Aller à…
RSS Feed

5 mars 2021

Élus ou ordinaires


Publié le 09/12/2020

  • Élus ou ordinaires

Gilad Atzmon

L’Amérique est divisée et la rupture est si profonde que les Américains ne peuvent même pas voir à travers ce qui les sépare au milieu. S’il y avait à un moment donné l’espoir que quelqu’un puisse unir la nation, cet espoir s’est évanoui. En fait, les grands médias américains travaillent sans relâche pour maintenir cette séparation culturelle et même métaphysique. Il est raisonnable de conclure qu’au lieu de délivrer quelque chose comme des nouvelles, les médias américains fonctionnent comme des organes de propagande. Comme en Union soviétique, les médias américains traditionnels produisent des histoires qui soutiennent des récits prémédités. L’engagement d’impartialité, de vérité, d’honnêteté ou de toute autre norme journalistique a été remplacé par l’adhésion aveugle à une « ligne de parti », une « idéologie », une « vision du monde ».

 

D’un côté de cette ligne de démarcation, on trouve les soi-disant « progressistes » : les « libéraux » et les « représentants des minorités » qui sont largement associés aux villes et au mode de vie urbain. De l’autre côté, nous trouvons les conservateurs, les nationalistes et les patriotes. Le plus souvent, ils sont discrètement chassés des villes et même repoussés par la culture urbaine.

 

Il ne faut pas être un génie pour comprendre que la vision progressiste du monde est en fait une célébration de la sélectivité (ou exceptionnalisme). Être « progressiste », c’est croire que quelqu’un d’autre doit être « réactionnaire ». Être progressiste, c’est pratiquement une forme sévère d’amour de soi même. En tant que tels, les progressistes et les libéraux se croient du bon côté de l’histoire et cette croyance légitime leur conduite, qui frise souvent l’autoritarisme pur et dur. Après tout, la « raison », selon les progressistes, est ancrée au cœur de leur perception libérale.

 

Les gens « ordinaires », en revanche, ne nient ni ne réfutent la raison. Ils acceptent simplement que la raison n’est qu’un aspect de l’existence humaine. Être « ordinaire », c’est reconnaître que l' »être » est antérieur à la raison. Contrairement aux libéraux et aux progressistes qui adhèrent au Cogito cartésien, Ergo Sum, « Je pense donc je suis », la personne « ordinaire » accepte que vous « pensiez parce que vous êtes » (Heidegger). Mais elle va plus loin : être « ordinaire », c’est accepter d’être là où l’on ne pense pas (Lacan). Être « ordinaire », c’est laisser l’inconscient vous guider vers la sécurité. Être « ordinaire », en tant que tel, c’est accepter que l' »Être » précède la rationalité, reconnaître que l' »Être dans le monde » transcende la raison et la rationalité. Ainsi, la véritable compréhension existentielle se fait lorsque la rationalité accepte ses limites. Et l’extase, en tant que forme ultime de célébration existentielle, c’est l’instant où la raison baisse la garde, et où l’âme est enfin libre d’explorer sa véritable nature.

 

Alors que l' »élu » se voit comme le plus brillant produit des lumières, l' »ordinaire » n’est souvent pas impressionné par l’illuminisme et ses « réalisations ». Car l' »ordinaire », les valeurs familiales, l’église, l’engagement envers le sol et même l' »amour » en tant que chose en soi ne demandent pas d' »explications » rationnelles ou d’explorations analytiques. L' »ordinaire » ne se considère pas comme le maître de l’univers. L’ordinaire est plutôt un visiteur humble : il ou elle embrasse le climat et accepte ses changements. Les gens ordinaires semblent aussi un peu moins craindre les « pandémies mondiales ». Ils ont souvent l’étoffe de combattants et, comme les soldats, ils acceptent que la temporalité soit inhérente à l’existence.

 

Les gens peuvent s’opposer à Donald Trump et se moquer de lui pour des raisons compréhensibles, mais personne ne peut nier le fait que Trump a contribué plus que quiconque à souligner ce fossé profond et infranchissable entre « élus » et « les gens ordinaires ».

