Aller à…
RSS Feed

2 octobre 2022

A l’occasion du 10è anniversaire de la guerre en Libye et de l’assassinat de son guide, le NT couvre les crimes de l’impérialisme


Ce mois-ci marque le 10e anniversaire de la guerre des États-Unis et l’OTAN contre la Libye. Lancée sous le prétexte de défendre la « démocratie » et les « droits de l’homme », (sic) cette guerre s’est déroulée sous la forme de viols et de destructions dans ce qui était le pays au revenu par habitant le plus élevé et aux infrastructures sociales les plus développées du continent africain.

 

Huit mois de bombardements continus ont dévasté des pans entiers du pays, tandis que les États-Unis et les puissances européennes ont utilisé des milices liées à Al-Qaïda comme troupes terrestres dans une guerre pour le changement de régime qui s’est terminée par la torture et le meurtre du leader libyen Mouammar Kadhafi.

 

Aujourd’hui, les résultats dévastateurs de cette guerre sont frappants. La Libye, qui était le pays le plus prospère de la région, est devenue un véritable enfer pour sa population. Des dizaines de milliers de personnes ont été tuées pendant la guerre et plusieurs milliers d’autres sont mortes au cours de la décennie qui a suivi, pendant laquelle le pays a été soumis à une violence ininterrompue aux mains de milices rivales soutenues par des puissances étrangères.

 

Les besoins fondamentaux de la vie humaine ne sont pas satisfaits. Rien de ce qui a été détruit dans la guerre qui a commencé en mars 2011 n’a été reconstruit.

 

La capitale Tripoli et d’autres villes sont régulièrement plongées dans des coupures de courant, et il y a de graves pénuries de carburant. Le pays possède les plus grandes réserves de pétrole de toute l’Afrique.

 

Selon les chiffres officiels, plus d’un tiers de la population vit en dessous du seuil de pauvreté de moins de deux dollars par jour, car l’effondrement de la monnaie libyenne, le dinar, et l’inflation galopante ont laissé de nombreuses personnes sans moyens d’obtenir une alimentation suffisante.

 

L’accès à l’eau potable est également limité. L’année dernière, l’économie libyenne, déjà dévastée, a chuté de 66,7 %, selon le Fonds monétaire international.

 

Autrefois dotés du système de santé publique le plus avancé de la région, les hôpitaux et cliniques libyens sont toujours en ruines aujourd’hui, alors que la pandémie de COVID-19 se propage dans tout le pays. Jusqu’à présent, il n’y a pas eu une seule vaccination en Libye.

 

Le pays est également devenu le centre le plus violent de la planète en matière de trafic d’êtres humains, avec des réfugiés désespérés emprisonnés, assassinés, torturés, violés et littéralement achetés et vendus par des milices rivales, qui cherchent à soutirer des rançons à leurs familles.

 

Beaucoup de ceux qui parviennent à s’échapper de la Libye finissent par se noyer dans la mer Méditerranée.

 

C’est dans ces conditions que le New York Times a publié mardi un éditorial intitulé « Une chance pour la Libye de se réparer », proclamant la détection par la rédaction d’une « lueur d’espoir ».

 

L’éditorial commence : « Peu de pays illustrent la tragédie du printemps arabe comme la Libye. La chute de la dictature du colonel Mouammar el-Kadhafi, qui a duré 42 ans, a entraîné une décennie d’anarchie alors que les gouvernements, les milices et les puissances étrangères en concurrence luttaient pour prendre le contrôle de ce pays riche en pétrole. Les États-Unis et les alliés de l’OTAN qui avaient soutenu le soulèvement anti-Kadhafi par une campagne de bombardement ont largement tourné le dos après sa chute, et les efforts passés des Nations unies pour forger un gouvernement ont sombré dans le chaos ».

 

Combien de déformations, d’évasions et de mensonges purs et simples peuvent être rassemblés dans un seul éditorial ? La Libye n’illustre pas la « tragédie du printemps arabe », mais les conséquences monstrueuses de trois décennies de guerres et d’interventions impérialistes américaines et européennes ininterrompues, qui ont ravagé des sociétés entières et causé des millions de morts.

