Aller à…
RSS Feed

8 décembre 2022

Israël Adam Shamir et la guerre Russie-Otan


 

Le 30 septembre 2022 :

“Le discours de Poutine est une tentative de la Russie pour reprendre la place de l’URSS à la tête de la lutte anti-impérialiste et anti-colonialiste. Poutine est un homme qui a la vitalité soviétique dans le meilleur sens du terme.”

 

Israël Adam Shamirdebout en 2022
Israël Adam Shamir 2022…

 

1) Mai – 18 septembre 2022, l’état des médias en Russie

Le rôle des agences de presse 

L’agence RIA Novosti a récemment commencé à se tourner vers la télévision non informative. Elle offre de nombreux commentaires qui ont leur place dans les tabloïds à belles marges blanches, mais jamais dans les dépêches. La lettre de Makarevich est commentée comme suit : “Il aurait dû aller voir Prokhorov. Mais le président russe n’est pas Prokhorov. La protestation des législateurs de Saint-Pétersbourg contre Madonna se réduit à chanter Madonna et à humilier les provinciaux de Saint-Pétersbourg. Cela peut être amusant pour les Jean Jacques assis, mais n’a rien à voir avec l’actualité.

De plus en plus, le matériel d’RIA est destiné à l’utilisateur final plutôt qu’aux éditeurs de journaux et de magazines – leurs clients naturels. Le flux russe ne comporte même pas la mise en évidence et le classement habituels des principaux sujets d’actualité par l’agence : au lieu de cela, les nouvelles sont déversées en vrac au fur et à mesure qu’elles arrivent.

La RIA a reçu une part importante du budget, mais malgré cela, son site web et tous ses supports débordent de publicité commerciale, ce qu’aucune autre agence de presse occidentale ne se permet. Comme le héros de Sholom Aleichem, qui, s’il était Rothschild, serait plus riche que Rothschild parce qu’il coudrait encore des pantalons sur commande, la RIA dévalorise son produit en gagnant de l’argent avec la publicité.

Il est intéressant de comparer le résumé des nouvelles de la RIA et de la TASS. TASS est professionnelle, comprend correctement les principaux événements de la journée et est capable de donner son propre ordre du jour, tandis que RIA – entièrement dirigée par des agences occidentales – donne les nouvelles russes locales dans un ordre arbitraire.

La première étape vers l’indépendance des médias pour la Russie devrait être une réorganisation radicale des agences de presse – que ce soit en revitalisant l’ancienne marque TASS, en faisant tourner la direction de RIA, en se greffant sur RT ou autre. Les agences de presse ne doivent pas regarder par-dessus l’épaule des autorités russes et chercher l’approbation de l’étranger.

Analyse

Le deuxième lien à reconstruire est l’analytique. La Russie n’a pas son propre New York Times. Nezavisimaya Gazeta et Kommersant pourraient devenir des journaux analytiques en Russie. Mais ils ont été négligés par les autorités. Tous deux sont restés le porte-parole de l’oligarchie et donc opposés à la voie indépendante de la Russie.  Après tout, le véritable duumvirat en Russie n’est pas Poutine-Medvedev, mais Poutine-oligarques. Les oligarques, qui régnaient avant Poutine, ont été partiellement écartés du pouvoir, mais ont conservé leurs ressources. Les médias appartiennent également aux oligarques, et ils expriment principalement les positions des oligarques. L’intelligentsia a perdu l’accès direct au budget avec la chute de l’URSS, et elle est devenue économiquement dépendante des oligarques.

La Russie post-soviétique est sortie de la fragmentation féodale des années 90, mais les grands seigneurs féodaux n’ont pas perdu leurs positions et ont gardé leurs rêves de revanche. Poutine n’a pas fait le travail d’Ivan le Terrible, qui avait éliminé les boyards, ni le travail de Staline, qui avait purgé les dirigeants bolcheviques de premier ordre, ni le travail de Mao, qui avait soulevé les masses pour combattre la bureaucratie rassise du parti. C’est la cause profonde de sa faiblesse. Le journal ne remplacera pas l’oprichnina, le NKVD et la junte, mais il peut corriger l’erreur historique des années 1990.

Un journal analytique fort comme le New York Times ou le Washington Post classe les intellectuels, assure la liaison avec les universités, définit le courant dominant, façonne les intellectuels dans tous les domaines de la science – certainement pas seuls, mais en combinaison avec des magazines comme Nature, Newsweek, Time, Harper’s.

Rossiyskaya Gazeta a échoué dans cette tâche car elle n’a pas attiré suffisamment de journalistes professionnels et d’intellectuels. Sa qualité n’est pas différente de celle de la Moskovskaya Pravda, par exemple, et ce malgré des budgets énormes et des salaires enviables. ”

Izvestia, qui serait un choix naturel pour l’analyse, est toujours indécis quant à la partie de son lectorat à laquelle il s’adresse, la masse ou les intellectuels. Parmi les projets intéressants du passé récent qui étaient sur la bonne voie, il faut citer le Conservator de Dmitry Olshansky, qui aurait pu être la graine d’un journal analytique sérieux. En fait, Rossiskaya Gazeta, Nezavisimaya Gazeta et Kommersant pourraient également servir de semence de ce type, à condition de procéder à une restructuration radicale, et pas seulement à un changement d’image de marque.

