Aller à…
RSS Feed

27 septembre 2020

France/Turquie – François Burgat : « Macron devrait mettre fin à cette atmosphère de confrontation » (Entretien)


Dans un entretien avec l’Agence Anadolu (AA), le politologue et islamologue français, François Burgat, appelle le Président français à « mettre fin à l’atmosphère de confrontation » qui règne en Méditerranée orientale et à cesser sa « stigmatisation de la Turquie musulmane » à des fins électoralistes.

Évoquant les ingérences étrangères au Liban et l’instrumentalisation des « divisions confessionnelles » inhérentes au petit pays du Proche-Orient, le politologue rappelle le rôle historique de la France ayant mené à l’aggravation de la situation politique à Beyrouth.

Burgat observes ensuite les relations tissées par la France avec l’Arabie Saoudite, notamment celles du Président Macron avec le Prince héritier saoudien Mohammed Bin Salman, mais aussi la position de la France vis-à-vis d’acteurs régionaux tels que l’Iran, les Émirats arabes unis, l’Égypte et Israël.

Le politologue questionne ensuite la rhétorique hostile à la Turquie adoptée par Emmanuel Macron, Burgat jugeant que cette politique repose notamment sur des motivations liées à une réalité sociétale française et à une forme d’islamophobie qui trouve un écho dans la politique anti-turque de Macron, à des fins politiciennes. Burgat appelle enfin le Président français à prendre en considération les revendications maritimes de la Turquie afin d’œuvrer pour la paix et la stabilité en Méditerranée orientale.

– Comment analysez-vous la politique de Macron au Moyen-Orient notamment au Liban, en Libye, au regard des évènements de ces dernières semaines ?

En théorie, l’irruption du président Macron au Liban a bel et bien l’apparence d’une ingérence étrangère caractérisée. Toutefois, la lecture réaliste de la configuration régionale oblige à poser une appréciation plus nuancée. Les ingérences étrangères sont en effet à ce jour, partie intégrante de la réalité politique libanaise. Elles ont été d’abord le fait des Français bien sûr, avec leur rôle fondateur dans la création du pays en 1920 pour, alors, y faire prévaloir la représentation politique des Chrétiens. Mais ensuite, elles ont été le fait des Syriens, des Saoudiens et des Iraniens sans oublier bien sûr les Israéliens. Ils ont tous, au cours des décennies écoulées, détourné des parts entières de la souveraineté de ce pays, y compris par une présence militaire directe.

Tous y ont de surcroît instrumentalisé, et donc aggravé, ces divisions confessionnelles qui sont aujourd’hui au cœur de la paralysie dramatique de l’État libanais. La France de Macron ne fait donc ni plus ni moins que ce que font d’autres acteurs régionaux, et pour elle, ne pas intervenir équivaut moins à respecter la souveraineté libanaise qu’à laisser d’autres acteurs régionaux la piétiner. A partir de 2012, certains ont justifié ainsi le refus de la France d’aider sérieusement (aux côtés de la Turquie) l’opposition syrienne à Bachar Al-Assad par ce principe de “non-ingérence” qui aboutissait alors à laisser le champ libre à d’autres interventions – autrement plus décisives – de l’Iran puis de la Russie. Aujourd’hui, la question de la légitimité de l’intervention française au Liban se pose donc moins, de mon point de vue, en termes de principe qu’au regard de ce que nous connaissons de l’agenda régional et global de Macron au Proche-Orient. C’est là qu’est le problème.

– Quel est le but réel de Macron selon vous ? La France contribue-t-elle vraiment à l’instauration de la paix dans ces pays ?

Macron a effectivement prôné à Beyrouth la réforme de ce système confessionnel que ses prédécesseurs ont contribué à créer puis à entretenir et dont ils ont profité tout au long des décennies écoulées. Ce système, la France n’a en réalité rien eu à reprocher tant qu’il s’exerçait au bénéfice de cette composante chrétienne de la population qui lui était si étroitement associée. Paris s’est ensuite accommodé du lent transfert de pouvoir qui s’est opéré au profit de la communauté sunnite. La France a alors accepté de partager la “tutelle” sur le Liban avec son allié saoudien, qui s’est alors investi massivement à ses côtés, à travers la famille Hariri notamment. Pour Paris (et pour Riyad) les inconvénients du système ont commencé à prendre le dessus dès lors que c’est vers la communauté chiite et son sponsor iranien que s’est irrésistiblement déplacé le rapport de force.

On sait la brutalité avec laquelle le prince héritier Mohammed Bin Salman a tenté de reprendre la main en exerçant des pressions très physiques sur le premier ministre Hariri et comment, dans ce contexte, Macron a pris le parti, en se rendant à Riyad, de freiner les ardeurs de son jeune partenaire saoudien.

Ce que la France réclame donc aujourd’hui demeure bien la fin du système confessionnel qu’elle a créé mais seulement parce qu’il lui a désormais échappé. Cette ambition réformiste et la condamnation de la classe politique qui a été l’instrument et le bénéficiaire de la partition confessionnelle font aujourd’hui largement consensus.

Là encore, il n’est donc pas opportun de se démarquer de ceux – dont Emmanuel Macron – qui demandent sa transformation. L’essentiel est en fait ailleurs : il est de savoir au service de quel ordre local et régional cet agenda réformiste français – qui ne pose pas de problème en tant que tel – est actuellement mobilisé.

– Au service de quel ordre local et régional l’agenda réformiste français est-il actuellement mobilisé ?

