Aller à…
RSS Feed

4 octobre 2022

La guerre au Mali, la raison des discussions Poutine-Macron


Publié par Gilles Munier sur 16 Février 2022, 08:02am

Catégories : #Mali, #Macron, #Poutine

Par John Helmer (revue de presse: Euro-Synergies – 11/2/22)*

Les dommages que les empires européens ont causés à l’Afrique, en particulier les Britanniques, les Français et les Italiens, ont toujours été mis en accusation publique à Moscou: depuis la politique des tsars russes à l’Union soviétique et au président Vladimir Poutine. C’est lors de la conférence des Alliés à Potsdam, en juillet 1945, que le dirigeant soviétique Josef Staline a pris la peine de dire au président américain Harry Truman, ainsi qu’au premier ministre britannique Winston Churchill, que l’Union soviétique voulait prendre en charge la tutelle de la Libye sous le protectorat de l’ONU, et ainsi assurer la protection des Libyens contre le retour de la domination coloniale italienne. Churchill voulait le retour des Italiens ; le département d’État de Truman voulait la même chose, mais ne semblait pas trahir publiquement la promesse faite par Washington en temps de guerre, à savoir que la Libye, où les armées alliées ont vaincu les armées italiennes et allemandes au prix de très nombreuses vies libyennes et de la destruction d’une quantité de biens libyens, deviendrait indépendante.

La politique soviétique en Afrique n’a pas empêché l’US Air Force de transformer la Libye en une base nucléaire contre l’URSS. Mais le 1er septembre 1969, lorsque Mouammar Kadhafi a destitué le roi de Libye, son gouvernement et la base aérienne de Wheelus, une force navale soviétique de soixante-dix navires, dont le porte-avions Moskva, a occupé la mer entre la Crète et la côte libyenne, protégeant Kadhafi de l’intervention américaine et britannique. Depuis la reprise de l’intervention nord-américaine, française et britannique en Libye en 2011, et l’assassinat de Kadhafi en octobre de la même année, M. Poutine a publiquement répété qu’il regrettait l’inaction du président de l’époque, Dmitri Medvedev, qui s’était opposé à ces deux événements. Ce qui a suivi en Libye, a répété M. Poutine, a conduit à des guerres désastreuses dans les États africains au sud de la Libye, notamment au Mali, et à un afflux de réfugiés africains de la Libye vers l’Europe.

Les organes de propagande anglo-américains et européens accusent désormais le Kremlin d’intervenir militairement au Mali et dans d’autres États africains avec les opérations du Groupe Wagner. Cette question est apparue directement lors des six heures d’entretien de M. Poutine avec le président Emmanuel Macron au Kremlin. Il en a été ouvertement question lors de la conférence de presse qui a suivi.

La guerre au Mali n’a pas été identifiée comme une question importante dans les déclarations à la presse préparées par Poutine ou Macron.

Au lieu de cela, lors de la séance de questions-réponses, un journaliste français a demandé à Poutine : « Quant au Mali, pouvez-vous dire que votre gouvernement n’est en aucun cas lié aux mercenaires du Mali ? » Poutine a répondu : « Tout d’abord à propos du Mali. Le président Macron a soulevé cette question à plusieurs reprises, nous en avons discuté avec lui et le président Macron connaît notre position. Le gouvernement russe, l’État russe n’ont rien à voir avec les entreprises qui travaillent au Mali. Pour autant que nous le sachions, les dirigeants maliens n’ont pas à se plaindre des activités commerciales de ces entreprises ». « Suivant la logique qui peut être appliquée à l’OTAN, aux États membres actuels et aux membres potentiels, si le Mali a choisi de travailler avec nos entreprises, il a le droit de le faire. Mais je tiens à souligner, j’en parlerai au président Macron après cette conférence de presse, je tiens à souligner que l’État russe n’a rien à voir avec ces entreprises. C’est lié aux intérêts commerciaux de nos entreprises, qui coordonnent leurs activités avec les autorités locales. Nous allons y jeter un coup d’œil, mais nous n’avons rien à voir avec cela. C’est le premier point ».
Macron n’a pas fait de commentaire.