L’une des toutes premières mesures prises par l’administration coloniale occidentale dans la Russie d’Eltsine fut de frapper les agences de presse. La puissante marque TASS a été supprimée, une deuxième agence, RIA, est passée aux mains d’un adversaire stratégique, mais après avoir été préalablement rendue exsangue. L’information gouvernementale passait par l’agence Interfax, pro-occidentale et sous-puissante, qui n’a jamais pu se remettre sur pied – si tant est que cela faisait partie des plans de ses promoteurs.

Il n’existe pas aujourd’hui en Russie d’agence de presse sérieuse comparable à Reuters, capable de fixer l’agenda de la presse russe. Depuis plusieurs années, TASS supprime des articles pour ceux qui ne paient pas et a perdu sa position de phare, et c’est bien dommage, car TASS reste la meilleure agence de presse en Russie. (C’est en vain qu’ils ont terni leur marque en la renommant).

RIA a adopté une position subordonnée aux médias occidentaux. L’agence est intégrée dans l’agenda occidental et le met en œuvre. La guerre civile en Syrie l’a clairement montré.

Le traitement médiatique de la Syrie

Par exemple, le président Poutine a récemment déclaré : “Nous voulons que tous les groupes se mettent d’accord entre eux. Nous craignons que si les dirigeants syriens actuels sont écartés du pouvoir de manière inconstitutionnelle, l’opposition et le gouvernement puissent échanger leurs places, et que la guerre civile se poursuive alors sans fin.” RIA a publié cet article avec le titre : “Poutine : Assad doit partir légalement, sinon la guerre en Syrie sera sans fin” (!!!) Cette déformation s’inscrit dans le cadre de la campagne globale de pression médiatique occidentale aiguë sur la Syrie, mais elle est à l’exact opposé de la position de la Russie – et des orientations de la politique étrangère du Kremlin. Le titre correct aurait été “Poutine soutient le processus du traité syrien” ou “Poutine s’oppose au renversement du pouvoir syrien”.

Le conflit syrien a révélé la position subordonnée de la RIA à l’Occident, même à ceux qui en doutaient auparavant. Le célèbre chroniqueur arabe russe Matuzov a déclaré dans une interview : “RIA Novosti joue clairement un rôle négatif. Toutes les tables rondes qui s’y tiennent réunissent les mêmes personnes qui présentent le même concept qui s’oppose à la ligne de la politique étrangère de la Russie. Il y a eu une téléconférence avec Pékin ; Moscou et Pékin sont alliés sur la question syrienne. Mais les experts russes sélectionnés par RIA Novosti disent aux Chinois, dans une émission ouverte, que le régime de Bachar Assad est épuisé et qu’il tombera dans les deux prochaines semaines, qu’Assad est un dictateur et qu’il doit être démis de ses fonctions immédiatement… etc. RIA et ses experts sélectionnés subvertissent notre politique étrangère.

La main israélienne tient la plume

Mais RIA est en train d’échouer. Lorsque la Russie a opposé son veto pour la troisième fois à un projet occidental de résolution du Conseil de sécurité des Nations unies, RIA n’a même pas mentionné cet événement crucial dans son résumé. Au lieu de cela, elle a été dominée par les nouvelles locales concernant l’attentat à la bombe contre un bus de touristes israéliens en Bulgarie. C’est intéressant pour les lecteurs israéliens, bien sûr, mais nullement important pour la presse russe – d’autant plus qu’en même temps que le rapport sur l’explosion, des insinuations israéliennes non fondées accusaient le Hezbollah et l’Iran.

Au lieu d’être le premier organe de presse à rendre compte de cette attaque mineure, RIA aurait dû commencer par la ligne principale : “Le Hezbollah a rejeté comme sans fondement les accusations du Premier ministre israélien. Cela pourrait être plus dramatique : “Le premier ministre israélien a appelé à la vengeance contre les auteurs de l’attaque. Ou encore : “Les Israéliens relient l’attaque à la chaîne de meurtres de scientifiques iraniens imputés au Mossad.” Mais certainement pas une répétition directe des rapports des agences israéliennes ou occidentales.

Et les rapports interminables sur le procès des Pussy Riot ? Dans la version de RIA, ils reprennent directement les gros titres biaisés de Novaya Gazeta, au lieu d’être objectifs et moins nombreux. Le soutien à chaque artiste rock est présenté comme une information de dernière minute : “Bjork a soutenu les Pussy Riot”, “Madonna a soutenu les Pussy Riot”. Et où sont les voix de ceux qui ont exigé une condamnation sévère ?

Un journal analytique fort serait capable de changer la position de l’intelligentsia, et d’influencer les universités. Il deviendrait l’étalon intellectuel et moral des professeurs d’université, et raccommoderait la noosphère russe. Avec le temps, elle influencerait également la télévision, la faisant sortir de sa stupeur actuelle. Et cela permettrait de combler le dangereux fossé entre le gouvernement et la société. Elle ne serait pas en mesure de concurrencer le PK ou le MK en termes de circulation, mais elle serait en mesure d’orienter leurs activités.

Mais la première tâche, c’est le télégraphe, comme disait Lénine à la veille de la révolution. Si les autorités russes indépendantes veulent tenir bon, elles doivent immédiatement prendre le contrôle du télégraphe, c’est-à-dire des agences de presse.

