Aller à…
RSS Feed

27 janvier 2021

La culture américaine de la pornographie autour de la mort: la commémoration des morts brutales de Kadahfi et de Saddam Hussein


Par Wayne Madsen
Global Research, 02 novembre 2011
Fondation stratégique pour la culture 2 novembre 2011

Le gouvernement et l’armée des États-Unis se délectent de la mort et de l’intimidation pornographique. Les vidéos et les photos de Irakiens hurlants célébrant la pendaison du président irakien Saddam Hussein après son procès devant un tribunal kangourou administré par les États-Unis en Irak et les violences physiques, la sodomisation présumée et l’exécution de Mouammar Kadhafi de Libye par des rebelles armés et dirigés par l’OTAN après que son convoi à Syrte ait été apparemment frappé par un missile lancé par un drone américain, illustrent la fixation de l’Amérique sur les scènes de mort pornographiques…

Les administrations de George Walker Bush et de Barack Hussein Obama partagent une même fascination pour l’exposition des cadavres de leurs ennemis vaincus. Pour Bush, il s’agit des horribles cadavres lapidés de Qusay et Uday Hussein, les fils de Saddam, après qu’ils aient été tués lors d’un échange de coups de feu avec les troupes américaines. Le corps de Sadaam a suivi, après sa pendaison.

Bien entendu, il ne convenait pas au président Obama de diffuser une photographie d’Oussama Ben Laden, qui aurait été tué alors qu’il résistait à son arrestation à Abbotabad, au Pakistan. Dans le cas de Ben Laden, il y a de fortes raisons de croire que le corps d’Oussama ne pouvait pas être montré car il n’y avait pas de corps d’Oussama. On ne saura peut-être jamais si un proche d’Oussama Ben Laden a été tué ou non, mais ce qui est certain, c’est que l’explication de l’administration Obama concernant l’enterrement en mer d' »Oussama » à partir d’un porte-avions américain semble douteuse.

Il y a aussi la curieuse désignation de l’opération visant à tuer Ben Laden comme « Geronimo ». Le président Obama, la secrétaire d’État Hillary Clinton et le ministre de la Défense Robert Gates étaient dans la salle de crise de la Maison Blanche lorsqu’ils ont entendu la nouvelle de l’équipe d’intervention : « Nous avons identifié Géronimo », suivi de « Géronimo EKIA » ou « Géronimo ennemi tué au combat ».

La désignation de Ben Laden comme Géronimo a suscité l’indignation des Amérindiens. Mais ce nom de code a sa propre histoire horrible. En 1918, lors d’une autre manifestation macabre de l’élite politique américaine, Prescott Bush, le futur sénateur américain et père et grand-père de deux futurs présidents, aurait déterré la tombe du célèbre chef apache Géronimo et lui aurait volé son crâne et quelques os. Les restes seraient parmi les biens les plus précieux de l’élite de Yale et de la société secrète Skull and Bones, au même titre que le crâne de l’ancien président Martin van Buren, le seul président des États-Unis qui n’était pas dans la lignée, proche ou lointaine, de la famille royale britannique.

Alors que le corps de Kadhafi, ainsi que ceux de son fils, Mo’tassim, et de l’ancien commandant de l’armée libyenne, Abu Bakr Yunis, pourrissaient dans un congélateur à viande à Misrata – pour que le monde entier puisse les voir – d’autres détails sont apparus sur les dernières heures de Kadhafi à Syrte. Le 19 octobre, vers 8 heures du matin à Syrte, un convoi de 70 véhicules a quitté la ville, lourdement bombardée, en direction de l’ouest. Des messages Twitter en provenance de Syrte ont également signalé que plusieurs drapeaux blancs de reddition avaient été aperçus dans la ville à la fin de la journée. Cependant, un drone Predator de la CIA qui suivait le convoi a transmis ses coordonnées à l’OTAN. Des avions français et d’autres avions de l’OTAN ont pilonné le convoi, incinérant un grand nombre de conducteurs et de passagers. Beaucoup de ces morts étaient des Libyens noirs. Des fosses communes ont été découvertes à Syrte, contenant les corps de dizaines de partisans de Kadhafi et de membres de sa tribu.

Selon certaines informations, une trêve et une reddition de Kadhafi et de ses forces ont été conclues entre certains chefs rebelles et l’entourage de Kadhafi sous les auspices des chefs tribaux de Kadhafi (la tribu à laquelle Kadhafi appartenait) à Syrte. Après que le convoi se soit trouvé sur l’autoroute en direction de l’ouest, avec des drapeaux blancs signalés par certains véhicules, le cortège, qui ne s’engageait pas dans des tirs avec les forces rebelles ou de l’OTAN, a été mis à feu par les forces de l’OTAN. Il sera difficile de trouver des témoins des négociations de reddition et/ou de passage en toute sécurité, car l’une des personnes assassinées chez lui à Syrte par les rebelles libyens aurait été le chef de la tribu Qaddadfa qui participait aux négociations de reddition et de passage en toute sécurité.

