour les futurs chercheurs ne seront pas différentes des leçons apprises par leurs prédécesseurs, qui ont découvert les documents de 1948.

Mais en vérité, nous n’avons pas besoin d’attendre toutes ces années. Nous pouvons comprendre ce qui arrive aux Palestiniens dès aujourd’hui, simplement en refusant de participer à la conspiration visant à les faire taire. Il est temps d’écouter.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook et Twitter.

 

 

Le sommaire de Jonathan Cook
Le sommaire de Sayed Hasan
Les dernières mises à jour

Source : Le cri des peuples
https://lecridespeuples.fr/…

Plus d’histoires deCOLONIALISME

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,