Juillet 2022

Les protestations à Moscou se sont peut-être calmées, mais leurs racines demeurent. Le cours indépendant des autorités russes – une réalisation majeure de l’ère Poutine – est entravé par l’hostilité de la presse libérale, avec laquelle Poutine aimerait être ami – comme en témoignent sa conversation avec Venediktov avant l’élection et une récente réunion avec Gessen, où le président téflon a tenté, en vain, de convaincre un journaliste hostile.

Cette presse est orientée vers un autre centre de pouvoir, non local, l’empire transatlantique ; pour Gessen et Venediktov, représentants de la presse impériale, Poutine est le tsar local. Et pas seulement pour eux. Souvenons-nous : presque tous les journaux centraux russes se sont soulevés contre le gouvernement en décembre et janvier, pendant le Front blanc. Seules les chaînes de télévision fédérales, qui ont perdu depuis longtemps la capacité de tenir une conversation sérieuse avec le peuple, ne se sont pas opposées à Poutine. Seules des figures marginales (Prokhanov et Douguine) ont soutenu les autorités en ce jour redoutable et glacial de décembre, lorsque Poklonnaya Gora [la Montagne] a pris le dessus face à la place Bolotnaya [le Marais] [Voir l’analyse des évènements à Moscou, par Shamir en 2012 ici], et même à ce moment elles étaient plus contre les libéraux que pour les autorités. La peur d’être indiscipliné entravait même les intellectuels qui penchaient vers le gouvernement central. En plein accord avec la théorie de Gramsci, la domination discursive a commencé à se traduire en domination politique. L’effondrement semblait si probable qu’un étudiant de l’Université internationale de Moscou a demandé au président, lors d’une réunion publique, dans combien de temps il allait s’enfuir en Corée du Nord.

Malgré la victoire électorale de Poutine, l’affaire Pussy Riot, Krymsk, les enquêtes ont montré que la presse restait hostile à la voie indépendante de la Russie. Pourquoi cela s’est-il produit ? Quelles sont les erreurs commises par l’équipe de Poutine, et est-il possible de les corriger ?

Les médias sont comme un arbre

Ses racines profondes sont l’agence de presse qui fixe l’agenda. Plus haut, on trouve le Tronc, un journal analytique de haut niveau lié aux universités et au monde académique. Et plus haut encore, la couronne luxuriante de toute une série de chaînes de télévision, de stations de radio et de la presse à sensation.

C’est ainsi que fonctionne le monde occidental : les racines profondes sont Reuters, et les nouvelles de la BBC. À bien des égards, ils définissent l’agenda des médias mondiaux. Un peu plus haut dans le tronc se trouve le New York Times, qui influence également l’ordre du jour, mais fournit aussi les analyses qui déterminent les attitudes à l’égard des points de l’ordre du jour. Et plus encore, toute la diversité de la presse américaine, mondiale et russe. C’est la couronne.

Lorsqu’il y a dix ans, Poutine a entrepris de libérer la Russie du contrôle colonial rigide établi sous Eltsine, il y avait un besoin urgent d’un média propre, qui ne reçoive pas d’ordres de l’étranger. Mais comment le faire émerger, peu l’ont compris. Poutine ne pouvait pas s’en attribuer tout le mérite en même temps. Il a pris pour lui les sommets – la télévision. Il a laissé les colonnes vertébrales – l’agence de presse et les médias analytiques – à leurs anciens maîtres, les oligarques liés à l’Occident. L’ancienne presse de Gusinsky et Berezovsky est restée pro-occidentale. Ce processus a été curieusement expliqué par Anatoly Wasserman. Mais il est facile de supposer que Poutine et son équipe n’ont même pas pensé à l’analytique et aux couches inférieures et profondes des médias russes. Ils ont vu la télévision et ils la connaissaient ; ils ont été confrontés à sa puissance lorsque, sous Berezovsky et Gusinsky, les chaînes de télévision ont tiré en rafale sur le Kremlin. Ils ont pris sur eux. Ils ont choisi de ne pas s’impliquer dans le reste de médias. Peut-être qu’eux et leurs conseillers n’ont pas compris le rôle de l’agence de presse dans le système médiatique.

C’était une erreur. Il n’est pas possible d’orienter le discours à travers les chaînes de télévision. La télévision occupe une position élevée dans la chaîne alimentaire et la réalisation est produite sur les échelons inférieurs. Vous pouvez changer les meubles dans les pièces, mais les contours de la maison sont fixés par les fondations invisibles. Le fondement des médias est une machine à établir des programmes. Elle n’est pas visible pour les consommateurs finaux, mais c’est elle qui détermine ce qu’ils reçoivent.

Un conte de fées russe raconte l’histoire d’un homme qui avait été contraint de partager son blé avec un ours ; il lui avait donné les racines et avait pris les fanes. L’ours était assez contrarié quand il a réalisé qu’il avait été trompé. Les autorités russes étaient dans la position de l’ours….

 

2) Souvenons-nous de la Finlande (9 septembre 2022)

La guerre pour le Donbass de 2022 est similaire à la guerre finlandaise de 1940. Ses objectifs peuvent être solidaires, les buts sont corrects, une guerre préventive avant la grande guerre avec les Allemands. Leningrad était trop proche de la frontière. Mais le sentiment qu’il fallait gagner à tout prix – la plupart des gens ne le partageaient pas. Staline a engagé de petites forces sur le front finlandais, les forces du district militaire adjacent, et les Finlandais ont pu y faire face. Puis Staline a réalisé son erreur, a envoyé de nouvelles forces, et il a gagné. Mais Hitler avait suivi de près le déroulement de la guerre et en avait conclu que même une Finlande faible et peu peuplée pouvait écraser la Russie, sans parler de l’Allemagne ! Sa victoire lui semblait irréfutable.