Macron et Poutine ont de nouveau été invités par un journaliste français à aborder la question du Mali. « M. Macron, pourriez-vous également répondre à la question concernant la présence de PMC Wagner et si la Russie est impliquée de quelque manière que ce soit ? » Poutine a répondu: « J’ai déjà traité cette question. J’ai déjà précisé que l’État russe n’a rien à voir avec cela. Je dis cela de manière tout à fait responsable, sans aucune intention cachée. Les autorités locales les invitent au niveau de l’État, les remercient pour leur travail, etc. »

Macron a déclaré: « En ce qui concerne le groupe Wagner, la réponse du président est très claire. La France ne reconnaît que les États et la lutte contre le terrorisme. Par conséquent, nous prenons des décisions en matière de lutte contre le terrorisme à l’égard des États souverains et en étroite coordination avec la région. Dans ce cas, nous consultons la CEDEAO et l’Union africaine ».

Le lendemain des négociations du Kremlin, un article détaillé sur les opérations françaises au Mali et l’implication du groupe Wagner a été publié dans la publication moscovite Vzgljad (« Point de vue »). En raison de la qualité de l’analyse des arguments stratégiques et des sources, Vzgljad peut être interprété comme reflétant les évaluations des services de renseignement russes. Cette évaluation de la guerre au Mali, qui replace dans leur contexte les commentaires de Poutine et de Macron au Kremlin, a été rédigée par le journaliste de Vzgljad Evgenij Krutikov. Et il n’a cité aucune source.

____________

Comme la Russie a humilié la France en Afrique, les combats dans le désert ont leurs propres caractéristiques

Par Evgenij Krutikov

Ces dernières années, l’Afrique occidentale est devenue une région où la France a rapidement perdu son ancienne influence. Mais là-bas, on entend parfois exprimer de la gratitude envers les citoyens russes, et cela rend Paris très nerveux. Pourquoi ce qui se passe place-t-il la France dans une position extrêmement inconfortable, et comment la Russie y est-elle parvenue ?

Outre la situation en Ukraine, la situation en Afrique de l’Ouest a également été évoquée lors de la rencontre entre Vladimir Poutine et Emmanuel Macron. Ce qui se passe à Paris est perçu de manière extrêmement douloureuse et, après tout, des citoyens russes y participent également. Une situation particulière s’est développée au Mali, où les nouveaux dirigeants militaires ont expulsé l’ambassadeur français après que Paris a commencé à la qualifier de « junte illégitime ». Selon diverses sources, plusieurs centaines de Russes étaient arrivés au Mali, vraisemblablement par le biais de sociétés militaires privées.

Au cours de la rencontre, Vladimir Poutine a expliqué à Emmanuel Macron la situation de l’implication russe au Mali. Concernant le Mali, M. le Président [de la France] a soulevé cette question à plusieurs reprises, nous en avons discuté et il connaît notre position. Le gouvernement russe, l’État russe n’a rien à voir avec les entreprises opérant au Mali. Selon la logique générale relative à [la politique de] l’OTAN et des membres de l’alliance, si le Mali fait le choix de travailler avec nos entreprises, il a le droit de le faire. L’État russe n’a rien à voir avec cela », a souligné une nouvelle fois M. Poutine.

Dans ce contexte, la République centrafricaine (RCA) a une nouvelle fois évoqué le rôle positif des instructeurs militaires russes. La Russie a aidé les autorités de la RCA à rétablir l’ordre dans le pays en l’espace d’un an, alors que l’Occident n’a pas réussi à le faire pendant des décennies. C’est ce qu’a déclaré l’ambassadeur de la RCA auprès de la Fédération de Russie, Leon Dodon-Punagaza, comme le rapporte RIA-Novosti. Avec les Français, les Nord-Américains et les autres, combien d’années avons-nous été amis et qu’ont-ils fait ? De tels groupes militaires n’ont pas apporté la paix à la République centrafricaine depuis des années », a noté le diplomate. Il a remercié Moscou pour son aide et a noté que la situation dans la république avait été terrible. D’un point de vue militaire, la situation au Mali est radicalement différente de celle de la RCA. En Afrique centrale, il y avait un enchevêtrement de conflits internes. Au Mali et dans certains pays voisins (Burkina Faso, Niger), on assiste à une invasion de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda et à l’État islamique.

