Aller à…
RSS Feed

5 octobre 2022

ANALYSE – Les États-Unis veulent briser l’influence russe en Afrique


Publié par Gilles Munier sur 6 Juin 2022, 10:18am

Catégories : #Afrique, #Russie, #Etats-Unis

Avec le projet de loi adopté le 27 avril, les États-Unis visent à développer une stratégie contre les activités de la Russie sur le continent, qui « sape ses objectifs et ses intérêts en Afrique »

Par Ali Maskan (revue de presse : Agence Anadolu – 2/6/22)*

Le 27 avril dernier, le projet de loi soumis au Congrès américain par le démocrate Gregory Meeks, président de la commission des relations étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis, a été adopté avec 419 voix « oui » contre 9 voix « non » afin de lutter contre les « activités malveillantes » de la Russie en Afrique. [1]

– Les États-Unis prennent des mesures contre la présence russe en Afrique

Avec ladite loi, les États-Unis visent à développer une stratégie contre les activités de la Russie sur le continent, qui « sape ses objectifs et ses intérêts en Afrique ». La loi couvre également la surveillance étroite des tentatives d’influence politique, des activités de désinformation et des opérations militaires de la Russie. L’attention est également attirée sur le renforcement des institutions démocratiques en Afrique, le suivi et l’évaluation dans les domaines de la transparence, la responsabilité, les droits de l’homme, la lutte contre la corruption, les ressources naturelles et l’exploitation minière, et le développement de principes de bonne gouvernance.

Alors que l’Afrique est la seule solution aux crises alimentaires et énergétiques actuelles, le fait que le continent se trouve entre les conflits de différents protagonistes affectera négativement le monde entier.

Désireuse de retrouver son prestige de la guerre froide depuis longtemps, la Russie prend des mesures pour atteindre cet objectif avec ses activités politiques, militaires et économiques dans différentes parties du monde, notamment en Amérique latine et en Afrique. Les États-Unis, d’autre part, agissent avec une stratégie similaire pour limiter et encercler la Russie sur son propre continent. En raison de la récente guerre russo-ukrainienne, l’attitude des États-Unis et de l’Europe envers la Russie a conduit à l’escalade de ladite lutte.

– La Russie accroît son influence en Afrique

En revanche, 17 pays africains se sont abstenus lors du vote de la résolution de l’Assemblée générale des Nations unies (ONU) le 3 mars 2022, alors que tous condamnaient l’attaque militaire de la Russie contre l’Ukraine, tandis que l’Érythrée, autre pays africain, faisait partie des cinq pays qui ont voté « non » à cette résolution. Cette image, qui montre à quel point la Russie est active sur le continent, a ouvert la voie aux États-Unis pour prendre des mesures plus concrètes.

Les forces militaires spéciales russes (Wagner) sont de plus en plus actives dans la région sub-saharienne qui s’étend du Soudan au Burkina Faso. Par exemple, des coups d’État se sont produits fréquemment dans de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest, y compris les anciens pays coloniaux français. On sait que les forces militaires russes ont joué un rôle dans ces coups d’État. Par conséquent, cette situation inquiète grandement les puissances occidentales. Ainsi, il est possible d’observer dans les pays où les coups d’État ont eu lieu, des personnes scandant des slogans anti-français avec des drapeaux russes.

Par ailleurs, le rôle des hommes d’affaires russes dans l’exploitation des ressources minérales du continent, en particulier en République sud-africaine, est devenu un élément de pression politique sur les gouvernements. C’est pourquoi Gregory Meeks soutient que la Russie « cherche à créer des financements en exploitant les ressources naturelles et les richesses souterraines de l’Afrique ».

Les États-Unis affirment également que la Russie interfère avec les structures démocratiques des pays africains par le biais de l’Association pour la recherche libre et la coopération internationale (AFRIC).[2] Les rumeurs de corruption lors des élections à Madagascar et le soutien apporté à certains groupes au Zimbabwe font partie des allégations portées contre l’AFRIC. Malgré cela, les États-Unis visent à briser et même à éliminer l’influence russe sur le continent en prônant la démocratie et les droits de l’homme.

– La Russie dans le collimateur, un peu partout dans le monde

À cet égard, les institutions compétentes des États-Unis et de l’ONU préparent des rapports sur les crimes russes contre l’humanité en Ukraine et enregistrent leurs activités dans différentes parties du monde. Dans ce contexte, on sait que les allégations de violations des droits de l’homme et de crimes de guerre commis par le groupe Wagner, notamment au Mali et en République Centrafricaine, ont été déposées contre la Russie pour être utilisées devant la justice.

En conséquence, les États-Unis visent à lutter contre les accusations de violations généralisées des droits de l’homme, en particulier sur les fronts ouverts par la Russie non seulement en Afrique mais aussi un peu partout dans le monde.

– Que veulent les Africains ?

En plus de tout cela, de nombreux pays africains, en particulier l’Égypte et l’Afrique du Nord, achètent leur blé à la Russie et à l’Ukraine. Autre rivale importante des États-Unis, la Chine accroît de jour en jour sa supériorité économique sur le continent. Les gouvernements et les peuples africains, en revanche, veulent préserver leurs relations économiques et politiques avec les États-Unis et les pays européens. Dans un second temps, ils visent à développer leurs relations avec la Russie et la Chine dans le cadre du principe gagnant-gagnant.

Outre la présence militaire et économique de la Russie, une autre raison pour laquelle elle est devenue si forte en Afrique est que les Africains en ont assez des politiques unilatérales et égoïstes de l’Occident. Une situation similaire a été vécue lorsque les pays africains ont obtenu leur indépendance. De nombreux pays africains avaient établi des liens idéologiques et militaires avec la Russie contre les pays qui les exploitaient depuis des années. Notons ici que l’histoire se répète de nos jours.

Les USA pourraient tenter de punir les gouvernements de certains pays africains dans le cadre des politiques qu’ils développeront contre la Russie. Cependant, dans un tel cas, ce sera à lui d’en payer le prix. Le fait que l’Afrique considère la Chine et la Russie comme des partenaires alternatifs révèle que l’Occident devrait revoir sa politique à l’égard du continent. Dans ce contexte, les États-Unis devraient viser à établir une relation réaliste et équitable avec les pays africains plutôt que de les menacer.

Finalement, alors que l’Afrique est la seule solution aux crises alimentaire et énergétique dans le monde, le fait que le continent soit entre les conflits de différents protagonistes affectera négativement non seulement les pays africains, mais aussi le monde entier. On espère que la nouvelle loi promulguée par les USA ne sera pas une source de problèmes.

[1] https://www.congress.gov/bill/117th-congress/house-bill/7311/text

[2] https://www.epde.org/en/news/details/fake-election-observation-as-russias-tool-of-election-interference-the-case-of-afric-2599.html

Ali Maskan est l’auteur de « De la piraterie à l’islam politique : changement social et sociétal en Algérie », écrit sur le colonialisme et l’Afrique – Les idées d’articles appartiennent à l’auteur et peuvent ne pas refléter la politique éditoriale de l’Agence Anadolu.

*Source : Anadolu

Partager

Plus d’histoires deAFRIQUE