 

Poutine a fait la même erreur. Il a engagé une petite force, capable d’une opération de police, et a fait face à une résistance désespérée. Un petit malheur en apparence. Il aurait fallu ajouter des soldats et vaincre les Ukrainiens. Mais l’adversaire stratégique – les États-Unis – a fait l’erreur d’Hitler. L’ennemi est arrivé à la conclusion que la Russie pouvait être vaincue. Une nouvelle guerre mondiale est donc devenue très probable. Que ce soit l’Angleterre ou l’Amérique qui le lance, nous verrons bien. Mais j’ai peur que nous le voyions, justement.

 

C’est le principal problème, et non une percée locale des Ukrainiens. Plus de villages, moins de villages – est-ce important ? Mais la conclusion… Ils pensent que la Russie ne peut pas en faire plus. C’est une conclusion erronée – la Russie le peut. Mais cette conclusion erronée va déclencher une nouvelle guerre.  Et Liz Truss est prête à appuyer sur le bouton rouge.

 

Il serait bon de montrer à l’ennemi maintenant que les Russes savent encore comment gagner. S’ils le peuvent, bien sûr. Et nous devrions encourager la Russie maintenant – parce qu’elle nous sauvera de la guerre nucléaire. Il est trop tard pour bavarder maintenant – j’étais contre depuis le début…. Maintenant, en avant toute !

 

3) Après l’assassinat de Daria Douguine, une leçon israélienne (22 août 2022)

D’abord, un commentaire transmis par Yaroslav Belousov :

« Je vais vous révéler mon vœu le plus cher : je voudrais vraiment que les Russes soient comme les Juifs d’Israël sur certains points. Je veux qu’on ait notre propre Mossad. »

Et ceci est un rêve d’il y a longtemps. Un rêve né après la mort de Mozgovoy, Dremov, Givi et Motorola. Et puis il y avait aussi Zakharchenko. Ces derniers mois, des fonctionnaires des territoires libérés, peu connus du grand public, sont morts. La mort de Daria Douguine est l’occasion de nous rappeler une fois de plus que les Russes doivent offrir un destin inéluctable à leurs ennemis : ils viendront et ils puniront, quoi qu’il arrive.

“Le Mossad n’a pas hésité à terroriser les complices de ses ennemis – il a détruit les scientifiques allemands qui ont aidé l’Égypte à développer des missiles balistiques dans les années 1960. “Le Mossad a puni les personnes impliquées dans l’attentat terroriste des Jeux olympiques de Munich, ne reculant pas devant les victimes civiles “en arrière-plan”. “Le Mossad a fait sauter deux unités de production d’énergie en France qui avaient été construites pour l’Irak. “Le Mossad n’a reculé devant rien pour assurer la sécurité totale, à cent pour cent, d’Israël. Aucun argument sur les “droits de l’homme”, la souveraineté des autres États ou la pitié pour les victimes innocentes n’a pu l’arrêter. “Israël est au-dessus de tout” – c’était le credo du Mossad.

Et maintenant, nous sommes confrontés au fait que les assassins d’une personnalité publique russe sont entrés d’une manière ou d’une autre en Russie, puis se sont glissés en Estonie. Et ce malgré le fait que le tueur ait précédemment servi dans la garde nationale ukrainienne. Le Mossad aurait-il pu permettre que cela se produise ? Très douteux, mais en tant qu’échec, je m’autorise à l’imaginer. Qu’auraient fait les services secrets israéliens après tout cela ? Bien sûr, ils auraient lancé une chasse secrète non seulement aux auteurs mais aussi aux organisateurs du meurtre. Et je suis sûr à 99,9% qu’ils les auraient obtenus et remis au Premier ministre sur un plateau d’argent. Gémissants, pleurnichant et suppliant.

La Russie a besoin de son propre Mossad. Et tous les ennemis de la Russie, où qu’ils se trouvent – dans un appartement douillet de Vilnius, sur une plage du Monténégro ou même dans la jungle de l’Amazonie, devraient avoir peur et savoir qu’ils viennent pour eux. Impitoyables. Les Russes, les Avengers.

Jaloux d’Israël ?

De temps en temps, les Russes ont un sentiment lancinant : pourquoi notre Mossad (KGB) ne tue-t-il pas nos ennemis ? Et il y a deux réponses. La première est que nous l’avons fait aussi. Exemples du colonel Kassad :

Le 26 janvier 1930, des agents du NKVD dirigés par le chef du 1er département de l’OGPU, Serebryansky, arrêtent le chef de la ROVS, le général Kutepov, à Paris et le transportent en URSS. Au cours du processus, Kutepov est mort pour des raisons non précisées.

Le 22 septembre 1937, le général Miller est arrêté à Paris par des membres du NKVD et emmené en URSS, où il est fusillé en 1939 après un verdict du tribunal.

En août 1937, un groupe spécial du NKVD en France a liquidé le traître renégat Georgy Agabekov, qui a été poignardé à mort par un exécuteur turc.

Le 4 septembre 1937, près de Lausanne, en Suisse, un groupe d’agents du NKVD dirigé par Spiegelglas a liquidé le traître renégat Ignatius Reiss.

