Aller à…
RSS Feed

25 février 2024

Ce n’est pas le Hamas qui a tué Liel Hetzroni, 12 ans, mais un char israélien


Ce n’est pas le Hamas qui a tué Liel Hetzroni, 12 ans, mais un char israélien
Par Max Blumenthal
Arrêt sur info — 01 décembre 2023
FacebookTelegramTwitter
Liel Hatsroni, une jeune fille israélienne de 12 ans, a été tuée après que les forces israéliennes ont utilisé un char d’assaut pour bombarder une maison dans le kibboutz Be’eri le 7 octobre, selon un Israélien qui a survécu aux violences. (via Twitter)

La fillette israélienne figure emblématique des attaques du 7 octobre a été tuée par un char israélien. Des témoins oculaires de la prise d’otages au kibboutz Beeri ont accusé Israël d’avoir induit le monde en erreur sur les meurtres de Liel Hetzroni, 12 ans, de sa famille et de ses voisins.

Une transcription vidéo du témoignage de Yasmin Porat, traduite par David Sheen pour Electronic Intifada, suit cet article.

Dans une tentative désespérée de gagner la sympathie internationale, le gouvernement israélien a cherché à susciter l’indignation suite au meurtre d’une jeune fille de 12 ans lors de l’attaque menée par le Hamas contre le sud d’Israël le 7 octobre.

« Le corps de cette petite fille a été si gravement brûlé qu’il a fallu plus de six semaines aux archéologues légistes pour l’identifier », a déclaré le ministère israélien des Affaires étrangères sur son compte officiel Twitter/X. « Tout ce qui reste de Liel Hetzroni, 12 ans, ce sont des cendres et des fragments d’os. Que sa mémoire soit une bénédiction ».

Aviva Klompas, ancienne rédactrice de discours pour la mission israélienne aux Nations Unies et l’une des propagandistes anglophones majeure d’Israël sur les réseaux sociaux, a affirmé sur Twitter/X : « Les terroristes les ont tous massacré, puis ont incendié le bâtiment. »

Naftali Bennett, l’ancien Premier ministre israélien, est intervenu pour proclamer que « Liel Hetzroni du kibboutz Beeri a été assassinée chez elle par les monstres du Hamas… Nous menons la guerre la plus juste : pour garantir que cela ne puisse plus jamais se reproduire ».

Liel Hetzroni faisait partie des non-combattants tués au kibboutz Beeri lorsque la petite communauté du sud d’Israël a été momentanément reprise par des militants du Hamas à la recherche de captifs pour inciter à un échange de prisonniers. Au cours de la confrontation qui a suivi, elle a été tuée sur le coup aux côtés de son frère jumeau, de sa grand-tante et de plusieurs autres habitants de Beeri.

Cependant, Hetzroni, 12 ans, n’a pas été tué par le Hamas. Selon le nouveau témoignage d’un témoin oculaire israélien, elle a été tuée par un obus de char israélien en même temps que plusieurs voisins.

La révélation de la mort de Hetzroni par un tir ami intervient alors que le journal israélien Haaretz confirme une enquête de Grayzone qui met en lumière les révélations, faites par des pilotes d’hélicoptères israéliens et des responsables de la sécurité, d’ordres de ‘tir ami’ tout au long de cette journée fatidique.

L’une d’entre elles venait d’un membre de l’équipe de sécurité du kibboutz Beeri, qui a déclaré à Haaretz que « les commandants sur le terrain ont pris des décisions difficiles – notamment en bombardant les maisons sur leurs occupants, afin d’éliminer les terroristes à côté des otages ».

Un commandant de bataillon de chars se souvient avoir reçu les mêmes ordres à son arrivée sur les lieux, déclarant dans une interview vidéo : « Je suis arrivé à Beeri pour voir le brigadier général Barak Hiram et la première chose qu’il m’a demandé de faire est de tirer un obus sur une maison [où s’abritaient des membres du Hamas] »

La décision d’utiliser des armes lourdes contre les petites maisons de Beeri a fini par coûter de nombreuses vies israéliennes. Parmi eux se trouvait la jeune fille dont la mort a été utilisée comme arme pour justifier l’attaque brutale d’Israël sur Gaza. Et pour la première fois, un témoin oculaire de l’attaque a révélé la vérité dérangeante sur le meurtre.

​Yasmin Porat faisait partie des Israéliens pris en otage par les militants du Hamas à Beeri le 7 octobre. Elle avait fui le festival de musique électronique Nova et avait trouvé refuge dans la communauté lorsque les militants sont arrivés. Dans une interview accordée le 15 novembre à la chaîne de télévision nationale israélienne Kan News, Porat a fourni des détails exclusifs sur l’affrontement, détails qui ont gravement sapé le narratif officiel de son gouvernement.

Croyant à tort qu’ils étaient encerclés par les troupes israéliennes, alors en grande partie absentes et dans un état de désarroi, les hommes armés du Hamas ont envoyé des otages à l’extérieur de la maison et ont téléphoné à la police israélienne dans le but apparemment de négocier leur propre sortie.

« Vous voyez que la plupart des enlèvements ont eu lieu le matin, à 10, 11, 12 heures », a déclaré Porat. « Vers 15 heures [de l’après-midi], chaque citoyen [israélien] pensait que l’armée était déjà partout. [Les militants du Hamas] auraient pu nous faire aller et revenir [à Gaza] dix fois. Mais ils ne pensaient pas que telle était la situation, c’est pourquoi ils ont appelé la police. »

Lorsque les forces spéciales israéliennes sont finalement arrivées sur les lieux, a déclaré Porat, un « cessez-le-feu » s’est ensuivi entre le Hamas et les forces israéliennes, et son propre ravisseur a décidé de se rendre. Pour assurer sa propre sécurité, il s’est déshabillé et l’a utilisée comme bouclier humain alors qu’il se dirigeait vers les soldats israéliens.