 

Trump est apparu sur la scène politique mondiale alors qu’il semblait que le programme libéral l’avait emporté. La victoire présidentielle de Trump en 2016 a révélé que la moitié du peuple américain n’était pas partante pour le projet de « révision » de l' »ordre mondial ». Quatre ans plus tard, la zone de combat est totalement transparente. Le 3 novembre 2020, Trump et le Parti républicain étaient destinés à disparaître électoralement. De nombreux enquêteurs nous avaient promis une « victoire écrasante » de Biden/Démocrate. Cela ne s’est pas produit. Le parti démocrate a perdu des sièges à la Chambre. Les Républicains les ont gagnés. Et comme si cela ne suffisait pas, Trump a considérablement augmenté le nombre de ses votes bruts, se renforçant au sein de diverses communautés traditionnellement associées au parti démocrate. À en juger par les résultats des élections, beaucoup de gens préfèrent en fait être « ordinaires ».

 

Une bataille juridique est en cours en ce moment sur des questions liées à l’intégrité dans les élections de novembre. Les médias progressistes américains prétendent que cette bataille n’a même pas lieu. Alors que l’équipe juridique de Trump se bat dans les États pivot, pas un seul média libéral américain n’a le courage d’admettre que la moitié de l’Amérique a pris le large avec les médias alternatifs. En quelques jours seulement, ces médias ont augmenté leur audience de manière significative. Les « gens du commun » ne croient pas au récit « des élites ». Lui et elle préfèrent en fait les récits ordinaires.

 

Et pourtant, il est important de saisir le rôle de Trump dans tout cela. Comment ce magnat de l’immobilier est-il devenu la voix de la classe ouvrière américaine ? Comment est-il possible que le Parti démocrate, autrefois la voix de l’Amérique ouvrière, soit devenu le bras mercenaire de Wall Street et de la Silicon Valley alors que les Républicains sont maintenant la voix des gens ordinaires et des travailleurs américains ? Trump apporte une réponse.

 

Curieusement, Trump est ce que Bernie et Corbyn ont prétendu être mais n’ont jamais été. Trump, lui-même, un personnage « hors compétition » exemplaire, est devenu le favori des « gens ordinaires ». La communication de Trump est axée sur l’existence. L’homme a réussi à enthousiasmer des dizaines de millions d’électeurs qui sautillent en chœur au son de la musique du YMCA. Contrairement à l’élu rationaliste et éclairé qui recherche le raisonnement reliant les mots aux significations, les gens « ordinaires » réagissent au silence assourdissant entre les mots. Trump est un maître de ce silence assourdissant. Il sait comment articuler son message entre les mots. Je suppose que Trump n’a jamais lu Lacan, mais il comprend très bien le rôle de l’inconscient : vous êtes là où vous ne pensez pas. Vous êtes vos tripes.

Ce que les progressistes et les libéraux détestent chez Trump, c’est exactement ce que plus de 74 millions d’électeurs américains aiment chez lui. Les libéraux et les progressistes voient Trump comme un homme d’affaires téméraire et en faillite, qui laisse une traînée de faillites et de décès (la pandémie) derrière lui. Pourtant, pour ses admirateurs, ces faits font de Trump un Übermensch, un héros humain résilient qui l’emporte contre toute attente. Comme certaines figures militaires telles que MacArthur, Patton, Sharon et des chefs d’État historiques comme Hitler, Staline et Churchill, Trump, tout au long de sa vie d’adulte, a été prêt à tout risquer pour gagner une bataille ou réaliser un rêve. Comme les personnages historiques ci-dessus, Trump parvient à pousser ses troupes à l’extase, mais contrairement à beaucoup d’entre eux, Trump n’a pas déclenché une seule guerre. Les gens « ordinaires » apprécient ce fait, car ce sont souvent eux qui envoient leurs fils et leurs filles se battre et mourir dans les « guerres américaines ».

Original:

https://www.unz.com/gatzmon/being-chosen-vs-being-ordinary-in-2020s-america/

Traduction: Maria Poumier

Plus d’histoires deCorruption

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,