Le 23 mai 1938, l’officier du NKVD Pavel Sudoplatov a liquidé le meneur nazi ukrainien Yevgeny Konovalts avec une boîte de chocolats, à Rotterdam.

Le 20 août 1940, l’agent du NKVD Ramon Mercader a liquidé le chef de l’opposition trotskyste, Lev Trotsky.

 

Deuxième réponse : les israéliens n’ont aucun problème pour tuer qui ils veulent, car ils possèdent la presse américaine et anglaise, les réseaux sociaux et les membres du Congrès. Il ne s’agit donc pas du Mossad, mais de Wall Street, Fleet Street et des banques. Quand on a ça, on n’a pas besoin du Mossad.

Les patriotes russes ont perdu du terrain dans les médias en 1956, et leurs opposants ont dominé les médias et la culture depuis lors. Et ils tiennent leur propre front et empêchent les autres d’accéder à la mangeoire. Même le poète populaire Yemelin a compris et s’est aligné sur les libéraux. Et il a immédiatement commencé à recevoir publications et prix, qu’ils ne lui donnaient jamais auparavant. Donc pas avant que nous ayons notre Mossad, et nous l’aurons, si notre peuple a des journaux et des réseaux sociaux.

Quant à être jaloux d’Israël, cela n’a pas lieu d’être. Les Israéliens eux-mêmes, quand Öcalan a été arrêté, ont dit : ce n’était pas le Mossad. Car si ça avait été le Mossad, ils auraient sûrement merdé !

Ajout (6 septembre 2022)

La Cour suprême israélienne a reconnu un aveu fait sous la torture. L’homme a été torturé pendant 36 heures, et il a tout avoué. Les juges ont dit qu’ils pensaient que c’était un terroriste. Cela autorise la torture. La loi juive est une chose étonnante, et personne ne s’y opposera. https://www.jpost.com/opinion/article-716312

 

4) L’Allemagne et l’Otan (3 juin 2022)

Pensez-vous toujours que l’idée d’une troisième guerre mondiale soit farfelue ?

Bien sûr que non. Les préparatifs sont déjà en cours. Les élites veulent la guerre parce qu’elles ne voient aucun autre moyen de préserver l’ordre mondial occidental-centrique. C’est pourquoi la menace du militarisme allemand a été ignorée par les médias et les chefs d’État étrangers. Parce qu’ils pensent maintenant que le militarisme allemand peut être utilisé pour défendre la primauté mondiale de l’Amérique. Et c’est ce qu’ils veulent.

“Vu avec cet œil économique”, déclare Mike Whitney, “les préparatifs pour rendre une troisième guerre mondiale gérable battent leur plein”. La politique insensée consistant à préparer une troisième guerre mondiale et à la rendre “gérable” est soutenue par tous les partis représentés au Bundestag… L’Allemagne doit “définir d’urgence ses intérêts nationaux dans le contexte de la nouvelle réalité” et “adopter une démonstration de force nationale pour les mettre en œuvre et les sauvegarder”, dit-il. “Pour relever ce défi, des capacités militaires complètes sont nécessaires, ce qui impliquera également de nombreux sacrifices et charges.” (“Germany’s preparations for a third world war in full swing”, World Socialist Web Site)

Comment en sommes-nous arrivés là ? Comment en sommes-nous arrivés à un point où personne ne s’inquiète de la réémergence du militarisme allemand ?

Tout remonte au président russe Mikhaïl Gorbatchev. En 1990, après la chute du mur de Berlin, Gorbatchev a levé ses objections à la réunification allemande et “a accepté qu’une Allemagne unifiée soit libre de choisir l’alliance à laquelle elle appartiendra, et le chancelier Helmut Kohl a dit à Gorbatchev que l’Allemagne voulait rester dans l’OTAN.” Gorbachev a donné le feu vert à l’Allemagne pour rejoindre l’OTAN.

Vous voyez quelle terrible erreur c’était ? Pouvez-vous voir que la réunification allemande et l’entrée de l’Allemagne dans une alliance militaire hostile et russophobe (l’OTAN) ont ouvert la voie à la conflagration actuelle ?

L’entrée de l’Allemagne dans l’OTAN a été suivie de trois vagues d’expansion qui ont poussé l’Alliance de plus en plus vers l’est jusqu’à ce qu’aujourd’hui, les troupes de combat, les bases militaires et les systèmes de missiles de l’OTAN se trouvent aux portes de la Russie, à quelques centaines de kilomètres de Moscou.

Et la poussée de l’OTAN vers l’est ne s’arrêtera pas non plus à l’Ukraine, pas plus qu’Hitler ou Napoléon ne s’y sont arrêtés.

L’Ukraine n’est que le dernier coup de sifflet sur la route de Moscou. C’est le véritable point final stratégique : Moscou. Donc, finalement, l’OTAN s’enfoncera de plus en plus profondément dans le territoire russe, détruisant tout sur son passage et tuant tous ceux qui se trouvent sur son chemin. C’est vers cela que tout se dirige, en fait, les chefs de guerre du Pentagone n’essaient même plus de le cacher. “Nous voulons affaiblir la Russie”, disent-ils. “Nous voulons briser le dos de la Russie”. Et, c’est le plan. Ils veulent écraser la Russie et s’emparer de ses ressources. Rien n’est caché. Tout cela est déclaré publiquement.

