Aller à…
RSS Feed

25 juin 2021

Le monde arabe condamne la violence israélienne mais n’agit que très peu


Publié par Gilles Munier sur 16 Mai 2021, 09:13am

Catégories : #Gaza, #Palestine, #Jerusalem

Par Delmary delmar (revue de presse : News 24 – 15/5/21)*

BRUXELLES – Le monde arabe est unifié pour condamner les frappes aériennes israéliennes à Gaza et la façon dont la police israélienne a envahi la mosquée Aqsa de Jérusalem, l’un des sites les plus sacrés de l’Islam. Les gouvernements se sont prononcés, des manifestations ont eu lieu, les réseaux sociaux sont en feu.

Mais dans l’ensemble, la condamnation n’est que des mots, pas des actions – du moins jusqu’à présent. Les préoccupations de la région ont changé depuis la dernière grande incursion israélienne à Gaza en 2014, avec de nouvelles craintes quant à l’influence de l’Iran, de nouvelles inquiétudes concernant les troubles populaires dans les pays arabes et une reconnaissance croissante de la réalité d’Israël dans le monde arabe.

Même les pays qui ont normalisé leurs relations avec Israël l’année dernière – les Émirats arabes unis, le Bahreïn, le Soudan et le Maroc – ont tous ouvertement critiqué la politique israélienne et appelé au soutien des Palestiniens et à la défense de Jérusalem. L’escalade de la violence a mis à rude épreuve ces gouvernements, qui avaient fait valoir que leur relation plus étroite avec Israël aiderait à contenir les actions israéliennes visant les Palestiniens à la fois en Cisjordanie et à Gaza.

«Je n’ai vu aucun État arabe qui n’ait exprimé son soutien aux Palestiniens sur le plan rhétorique, et il leur serait très difficile de dire quoi que ce soit d’autre», a déclaré HA Hellyer, spécialiste de la politique au Moyen-Orient au Carnegie Endowment. à Washington. «Mais ce qu’ils font à ce sujet est très différent.  »

Le gouvernement égyptien, qui considère le Hamas, le groupe islamiste militant qui contrôle Gaza, comme une branche des Frères musulmans interdits et un danger pour la région, se méfie néanmoins du sentiment public.

Un sermon de vendredi à la mosquée Al Azhar au Caire, l’une des plus influentes du monde arabe, a critiqué de manière inhabituelle la lâcheté des dirigeants arabes dans la défense de Jérusalem, un sermon qui ne manquera pas d’être approuvé par le gouvernement, a déclaré Ofir Winter. , spécialiste de l’Égypte et du monde arabe à l’Institut d’études sur la sécurité nationale de l’Université de Tel Aviv.

Le Hamas est peu aimé des gouvernements du monde arabe sunnite, mais son message fort selon lequel il tirait contre Israël pour défendre Jérusalem et la mosquée Aqsa a touché une corde sensible, a déclaré Khaled Elgindy, directeur du programme Palestine au Middle East Institute. Gaza est une chose, mais «Jérusalem est importante pour la Ligue arabe et pour des parties prenantes claires, comme les Jordaniens et les Saoudiens», qui sont les gardiens des lieux saints de l’Islam, a-t-il déclaré.

Pour Bahreïn et les Émirats arabes unis, condamner lundi le raid de la police israélienne dans la mosquée Aqsa – qui a fait des centaines de Palestiniens et une vingtaine de policiers blessés – était «une évidence pour eux étant donné la sensibilité d’Al Aqsa et la violence. montré aux fidèles lors de la nuit la plus sainte du Ramadan dans l’un des sites les plus sacrés de l’islam  », a déclaré Zaha Hassan, avocate spécialisée dans les droits de l’homme et visiteuse à Carnegie.

Dans le même temps, a déclaré Mme Hassan, les mesures prises par Israël pour expulser les familles palestiniennes de Sheik Jarrah, un quartier palestinien de Jérusalem-Est, ont trouvé un écho auprès des Palestiniens en exil à la fois à l’étranger et en Israël. «Il n’y a pas un seul Palestinien qui ne sache pas ce que signifie se faire ramener chez lui ou menacer d’être emmené», a déclaré Mme Hassan.

Le Hamas promettait depuis des semaines qu’il défendrait Jérusalem, et après ces événements dans la ville au début de cette semaine, il a agi sur ses menaces, tirant un barrage de roquettes sur Jérusalem et provoquant des frappes aériennes israéliennes en retour.

L’Égypte et la Jordanie, qui entretiennent depuis longtemps des relations diplomatiques avec Israël, sont profondément engagées dans la désescalade du conflit, mais elles doivent également se méfier de la colère publique, qui ne ferait qu’empirer si Israël devait lancer une guerre terrestre à grande échelle. contre le Hamas à Gaza.

*Source : NEWS 24

Partager

Plus d’histoires deDroit de l'Homme