La majeure partie du territoire malien est semi-désertique (Sahel) ou désertique sableux ; les forêts tropicales n’occupent qu’une petite partie du pays, au sud. En conséquence, la population du Mali est composée d’une proportion inégale de deux groupes ethniques non apparentés : les Noirs (Mandika, Fulbe, Bambara et autres) dans le sud et le centre du pays, et les Touaregs dans le désert du nord. Plus de la moitié de la population malienne vit dans la partie sud du pays, tandis que les Touaregs (environ 10% de la population) occupent formellement une grande partie du Sahel et du désert. Les Touaregs ont longtemps réclamé l’indépendance, puis l’autonomie et enfin des révoltes armées. Mais ces dernières années, la menace extérieure commune, sous la forme de djihadistes venus du territoire voisin de la Libye détruite, a uni les groupes ethniques du Mali. Les chefs touaregs ont officiellement abandonné le conflit avec le gouvernement central du Mali et ont demandé de l’aide contre les djihadistes. Nous parlons donc exclusivement de la lutte contre le terrorisme dans sa tournure djihadiste classique. En outre, les Touaregs étaient extrêmement effrayés par le comportement des djihadistes : la destruction de célèbres monuments historiques à Tombouctou et les exécutions publiques selon la charia. Les combats se sont déroulés dans le semi-désert et le désert. Les détachements djihadistes utilisent des tactiques de raid classiques, se retirant périodiquement dans le Sahara libyen où il est presque impossible de les atteindre. De plus, les djihadistes tendent régulièrement des embuscades sur la seule route menant au Diré et à Tombouctou.

Dans une telle situation, il ne vaut pas la peine d’attendre un effet rapide (« le garde forestier russe est arrivé et a dispersé tout le monde »), comme ce fut le cas, par exemple, en RCA. Ces attentes sont gonflées par le comportement passif des Français et des petits contingents européens qui les ont rejoints dans le cadre des opérations Serval et Barkhane (par exemple, la Lettonie a héroïquement envoyé quatre soldats au Mali).

Qu’est-ce qui a marché et qu’est-ce qui n’a pas marché avec les Français ? Lors de la première phase de l’opération Serval en janvier 2013, les Français utilisaient activement des avions de combat Mirage et Rafale pour bombarder tout ce qui bougeait dans le nord-est du Mali. Ils ont ensuite envoyé 500 parachutistes et toute l’armée malienne à Tombouctou. Les djihadistes n’ont pas pu résister et, en février, les Français ont occupé Tombouctou. Et là, ils ont construit une base, maintenant occupée par les Russes. C’est un succès incontestable, car les Maliens ne pouvaient pas faire face aux djihadistes par eux-mêmes. Il ne faut donc pas croire que les Français ont toujours été inactifs. De plus, les Français ont fait face à une forte résistance inattendue et ont décidé de se réorganiser. Ils ont eu la révélation que les barbus enturbannés de Libye étaient bien entraînés, qu’ils disposaient d’armes modernes et qu’ils étaient prêts à résister jusqu’au bout.

Lors de la  » bataille pour la ville de Kona « , mi-janvier 2013, les Français ont perdu un hélicoptère et son équipage, abattus par des djihadistes. Cela a rendu les Français très tendus. Le résultat est la nouvelle opération « Barkhane ». Selon l’idée de Paris, il s’agissait d’entourer le semi-désert d’un réseau de bases militaires au Tchad, au Mali, au Burkina Faso, en Mauritanie, au Sénégal et en Côte d’Ivoire et d’étrangler les djihadistes en les privant de ravitaillement. À partir de ce moment, le comportement des Français et des alliés (50 soldats sont envoyés par un autre guerrier nordique épique, l’Estonie ; plusieurs centaines sont envoyés par l’Allemagne) devient exceptionnellement passif.

L’objectif était d’utiliser des hélicoptères (britanniques et allemands) pour détruire les caravanes des djihadistes dans le désert et mener des opérations d’assaut ciblées. Mais il est vite apparu que les hélicoptères livrés au Mali n’étaient pas adaptés aux opérations dans le désert et que leur blindage était insatisfaisant, même pour les tirs d’armes légères depuis le sol. Les hélicoptères sont inutilisables, ce qui rend l’opération Barkhane inutile, car la pénétration dans le désert devient techniquement impossible. Au moindre contact avec le feu terrestre, les Français se cachent dans leurs bases. Le commandant de l’opération, le général Pierre de Villiers, a interrogé Paris sur l’élargissement de l’opération et le changement de tactique, mais n’a reçu aucun soutien et a démissionné. Le conflit entre un représentant de l’une des plus anciennes familles aristocratiques de France et le président Macron en est venu à ce que ce dernier renvoie de Villiers de l’armée.