Et c’est entièrement la faute de Gorbatchev. La crise à laquelle la Russie fait face aujourd’hui, peut être retracée jusqu’à Gorbachev. A quoi pensait-il ? Pensait-il que l’OTAN allait honorer sa parole et ne pas ” bouger d’un pouce vers l’est ” comme elle l’avait promis ? Pensait-il que l’Allemagne ne finirait pas par “retomber sur ses pieds” et ne reprendrait pas sa marche habituelle vers l’est ? Pensait-il que les dirigeants occidentaux avaient miraculeusement changé d’avis et étaient devenus plus dignes de confiance, plus désintéressés et plus pacifiques ?

Quel homme stupide, stupide. Le libéralisme désinvolte de Gorbatchev a amené les systèmes d’armes et les troupes de choc de l’OTAN aux portes de la Russie. Il a ouvert la voie à un autre conflit angoissant et sanglant qui plongera toute la région dans le chaos et la ruine. Faut-il s’étonner que les dirigeants occidentaux chantent les louanges de Gorbatchev à chaque occasion ? Regardez cet extrait d’un article de RT :

“Des exercices militaires de l’OTAN à grande échelle ont débuté lundi en Estonie. L’exercice baptisé ‘Hedgehog 2022’ est l’un des plus importants de l’histoire de la nation balte, selon le bloc militaire. Les exercices impliqueront quelque 15 000 soldats de 14 nations, y compris les membres du bloc militaire et leurs partenaires (18 au 26 mai 2022).

Des soldats de Finlande, de Suède, de Géorgie et d’Ukraine sont parmi ceux qui prendront part à l’exercice… Selon le radiodiffuseur, les exercices feront intervenir toutes les branches des forces armées et comprendront des exercices aériens, maritimes et terrestres, ainsi qu’un entraînement à la cyberguerre. Selon une déclaration de l’OTAN, le navire de débarquement de classe Wasp de l’US Navy, le Kearsarge, participera également à ces exercices….”

Les exercices ont débuté un jour seulement après que la Finlande et la Suède ont officiellement annoncé leur intention de rejoindre l’OTAN, le 15 mai 2022.

Les exercices en Estonie ne sont toutefois qu’une partie des activités militaires à grande échelle de l’OTAN près de la frontière russe. Un autre État balte, la Lituanie, accueille l’exercice “Iron Wolf”, auquel participent 3 000 soldats de l’OTAN et 1 000 équipements militaires, dont des chars Leopard 2 allemands.

Deux des plus grands exercices de l’OTAN – “Defender Europe” et “Swift Response” – se déroulent en Pologne et dans huit autres pays, avec la participation de 18 000 soldats de 20 pays, selon la déclaration de l’OTAN vendredi…..…

C’est quoi le problème avec l’Allemagne?

Voir https://reseauinternational.net/cest-quoi-le-probleme-avec-lallemagne/

Par Mike Whitney

Pourquoi l’Allemagne envoie-t-elle des armes à l’Ukraine ? Ne se rendent-ils pas compte que ces armes seront utilisées pour tuer des soldats russes ? Ne se rendent-ils pas compte que ces armes seront données à des combattants nazis qui se tatouent des croix gammées sur les bras et défilent dans des parades aux flambeaux ? Le peuple allemand ne se soucie-t-il pas de cela ?

Pendant la deuxième guerre mondiale, la Wehrmacht allemande a tué 27 millions de Russes. N’est-ce pas suffisant ? Combien de Russes doivent mourir pour satisfaire la soif de sang de l’Allemagne ? Un autre million environ ? 5 millions ? 27 millions ? Combien ?

Et, comment un pays avec l’histoire de l’Allemagne justifie-t-il le meurtre de plus de Russes aujourd’hui ? Beaucoup de gens aimeraient avoir une réponse à cette question ? Je sais que moi, je le voudrais.

Le chancelier Olaf Scholz pense que l’Allemagne a une obligation morale de soutenir l’Ukraine dans sa guerre contre la Russie. Dans un discours télévisé à la nation, il a déclaré : “Nous défendons le droit et la liberté du côté de la partie attaquée. Nous soutenons l’Ukraine dans sa lutte contre l’agresseur.”

Ce que Scholz a omis de mentionner, ce sont les nombreuses provocations (ukrainiennes) qui ont eu lieu avant l’invasion russe. Il n’a pas mentionné l’intensification des bombardements de Kiev dans l’est de l’Ukraine, où 14 000 Russes ethniques ont été tués au cours des huit dernières années. Il n’a pas mentionné les quelque 30 laboratoires ukrainiens de fabrication d’armes biologiques où des agents pathogènes mortels – qui ciblent des ethnies spécifiques et propagent des maladies hautement contagieuses dans le monde entier – sont secrètement développés.

Il n’a pas mentionné que le président Zelensky avait menacé de reconstruire le programme d’armes nucléaires de l’Ukraine, ce qui permettrait de placer des missiles nucléaires à la frontière occidentale de la Russie. Et il a omis de mentionner que l’Ukraine est devenue un membre de facto de l’OTAN par le biais de ses exercices militaires conjoints, du soutien logistique, de la formation et des livraisons d’armes de l’Alliance. Tous ces éléments ont créé une grave menace pour la sécurité nationale de la Russie. Mais Scholz n’a mentionné aucun de ces éléments. Au lieu de cela, il a utilisé toute la présentation pour susciter le soutien à un autre bain de sang dirigé par les États-Unis.