 

La Libye se situe entre l’Égypte et la Tunisie, deux pays dont les dictateurs soutenus par les impérialistes américains et européens de longue date ont été renversés par des révolutions populaires en 2011 (pour être remplacés par de nouvelles dictatures tout aussi sanglantes. NdÉ). La guerre menée par les États-Unis contre la Libye visait à écraser le « printemps arabe » et à installer un régime impérialiste fantoche plus fiable dans la région.

 

Selon le Times, la seule responsabilité de Washington, de la France, de la Grande Bretagne et de l’OTAN dans la catastrophe actuelle en Libye est d’avoir « tourné le dos » au pays après la « chute » de Kadhafi – un euphémisme pour le sanglant lynchage célébré par la secrétaire d’État de l’époque, Hillary Clinton, qui a déclaré avec un gloussement : « Nous sommes venus, nous avons vu, il est mort ».

 

L’éditorial poursuit en insistant sur le fait que si Washington n’est pas « directement impliqué » dans le déclenchement de la guerre civile en Libye, « il porte la responsabilité du désordre en se tirant d’affaire » après l’assassinat de Kadhafi.

 

En d’autres termes, la tragédie de la Libye ne réside pas dans la destruction du pays par les bombes américaines et européennes et les milices islamistes soutenues par la CIA, mais dans l’échec de Washington à poursuivre une occupation de type colonial, comme en Afghanistan et en Irak.

 

Le Times dissimule non seulement la responsabilité de l’impérialisme américain dans la dévastation de la Libye, mais aussi son propre rôle de propagandiste en chef de la guerre d’agression entre les États-Unis et l’OTAN.

 

La soi-disant « presse officielle » a diabolisé sans relâche Kadhafi en préparation de la guerre, tout en promouvant le mensonge selon lequel son gouvernement était sur le point de mener un « bain de sang » et même un « génocide » dans la ville orientale de Benghazi, un centre de l’opposition dirigée par les islamistes. Ce prétexte fabriqué de toutes pièces pour l’intervention impérialiste a ensuite été démantelé par le Pentagone lui-même.

 

A l’approche de la guerre, le comité de rédaction du Times a préconisé l’imposition d’une zone d’exclusion aérienne en Libye comme cadre de préparation de la campagne de bombardement.

 

L’ineffable chroniqueur des affaires étrangères du Times, Thomas Friedman, est allé encore plus loin en écrivant : « Je crois qu’il est naïf de penser que nous ne pouvons être humanitaires que depuis les airs… Je ne connais pas la Libye, mais mon instinct me dit que toute issue décente là-bas nécessitera des bottes sur le terrain ».

 

La croisade menée par le Times pour l’intervention américaine dans l’intérêt de l' »humanitarisme » et de la « démocratie » a trouvé une source de soutien politique au sein de la pseudo-gauche, dont la politique reflète les intérêts des sections privilégiées de la classe moyenne supérieure.

 

Des universitaires cyniques comme Juan Cole de l’université du Michigan aux groupes politiques comme le Nouveau Parti Anticapitaliste en France et l’Organisation Internationale Socialiste aux États-Unis, dissoute depuis, cette couche sociopolitique a promu le détestable mensonge selon lequel la « démocratie » et même la « révolution » pouvaient être avancées au moyen de bombes intelligentes et de missiles balistiques américains.

 

Lorsque la guerre s’est terminée par l’assassinat de Kadhafi en octobre 2011, le Times a réagi avec triomphalisme. Le chroniqueur des affaires étrangères Roger Cohen a écrit un article intitulé  » Score un-zéro pour l’interventionnisme « , tandis que son collègue Nicholas Kristof, le plus ardent défenseur de « l’impérialisme des droits de l’homme« , a écrit un article intitulé « Merci l’Amérique ! » Kristof affirmait de façon ridicule qu’en bombardant la Libye, les Américains étaient devenus des « héros dans le monde arabe ».

