Aller à…
RSS Feed

5 décembre 2022

La Russie met fin aux exportations vers l’Europe. Les États-Unis préparent une implication «agressive» dans la guerre ukrainienne


La Russie met fin aux exportations vers l’Europe. Les États-Unis préparent une implication «agressive» dans la guerre ukrainienne

Robert Bibeau

Sep 12

Dans une décision qui aura des conséquences dévastatrices pour des centaines de millions d’Européens, la Russie a mis fin pour une durée indéterminée aux exportations de gaz naturel vers l’Europe via le gazoduc Nord Stream 1.

Nord Stream 1 est la principale source d’exportation de gaz naturel russe vers l’Europe, qui représentait jusqu’à cette année 40 pour cent des importations européennes de gaz naturel. Au cours des derniers mois, la Russie a interrompu à plusieurs reprises l’approvisionnement via Nord Stream 1 pendant plusieurs jours d’affilée.

 

Dossier – Des tuyaux de l’usine de stockage de gaz Reckrod sont photographiés près d’Eiterfeld, dans le centre de l’Allemagne (AP Photo/Michael Probst, File) [AP Photo/Michael Probst]

Les prix du gaz naturel, principale source d’énergie pour le chauffage domestique, ont déjà été multipliés par 10 au cours de l’année écoulée et ont bondi de plus de 33 pour cent lundi après l’annonce.

Les ménages européens, face à une flambée des prix de l’énergie et des denrées alimentaires, se retrouvent au bord du gouffre, et les petites entreprises risquent la faillite sur tout le continent.

Ce désastre social massif est la conséquence de la guerre entre les États-Unis et l’OTAN contre la Russie, instiguée par les puissances de l’OTAN pour intégrer l’Ukraine dans l’alliance. La guerre a déjà entraîné la mort de dizaines de milliers de soldats et de civils ukrainiens, la mort de dizaines de milliers de soldats russes et l’effondrement de la vie économique ukrainienne.

Les principaux bénéficiaires du conflit sont les entrepreneurs américains et européens du secteur de la défense, qui enregistrent les plus grosses commandes depuis des décennies, ainsi que les entreprises américaines du secteur de l’énergie, qui ont grandement augmenté leurs exportations d’énergie sur le marché européen à des prix records, réalisant ainsi des bénéfices faramineux.

Malgré le désastre économique qui menace l’Europe, les États-Unis et l’OTAN ne font qu’intensifier leur engagement dans la guerre.

La Maison-Blanche a demandé lundi au Congrès d’allouer 11 milliards de dollars supplémentaires à la guerre en Ukraine, ce qui vient s’ajouter aux plus de 50 milliards de dollars déjà alloués à ce jour.

Il est devenu indéniable que la Maison-Blanche est en train de supprimer presque toutes les restrictions qui subsistent quant à l’implication des États-Unis dans cette guerre. Le président américain, Joe Biden, avait déjà averti plus tôt cette année qu’elle risquait de provoquer une «Troisième Guerre mondiale».

Dans un article intitulé «Pourquoi les États-Unis deviennent plus effrontés dans leur soutien à l’Ukraine» (Why the US is becoming more brazen with its Ukraine support), The Hill rapporte que «le gouvernement Biden arme l’Ukraine avec des armes qui peuvent causer de sérieux dommages aux forces russes et, contrairement au début de la guerre, les responsables américains ne semblent pas inquiets de la réaction de Moscou».

L’article cite William Taylor, ancien ambassadeur américain en Ukraine et figure de proue de la première destitution de Donald Trump, qui a déclaré: «Au fil du temps, le gouvernement a reconnu qu’il pouvait fournir aux Ukrainiens des armes de plus gros calibre, plus performantes, à plus longue portée et plus lourdes, et les Russes n’ont pas réagi».

Il a poursuivi: «Les Russes bluffent et aiment bien exagérer, mais ils n’ont pas été provoqués. Le gouvernement Biden s’en est inquiété au début – et il s’en inquiète encore dans une certaine mesure – mais la crainte de provoquer les Russes a diminué».

Si la Russie n’a pas été «provoquée», la réponse des responsables américains est d’intensifier leur implication dans la guerre jusqu’à ce que le résultat nécessaire soit atteint.

L’article note que le mois dernier, «des responsables de la défense ont déclaré que les États-Unis enverraient pour la première fois à l’Ukraine des drones de surveillance ScanEagle, des véhicules MaxxPro lourdement blindés qui résistent aux mines et des systèmes de missiles antichars guidés TOW, ainsi que diverses nouvelles munitions».

Ces éléments s’ajoutent aux missiles antiradiation à grande vitesse AGM-88, ainsi qu’à une augmentation massive du nombre de systèmes de missiles à longue portée HIMARS (High Mobility Artillery Rocket Systems) envoyés au pays.

Le journal The Hillécrit: «À l’avenir, de nombreux reportages indiquent que les États-Unis prévoient d’envoyer prochainement des munitions d’artillerie Excalibur à guidage de précision: des armes qui peuvent parcourir jusqu’à 70 kilomètres et qui aideraient les Ukrainiens à cibler les positions et les postes de commandement russes difficilement accessibles».

L’article cite un responsable américain anonyme qui a déclaré: «Je pense que l’instinct des gens dans les départements et agences, en particulier l’État et la Défense et la communauté du renseignement, je pense que leur instinct est d’être plus tournés vers l’avant et plus agressifs… Nous avons beaucoup plus d’espace de notre côté, je pense, pour prendre des mesures qui aideront l’Ukraine sans avoir une peur injustifiée de la façon dont Poutine va réagir».

Alors que les responsables russes ont demandé à plusieurs reprises des négociations de paix, les États-Unis et leur gouvernement mandataire en Ukraine refusent toute négociation avec la Russie en deçà de l’objectif de l’Ukraine de reprendre la Crimée. «C’est une question de dialogue avec les terroristes. Nous ne pouvons pas discuter de quoi que ce soit avec des terroristes», a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky à ABC.

Pendant ce temps, les médias américains applaudissent l’offensive ukrainienne dans le sud de l’Ukraine, que la Maison-Blanche utilise comme prétexte pour étendre considérablement la participation américaine à la guerre. À ce jour, les États-Unis ont fourni des centaines de drones et d’avions, des centaines de véhicules, des dizaines de milliers de missiles et des millions de cartouches de munition. Mais comme le précise The Hill, cela n’est qu’un acompte alors que les États-Unis préparent une intervention «plus agressive» dans la guerre.

(Article paru en anglais le 6 septembre2022)

Partager

Plus d’histoires dedestructions