Les rapports selon lesquels Kadhafi et son groupe essayaient de se frayer un chemin à travers les lignes d’attaque autour de Syrte n’ont aucun sens puisque le convoi est parti après le lever du soleil et en plein jour, lorsque les drapeaux blancs pouvaient être clairement vus par les belligérants, et que les messages Twitter en provenance de Syrte indiquaient que les rebelles, les forces pro-Kadhafi et les observateurs neutres pouvaient tous voir les drapeaux blancs. Si Kadhafi avait voulu faire une pause, il l’aurait fait de nuit, les phares éteints.

L’une des dernières choses que Kadhafi entend demander à ses ravisseurs est : « Savez-vous distinguer le bien du mal ? Si les rebelles ou l’OTAN revenaient sur une promesse de passage sûr et ignoraient le drapeau blanc universellement reconnu qui signifie trêve et reddition, cela constituerait une violation flagrante des conventions de La Haye de 1899 et 1907, et serait donc un crime de guerre. En vertu de ces conventions, le drapeau blanc est protégé en tant que signe qu’une partie qui s’approche a l’intention de se rendre ou de négocier les conditions de la reddition. Les personnes qui arborent un drapeau blanc ne peuvent pas tirer ou se faire tirer dessus.

Si l’OTAN et les rebelles violaient le drapeau blanc à Syrte, cela représenterait l’une des premières violations majeures d’une pratique qui a débuté avec la dynastie orientale des Han en Chine en l’an 25, et qui a été reconnue par l’Empire romain, les armées au Moyen Âge, et toutes les nations majeures et mineures depuis. Une violation par l’OTAN du drapeau de trêve représenterait un retour flagrant à la barbarie de la part de l’organisation de « défense collective ».

Hillary Clinton a réagi à la nouvelle de la mort de Kadhafi en gloussant comme une écolière. Se préparant pour une interview avec CBS News, Clinton, qui venait de se rendre en Libye, a plaisanté : « Nous sommes venus, nous avons vu, il est mort ». D’autres dirigeants de l’OTAN, dont Obama, David Cameron, Nicolas Sarkozy et Anders Fogh Rasmussen, ainsi que le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, qui se disent tous chrétiens, ont exprimé leur soulagement et leur joie à l’annonce de la mort de Kadhafi, un trait très « anti-chrétien ».

Le traitement brutal de Kadhafi et de ses forces correspond au traitement infligé par les forces américaines aux détenus en Irak, y compris l’abus pornographique des prisonniers, y compris les mineurs, à Abu Ghraib et dans d’autres prisons. Dans le rapport du général de l’armée américaine Antonio Taguba, on trouve des cas de gardes américains forçant des prisonniers hommes et femmes à se mettre nus et dans des positions explicites, y compris des piles de personnes, et à prendre des photos et des vidéos, forçant les prisonniers hommes à porter des sous-vêtements féminins, forçant les prisonniers hommes à se masturber tout en étant photographiés et filmés, et sodomisant les détenus avec des manches à balai et des lumières chimiques. Un prisonnier assassiné par les forces américaines, Manadel al-Jamadi, a été maintenu sur de la glace pour empêcher sa décomposition et a été éloigné des enquêteurs pour dissimuler qu’il avait été étouffé par les gardiens de prison américains.

Les abus commis à Abu Ghraib continuent d’avoir des ramifications et ont donné lieu à un procès en Californie, Ford contre CAARNG (California Army Reserve National Guard). Le procès accuse le « sergent à la retraite Frank G. Ford qui, en 2003, a été affecté en Irak avec l’unité de renseignement militaire 223 de la brigade de renseignement militaire 205 en tant qu’agent de contre-espionnage et médecin, a été attaché à un brancard contre sa volonté et a été kidnappé. Il a ensuite été envoyé d’une zone de guerre [l’Irak] en Allemagne […] parce qu’il a rapporté les tortures subies à la prison d’Abu Ghraib ainsi que la mort par torture d’un prisonnier pendant sa détention ». Le procès allègue également que « Ford a soigné et traité, en tant que médecin sur place, de nombreuses victimes de torture ».

Une vidéo qui circule actuellement et qui montre un rebelle libyen sodomisant Kadhafi avec ce qui semble être un canon de fusil ramène les scènes de la maison des horreurs américaine à Abu Ghraib. La décision d’Obama de devenir juge, jury et bourreau dans les condamnations à mort (« assassinats ciblés ») perpétrées par un drone de la CIA survolant le Yémen le 30 septembre sur les citoyens américains Anwar al Awalaki (un ancien informateur islamique du Pentagone) et Samir Khan, ainsi que l’attaque supplémentaire du 14 octobre au Yémen qui a tué le fils adolescent d’Awlaki, Abdulrahman al-Awlaki, également citoyen américain, renforcent la croyance croissante qu’Obama est le seigneur d’un culte de la mort de type vaudou qui a pris le contrôle de la politique militaire et étrangère des États-Unis.

En paroles et en actes, l’armée américaine et ses sous-fifres de l’OTAN ont mis au rebut des milliers d’années de tradition militaire chevaleresque, de pratiques courantes et de lois sur fond de comportement macabre et pornographique.

Copyright © Wayne Madsen, Fondation stratégique pour la culture, 2011

Source: https://www.globalresearch.ca/america-s-death-pornography-culture-celebrating-brutal-deaths-of-qaddafi-and-saddam/27430

 

Plus d’histoires deCorruption

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,