“Nous ne pouvons pas nous permettre d’être paralysés par la peur”, a déclaré Scholz avec emphase. “Nous avons donc décidé de livrer des armes.” Scholz ne fait que reconnaître ce que tout le monde sait déjà, à savoir qu’il a reçu ses ordres de Washington, et qu’il se conforme à ces ordres. C’est évident. Voici comment le World Socialist Web Site résume la situation dans un article récent :

“La décision historique de laisser les chars allemands rouler une fois de plus contre la Russie n’est pas motivée par “la sécurité et la paix” et encore moins par la protection de la population ukrainienne. Au contraire, l’Allemagne et les autres puissances de l’OTAN ont systématiquement provoqué l’invasion réactionnaire de la Russie pour leur permettre de mener une guerre par procuration contre la Russie sur le dos de la population ukrainienne….

Dans les mois précédant l’invasion russe, le gouvernement ukrainien, avec le soutien massif des États-Unis et de l’Allemagne, s’est préparé à placer sous son contrôle militaire les zones tenues par les séparatistes pro-russes dans l’es

Avec ses armes lourdes, l’Allemagne équipe le bataillon Azov et d’autres unités néo-nazies. Ces groupes sont les descendants politiques de l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN) de Bandera, responsable du meurtre de milliers de Juifs ukrainiens.” (“On anniversary of defeat of Nazi regime, German Chancellor Scholz delivers war speech”, World Socialist Web Site) (17 mai)

3 juin

La Force de réaction de l’OTAN participe actuellement aux exercices ” Wettiner Heide “, qui rassemblent 7 500 personnes en Allemagne. La mer Méditerranée est sur le point d’être le théâtre d’exercices navals de la “série Neptune” auxquels participera le groupe d’attaque de porte-avions USS “Harry S. Truman”, qui sera placé sous le commandement de l’OTAN. Ce sera seulement la deuxième fois depuis la fin de la guerre froide qu’un groupe de porte-avions américains passe sous le commandement du bloc militaire, a déclaré l’OTAN.

En juin, les États baltes et la Pologne accueilleront ce que l’OTAN décrit comme “le plus grand exercice intégré de défense aérienne et antimissile d’Europe”, auquel participeront 23 pays. Fin avril, la Finlande a accueilli des exercices navals de l’OTAN. Aujourd’hui, elle accueille également un exercice terrestre conjoint, auquel participent des troupes des États-Unis, du Royaume-Uni, de l’Estonie et de la Lettonie.

Ces exercices militaires massifs se déroulent dans un contexte de tensions accrues entre la Russie, l’OTAN et certains des partenaires du bloc militaire. La Finlande, qui partage une longue frontière avec la Russie, et la Suède ont décidé de reconsidérer leur politique de non-alignement de longue date à la suite d’un changement majeur de l’opinion publique après le lancement de l’attaque de la Russie en Ukraine.” (“NATO starts drills near Russian border”, RT)

 

Que faudra-t-il pour que le peuple américain voie ce qui se passe sous ses yeux ?

L’OTAN et les États-Unis simulent une guerre contre la Russie parce que c’est le plan. Il s’agit d’exercices massifs, intégrés, d’armes combinées qui sont structurés de manière à répondre au mieux aux forces d’un ennemi particulier. Et cet ennemi est la Russie. Ne le voyez-vous pas ?

Et avez-vous remarqué qu’il est soudain normal de parler ouvertement de guerre avec la Russie ? Parmi les cadres de généraux à la retraite qui apparaissent régulièrement sur les chaînes d’information câblées et leurs alliés du parti démocrate, tout sens de la prudence a été complètement abandonné. Ils ne sont plus dissuadés par la menace d’une guerre nucléaire parce que – selon eux – les États-Unis l’emporteront dans une guerre nucléaire et, en outre, ils sont tous d’accord pour dire que le jeu en vaut la chandelle. Vous pensez peut-être que je plaisante, mais je ne plaisante pas. L’opinion dominante parmi les élites de l’establishment a fondamentalement changé. Ces gens veulent une guerre avec la Russie et ils la veulent maintenant. Leur soif de guerre a complètement éclipsé leur peur de l’annihilation nucléaire. C’est de la folie.

L’Allemagne a rejoint la ruée vers la guerre

en dépit du fait qu’elle déclenchera une crise énergétique sans précédent, suivie d’un grave marasme économique qui pourrait durer des années. En bref, Scholz a commis un hari-kari économique pour apaiser ses maîtres à Washington. Voici d’autres extraits du WSWS :

“L’Allemagne utilise la guerre pour lever tous les obstacles qui se dressaient auparavant sur la voie d’un réarmement effréné… Tout d’abord, le gouvernement allemand a augmenté le budget d’armement de 100 milliards d’euros… et a abandonné le principe de ne pas fournir d’armes aux zones de guerre. L’Ukraine a d’abord été approvisionnée en armes légères, puis en armes lourdes. Entre-temps, les soldats ukrainiens sont également formés sur le sol allemand…”

Les préparatifs du gouvernement allemand en vue d’une troisième guerre mondiale ne se limitent pas à l’armement de la Bundeswehr (forces armées) et au soutien militaire de l’Ukraine….. L’ancien rédacteur en chef du quotidien financier Handelsblatt, Gabor Steingart, en parle sans détour dans son “Pioneer Briefing” de mardi. Sans le moindre scrupule, il aborde la question de ce qu’il faut pour rendre une guerre mondiale “gérable” :

“La conduite d’une troisième guerre mondiale n’est pas seulement une question militaire”, proclame-t-il. C’est “d’abord et avant tout une question économique. Car sans désenchevêtrement économique le long des blocs de puissance et des blocs militaires, une guerre efficace et soutenable sur une longue période est impossible, comme on le voit déjà avec la dépendance de l’Allemagne au gaz naturel russe.”