 

Le journal proclamait que la guerre incarnait une nouvelle « doctrine Obama » pour le Moyen-Orient, suggérant que cette doctrine pourrait ensuite être employée en Syrie, où une guerre orchestrée par la CIA pour un changement de régime, utilisant certaines des mêmes milices liées à Al-Qaïda employées en Libye, ferait dans les années à venir un demi-million de morts.

 

Si le Times cherche aujourd’hui à occulter cette histoire, ce n’est pas parce qu’il est dégoûté par les crimes de guerre de Washington en Libye, ni même par sa propre complicité directe dans leur facilitation et leur défense. Il veut plutôt empêcher de tirer des leçons alors que l’impérialisme américain prépare de nouvelles interventions encore plus sanglantes.

 

Les responsables américains qui ont orchestré les guerres en Libye et en Syrie sont de retour au département d’État et à la Maison Blanche, de Joe Biden et du secrétaire d’État Antony Blinken, et les bannières souillées des « droits de l’homme » et de la « démocratie » sont de nouveau agitées en préparation de la guerre.

 

En Libye, la « lueur d’espoir » perçue par le Times réside dans la nomination, sous l’égide des Nations unies, de l’un des hommes d’affaires les plus corrompus du pays, Abdul Hamid Dbeibah, au poste de premier ministre d’un « gouvernement intérimaire » censé unir les deux principales factions du pays : le gouvernement de Tripoli, reconnu par l’ONU, soutenu par la Turquie, le Qatar et l’Italie, ainsi que les milices islamistes complétées par des milliers de combattants mercenaires syriens, et son gouvernement rival dans l’est du pays, qui est défendu par l’armée nationale libyenne de l’ancien « atout » de la CIA, Khalifa Haftar, avec le soutien de l’Égypte, des Émirats arabes unis, de la Russie et de la France.

 

Washington se prépare à utiliser cet accord pour s’engager plus agressivement dans la lutte pour le contrôle de la Libye, en exigeant que d’autres puissances – en particulier la Russie et la Turquie – se retirent à mesure qu’elle s’y engage.

 

Le Times ne cache pas les motivations des États-Unis dans ce pays. Son éditorial du mardi affirme « La paix en Libye est importante pour des raisons qui dépassent le simple fait qu’elle existe. Le pays dispose d’énormes réserves de pétrole… »

 

L’impérialisme américain est déterminé à refuser le contrôle de ces ressources et la domination du pays stratégiquement vital d’Afrique du Nord à ses rivaux « grande puissance », la Russie et, en particulier, la Chine. Avant la guerre de 2011, cette dernière jouait un rôle croissant dans le développement de la Libye.

 

Plus largement, l’impérialisme des « droits de l’homme » (sic) est relancé dans la perspective d’une confrontation directe avec la Russie et la Chine. Les mensonges éhontés sur le « bain de sang de Benghazi » et le « génocide » utilisé pour promouvoir la guerre contre la Libye (la guerre inter-impérialiste menée en Libye. NdÉ) trouvent un écho inquiétant dans les campagnes de propagande menées par le Times sur le mensonge selon lequel le coronavirus proviendrait d’un laboratoire de Wuhan et les allégations de « génocide » chinois contre la minorité musulmane ouïghoure du pays.

 

La seule façon d’empêcher l’éruption d’une nouvelle guerre encore plus catastrophique est de mobiliser la classe ouvrière en Afrique, au Moyen-Orient et au niveau international, en unifiant ses luttes croissantes avec celles des travailleurs aux États-Unis, en Europe et dans le reste du monde dans un mouvement socialiste anti-guerre. Sans l’intervention révolutionnaire de la classe ouvrière, la menace d’une troisième guerre mondiale ne fera que croître.

 

Robert Bibeau | 12 mars 2021 à 12 h 07 min | Adresse URL : https://les7duquebec.net/?p=262633
Partager

Plus d’histoires deImpérialisme