En novembre 2019, les Français ont tenté de mener une opération d’envergure au carrefour de trois frontières – Mali, Burkina Faso et Niger. Mais dans une tempête de sable, les hélicoptères ont été perdus ; deux sont entrés en collision et 13 soldats français sont morts. Par la suite, l’opération Barkhane a été réduite à des opérations de routine. Les Français ont commencé à accuser ouvertement les FAMA, l’armée malienne, et non eux-mêmes, d’inaction. Dans le même temps, ils n’ont même pas levé le petit doigt pour renforcer la FAMA ; au contraire, ils l’ont traitée comme un auxiliaire. Et ce, malgré le fait que les Maliens avaient subi de lourdes pertes dans des batailles terrestres que les Français évitaient traditionnellement. Cela a irrité les Maliens et créé un contexte émotionnel négatif pour les Français, car leur comportement rappelait une relation coloniale et non un partenariat égalitaire.

Avec les Russes, c’est le contraire. Au départ, il avait été annoncé qu’ils ne participeraient pas aux combats mais qu’ils formeraient les Maliens. Les premiers instructeurs de l’ancienne base française de Tombouctou ont été engagés dans la formation du personnel. Mais dans le même temps, les estimations occidentales du nombre de Russes variaient considérablement. Par appréhension, leur nombre a été exagéré à 500. Selon des estimations plus modestes, ils seraient entre 200 et 300. Tout a commencé avec quatre instructeurs. Leurs photos ont été activement publiées dans les médias français. Sur le plan purement militaire, il s’agit pour l’instant d’établir un contrôle total de l’autoroute Bamako-Timbuktu (Tombouctou). C’est là qu’a eu lieu le premier affrontement, auquel, vraisemblablement, les Russes ont pris part. Un convoi de l’armée malienne est tombé dans une embuscade près de Bandiagara, dans le centre du pays. Il a été rapporté qu’un véhicule blindé de transport de troupes avait sauté par-dessus une mine, après quoi une fusillade a eu lieu et l’un des Russes aurait été blessé. On parle de plusieurs djihadistes tués au Mali, mais ce qui est absolument certain, c’est qu’il n’y avait pas de « prisonniers » parmi les Russes.

Des sources françaises insistent sur le fait que la nouvelle direction militaire du Mali mène délibérément une opération visant à chasser la France de la région et coordonne virtuellement cette ligne avec plusieurs pays voisins. Après l’expulsion démonstrative de l’ambassadeur de France de Bamako, voici ce qu’il en est à Paris. Aujourd’hui, le quartier général de l’opération militaire française (si on peut encore l’appeler ainsi) est transféré en Côte d’Ivoire, fidèle à Paris, dans la plus grande ville de ce pays : Abidjan. Les Français s’enlisent. D’une part, l’opération militaire en Afrique de l’Ouest a effectivement échoué. D’autre part, d’une certaine manière, il ne faut pas l’admettre. Mettre fin à l’opération Barkhane et s’envoler, c’est perdre la face et, de plus, admettre que les tactiques russes se sont avérées plus efficaces.

Pour être tout à fait honnête, il n’est toujours pas clair dans quelle mesure les Russes sont plus efficaces au Mali que les Français qui avancent péniblement dans les dunes depuis des décennies. Il ne sera possible de fournir des estimations précises qu’à la fin de cette année, lorsqu’il sera possible de former quelque chose de prêt au combat dans les FAMA, comme cela a été fait en RCA. Quoi qu’il en soit, la situation en Afrique de l’Ouest a radicalement changé, mais pas en faveur de la France, et ce avec l’aide de centaines de Russes (le fameux « garde forestier »). Si cette tendance se poursuit, les perspectives de sauver la face pour Paris seront de plus en plus minces ».

*Source : Euro-Synergies

Version originale : AuroraTraduction par Alessandro Lattanzio

Partager

Plus d’histoires deAFRIQUE