Pour répondre à cette question, il faut rappeler ce que l’on sait de l’agenda “proche-oriental” du président Macron. Au cours des trois ans écoulés, il en a montré suffisamment de facettes pour que l’on puisse – sans préjuger bien sûr de sa capacité éventuelle à corriger ses erreurs – exprimer légitimement de sérieuses réserves. En incluant le Hezbollah au processus de discussion, malgré les protestations des milieux pro-israéliens, Macron a indiscutablement fait un pas dans la bonne direction. Reste que tout ce que, au-delà de ce premier signal, l’on sait de son “logiciel proche-oriental” est très étroitement calqué sur cet axe émirato-saoudo-israélien auquel il est lui-même étroitement associé ; Et que cet axe, où, avec la reconnaissance officielle par les Émirats, la participation israélienne vient de s’expliciter spectaculairement, est celui qui s’identifie à la formidable machine de la contre-révolution arabe. Tout comme celui de Tel Aviv et malgré les quelques nuances opposées à Donald Trump dans l’épisode de l’accord sur le nucléaire, l’agenda de Macron est donc d’abord, sur le fond, viscéralement opposé à l’Iran. Il est donc de ce fait en tension de principe avec la composante politique quasi majoritaire de l’arène libanaise. Mais bien plus gravement à mes yeux, il est avant tout associé de facto à la lutte émiratie et égyptienne contre toute dynamique d’ouverture démocratique dans la région. C’est en effet dans cette ligne que l’enferme son adhésion au credo pernicieux, prôné et mis en œuvre par les Émiratis et les Saoudiens à coup de millions de dollars, de la lutte acharnée “contre l’Islam politique”… c’est-à-dire, dans la réalité, contre les acteurs les plus incontournables de tout dépassement de l’autoritarisme dans la région. C’est en partie au moins pour cette raison que l’agenda de Macron englobe également une hostilité de principe à l’égard des pays – dont le Qatar et plus encore la Turquie – qui ne combattent pas assez radicalement à leurs yeux les forces politiques qui sont pourtant sorties en tête (en Égypte et en Tunisie notamment, mais pas seulement) des urnes libres du “printemps arabe”.

– La France “des droits de l’homme” soutient les dictateurs comme Al-Sissi. N’est-ce pas là une position contradictoire à ses principes affichés ?

Ce visage là de la France n’est malheureusement pas nouveau. Il s’est effectivement explicité dans la caution quasi-aveugle accordée à Al-Sissi en Égypte mais également, avec une certaine hypocrisie à Haftar en Libye que Paris, malgré ses dénégations, a soutenu de multiples manières. Il s’exprime très généralement dans le refus de condamner le traitement de ceux qui s’opposent – fut ce avec des moyens parfaitement pacifiques, comme le faisait le journaliste Jamal Khashoggi- à l’autoritarisme de ses partenaires saoudiens.

– Les tensions en Méditerranée Orientales sont vives. Les affrontements entre la Grèce et la Turquie sont forts. La France se précipite pour apporter son aide à la Grèce, elle envoie notamment deux chasseurs Rafale, deux navires de guerre et le porte-avion Charles de Gaulle en Méditerranée Orientale et renforce sa présence militaire, ce qui accroît beaucoup plus la tension. Quelles sont vos commentaires ? Que vise à faire la France en Méditerranée Orientale ? Pourquoi la France est en colère contre la Turquie ?

La crise récente sur la redéfinition des Zones économiques exclusives (ZEE) en Méditerranée, consécutive à l’accord entre Tripoli et Ankara, a confirmé ce penchant français de s’opposer, sous de multiples prétextes, au retour de la Turquie dans la cour des grandes puissances régionales. Comme l’a montré (depuis le président Valéry Giscard d’Estaing) le rejet constant de Paris à l’adhésion à l’UE, ce dossier a malheureusement des racines historiques beaucoup plus profondes et plus anciennes que la crise libyenne. Sachant que la Turquie détient la plus longue façade maritime de tous les pays bordant la Méditerranée, la lecture des cartes établissant la superficie de sa ZEE par rapport à celle de la Grèce montre avec une éclatante évidence la nécessité qu’il y a à renégocier ce pan du droit international auquel la Turquie a fort logiquement refusé d’adhérer.

– Qu’est-ce que Macron devrait faire pour sortir de cette atmosphère de confrontation ?

Dans son intervention récente destinée du public du séminaire « Middle East » de Lugano, le Président français a esquissé une lecture des enjeux énergétiques de la Méditerranée qui – une fois n’est pas coutume- était un peu moins unilatéralement hostile aux revendications de la Turquie. C’est indiscutablement dans cette direction -la renégociation réaliste des règles de définition de la ZEE des centaines d’îlots grecs- que devrait se diriger la diplomatie de la France. Malheureusement, la stigmatisation de la Turquie musulmane semble aujourd’hui faire partie de cet agenda électoral du Président où l”exploitation de toutes les facettes du penchant islamophobe qui déchire la société française tient une place lamentablement centrale.

Reste donc à espérer que les raccourcis de l’électoralisme ne prendront pas une nouvelle fois le pas sur la raison et sur les intérêts bien compris de la France et de la Turquie d’une part mais également de tous les autres pays de la Méditerranée, dont aucun n’a intérêt à fonder la stabilité régionale sur des décisions internationales… parfaitement indéfendables.

*Source : Agence Anadolu (Turquie)

Plus d’histoires deArabie Saoudite

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,