“Celui qui veut rendre la guerre mondiale gérable doit d’abord dégrouper le commerce mondial”, souligne Steingart. “L’indépendance économique est plus importante que des milliards supplémentaires pour la Bundeswehr. Ainsi, ce ne sont pas seulement les soldats et leur équipement militaire qui doivent être rassemblés dans une formation offensive, mais aussi les ressources économiques.”

“Vu avec cet œil économique”, déclare-t-il ensuite, “les préparatifs pour rendre une troisième guerre mondiale gérable battent leur plein”….

La politique insensée consistant à préparer une troisième guerre mondiale et à la rendre “gérable” est soutenue par tous les partis représentés au Bundestag… L’Allemagne doit “définir d’urgence ses intérêts nationaux dans le contexte de la nouvelle réalité” et “adopter une démonstration de force nationale pour les mettre en œuvre et les sauvegarder”, dit-il. “Pour relever ce défi, des capacités militaires complètes sont nécessaires, ce qui impliquera également de nombreux sacrifices et charges.” (“Germany’s preparations for a third world war in full swing”, World Socialist Web Site)

En voici un peu plus sur le contexte, tiré d’une interview de Norman Finkelstein :

“On a promis aux Russes qu’il n’y aurait pas d’expansion de l’OTAN à l’Est, c’était la contrepartie de la réunification de l’Allemagne après la décomposition de l’Union soviétique. Nous parlons des années 1990 : les promesses ont été faites, mais l’Occident est allé de l’avant et a commencé à étendre l’OTAN ….. Il y a eu la première tranche, puis la deuxième … Ensuite, l’OTAN commence à s’étendre en Géorgie et en Ukraine (qui franchit) une ligne rouge.

Pour arrêter cela, (la Russie) propose une résolution parfaitement raisonnable : il suffit de neutraliser l’Ukraine comme nous avons neutralisé l’Autriche après la Seconde Guerre mondiale, ni alignée sur un bloc de l’Est ni alignée sur un bloc de l’Ouest. Cela m’a semblé parfaitement raisonnable…

Et puis le caractère raisonnable de ces demandes,… doit toujours être vu dans le contexte. Alors, quel est le contexte ? Le contexte, c’est l’Union Soviétique, l’ancienne Russie, qui a perdu… les estimations sont d’environ 30 millions de personnes pendant la seconde guerre mondiale…..

Et maintenant il y a l’Ukraine, où les nazis jouent un rôle important. (et ils) sont alignés avec un formidable bloc militaire appelé OTAN (et) l’OTAN continue d’avancer et d’avancer et d’avancer, se rapprochant de la Russie, essayant de l’étouffer… Et à partir de 2016 environ, sous Trump, l’OTAN commence à armer l’Ukraine, déversant des armes, s’engageant dans des exercices militaires avec l’OTAN, se comportant de manière très provocante. Et le ministre des affaires étrangères Lavrov dit finalement que nous avons atteint le point d’ébullition.

… (Donc, pendant) plus de 20 ans… la Russie a essayé de s’engager dans la diplomatie ; (de rendre l’Ukraine neutre) comme avec l’Autriche après la Seconde Guerre mondiale… Si vous convenez que c’était une demande légitime, et si vous convenez que l’Occident était en train d’étendre et d’élargir l’OTAN, et si vous convenez que l’Ukraine était devenue de facto un membre de l’OTAN, avec des armes qui affluent et s’engageant dans des exercices militaires avec l’OTAN ; et si vous convenez… que la Russie a perdu 30 millions de personnes pendant la Seconde Guerre mondiale à cause de l’invasion nazie,…, alors la question simple est :

Que devait faire la Russie ?

… Je ne suis pas un général et je ne suis pas un diplomate, donc je ne vais pas…. donc, je ne vais pas dire que c’était la chose la plus sage à faire….. Mais je dirai… qu’ils avaient le droit de le faire….. Ils avaient …. le droit historique de le faire. 30 millions de personnes (tuées pendant la WW2), et maintenant vous recommencez, vous recommencez ? Non, non,… Je ne peux pas aller pour ceux qui reconnaissent la légitimité des arguments de Poutine mais qui qualifient ensuite l’invasion de criminelle. Je ne vois pas ça.”

Oui, Poutine a parfaitement le droit de protéger son pays d’une autre invasion étrangère. Et il serait stupide de penser que ce n’est pas ce que Washington a en tête, car c’est précisément ce qu’ils ont en tête. Ce que Washington veut vraiment, c’est une Russie écrasée qui languisse en permanence sous la coupe de l’Oncle Sam.

Donc, Poutine doit faire tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher que cela n’arrive. Et, jusqu’à présent, c’est exactement ce qu’il a fait.

Bravo, Vladimir.

Lire l’interview complète de Norman Finkelstein ici:

https://lavoixdelasyrie.com/norman-finkelstein-la-russie-a-le-droit-historique-dintervenir-en-ukraine/ (17 mai 2022)

****

 

Note: les articles d’Israël Adam Shamir sur la guerre en Ukraine

 

Partager

Plus d’histoires deAllemagne