Après que Porat ait été libérée et que son ravisseur se soit rendu, elle a déclaré que 14 Israéliens étaient restés en otages sous la garde de 39 militants du Hamas. Parmi ceux qui sont restés sur place, déclare-t-elle, se trouvaient les jumeaux, Liel et Yanai Hetzroni, ainsi que leur grand-tante et tutrice, Ayala Hetzroni.

« Je me suis assise là avec le commandant de l’unité », se souvient Porat, « et je lui ai décrit à quoi ressemble la maison, où se trouvent les terroristes et où se trouvent les otages. En fait, je l’ai dessiné pour lui : « Regardez, ici, il y a quatre otages qui sont couchés ainsi sur la pelouse. En là deux qui sont couchés sous la terrasse. Et dans le salon, il y a une femme couchée comme ça, et une femme couchée comme ça…” »

« J’ai parlé [au commandant israélien] des jumeaux (Yanai et Liel Hatzroni) et de leur grand-tante (Ayala), je ne les avais pas vus. Vous savez, quand je suis parti, c’étaient les seuls que je n’avais pas vus. J’avais entendu Liel tout le temps, donc je sais avec certitude qu’ils étaient là. J’ai essayé d’expliquer [au commandant] que quelque part près de la cuisine, c’est de là que j’entendais venir les cris. Je ne l’avais pas vu, mais je l’avais entendu et j’avais entendu d’où venaient les cris. J’ai essayé de leur expliquer où se trouvaient tous les otages. » (…)

Vers 16 heures, une fusillade a commencé à faire rage entre les militants à l’intérieur de la maison et les forces spéciales israéliennes stationnées de l’autre côté de la rue. Après avoir échoué à déloger les combattants du Hamas, les Israéliens ont fait appel à un char à 19h30.

Porat décrit son sentiment de panique quand elle a vu le char entrer dans la petite communauté : « Je me suis dit : “Pourquoi tirent-ils des obus de char sur la maison ?” Et j’ai demandé à l’une des personnes qui m’accompagnaient : “Pourquoi tirent-ils ?’ Alors ils m’ont expliqué que c’était pour briser les murs, pour aider à nettoyer la maison. »

De l’autre côté de la rue, Porat a entendu deux fortes explosions. Le char avait tiré quelques obus sur la maison. Gisant hors de la maison, son partenaire, Tal, un autre homme appelé également Tal, et le couple propriétaire de la maison, Adi et Hadas Dagan. Il y avait aussi les jumeaux de 12 ans, Liel et Yanai Hatsroni, ainsi que leur grand-tante.

Lorsque la poussière s’est dissipée, seul Hadas Dagan a émergé vivant de la maison.

Porat a déclaré que Dagan lui avait dit plus tard : « Yasmin, quand les deux gros booms ont frappé, j’ai eu l’impression de voler dans les airs… Il m’a fallu 2-3 minutes pour ouvrir les yeux, je n’ai pas senti mon corps. J’étais complètement paralysé. Quand j’ai ouvert les yeux, j’ai vu que mon Adi [Dagan] était en train de mourir… Tal a également arrêté de bouger à ce moment-là. »

Dagan confirme que les obus du char ont tué Liel Hatsroni : « ‘La fille n’a pas arrêté de crier pendant toutes ces heures », a-t-elle dit à Porat, faisant référence à Liel. « Elle n’a pas arrêté de crier… [mais] quand ces deux obus ont frappé, [Liel] a arrêté de crier. C’était le silence alors. »

Porat conclu : « Alors, que pouvez-vous en conclure ? Qu’après cet incident très massif, la fusillade, qui s’est terminée par deux obus, c’est à peu près à ce moment-là que tout le monde est mort.”

Dagan a souligné à Porat qu’aucun des otages n’avait été intentionnellement tué par les combattants du Hamas. « Il n’y a pas eu d’exécutions, ni rien de ce genre. Du moins, pas les gens qui l’accompagnaient », déclare Porat.(…)

Il est impossible de savoir si le conflit entre les forces israéliennes et celles du Hamas au domicile de Dagan aurait pu être résolu sans effusion de sang. Mais il est clair que la décision israélienne de bombarder la maison avec des chars a fini par tuer presque tout le monde à l’intérieur, y compris l’enfant qui est devenu une pièce maîtresse de la campagne de propagande internationale anti-Hamas d’Israël. Tout ce que les Israéliens ont laissé derrière eux, explique Porat, c’est « une maison pleine de cadavres ».

Max Blumenthal

Source: Thegrayzone.com, 25 novembre 2023

Les assertions et opinions exprimées ici sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputées à Arrêt sur Info.

Vous pouvez reproduire les articles d’Arrêt sur Info à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales.

Vous voulez réagir, signaler une erreur, communiquer un renseignement ? Contact

Les derniers articles publiés

Ce n’est pas le Hamas qui a tué Liel Hetzroni, 12 ans, mais un char israélien
Par Max Blumenthal, le 01 décembre 2023

Les USA interviendront-ils pour sauver « Israël » avant qu’il ne soit trop tard?
Par Robert Inlakesh, le 30 novembre 2023

Reconnaître les actions d’Israël à Gaza comme un génocide
30 novembre 2023

Ce que vous allez lire est profondément troublant…
Par Gilad Atzmon, le 30 novembre 2023

Suite à des accusations de soutien à une “organisation terroriste” j’ai démissionné du Centre de sciences sociales de Berlin
30 novembre 2023

Partager

Mots clés: ,

Plus d’histoires deGAZA