Aller à…
RSS Feed

26 février 2024

20 pays émergents veulent intégrer les BRICS : découvrez leurs profils et leurs motivations


20 pays émergents veulent intégrer les BRICS : découvrez leurs profils et leurs motivations
Publié par Gilles Munier sur 8 Décembre 2023, 09:10am
Par Houssen Moshinaly (revue de presse : Actualité Houssenia writing – 7 décembre 2023)*

En plus des six nouveaux membres invités plus tôt cette année, 20 autres pays ont exprimé leur intérêt à faire partie des BRICS, le groupe des économies émergentes qui compte le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud. Ces pays, qui vont de l’Afghanistan au Venezuela, en passant par l’Indonésie et le Nigeria, sont attirés par la possibilité de renforcer leurs liens commerciaux avec les BRICS, sans avoir à se soumettre à des réformes politiques ou à des réductions tarifaires permanentes. Voici un aperçu des 20 pays candidats et de leurs atouts.

L’ambassadeur des BRICS, Anil Sooklal, a déclaré qu’en plus des six nouveaux membres proposés plus tôt cette année, 20 autres pays ont demandé à rejoindre le groupe des BRICS.

Lorsqu’il a évoqué la présidence actuelle des BRICS par l’Afrique du Sud, il a déclaré fin novembre que “Plus de 20 pays ont officiellement demandé à rejoindre les BRICS, tandis que le même nombre ont exprimé leur intérêt. Cela confirme que les BRICS jouent un rôle important dans la promotion des économies émergentes et en développement. Il y a un grand nombre de parties intéressées et celles-ci seront traitées par les ministres des Affaires étrangères respectifs”.

À l’heure actuelle, les BRICS comprennent le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, tandis que l’Égypte, l’Éthiopie, l’Iran, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis devraient les rejoindre à partir du 1er janvier prochain.

L’Argentine a également été invitée à rejoindre le groupe, mais avec un récent changement de régime politique, elle devrait maintenant décliner. Les cinq membres actuels des BRICS sont responsables de 37 % de tout le commerce mondial.

Les 20 nouveaux pays candidats aux BRICS

En termes d’attractivité, ce qui séduira de nombreux pays, c’est le fait que les BRICS n’insistent pas sur des négociations commerciales formelles et l’imposition permanente de réductions tarifaires douanières. Plutôt qu’un régime défini de réduction des tarifs, les BRICS ont une approche beaucoup plus souple.

Cela supprime les barrières politiques qui incluent l’insistance sur les réformes du marché et politiques, qui relèvent davantage d’une approche occidentale, et signifie également que les réductions tarifaires et les améliorations du développement commercial peuvent être mises en œuvre au cas par cas.

Ce sont des points d’intérêt fondamentaux pour les économies émergentes qui pourraient autrement avoir du mal à faire face à la concurrence des importations bon marché. Cela permet également à des régimes plus autocratiques de participer sans avoir à introduire des réformes indésirables qui pourraient ne pas être considérées comme étant dans leur intérêt national. La plupart des 20 candidats n’ont pas été identifiés publiquement, mais selon mon opinion expérimentée, ils sont susceptibles d’inclure les suivants.

Afghanistan

Un cas à part, mais l’Afghanistan dispose de ressources importantes et est membre de la BRI. Des changements diplomatiques sont nécessaires, mais la Chine, l’Inde et la Russie sont toutes désireuses de voir la reconstruction du pays une fois que la stabilité politique pourra être assurée.

Algérie

En termes de taille de marché, l’Algérie possède les dixièmes plus grandes réserves prouvées de gaz naturel au monde, est le sixième plus grand exportateur de gaz au monde et dispose des troisièmes plus grandes ressources de gaz de schiste inexploitées au monde.

Bangladesh

Le Bangladesh est l’une des cinq économies à la croissance la plus rapide au monde et connaît des réformes importantes en matière d’infrastructure et de commerce. Il partage une frontière de 4 100 km avec l’Inde.

Bolivie

Riche en ressources mais relativement pauvre, la Bolivie affiche le taux de croissance du PIB le plus élevé d’Amérique latine.

Cuba

La défiance de Cuba face aux sanctions lui a longtemps valu la faveur de la Chine et de la Russie lorsqu’elles voulaient ennuyer les États-Unis. Il a également conclu des accords importants avec la Chine et la Russie, est membre de la BRI et a une influence significative dans les Caraïbes et en Amérique latine.

Équateur

L’Équateur négocie des accords de libre-échange avec la Chine et l’Union économique eurasiatique. Il serait judicieux de les remplacer par un arrangement plus souple avec les BRICS.

Indonésie

L’une des principales économies d’Asie, le potentiel de l’Indonésie a de nouveau été évoqué pour rejoindre les BRICS. En juillet 2023, Jakarta a accepté une invitation à participer au sommet des BRICS de 2023.

Kazakhstan

L’économie du Kazakhstan dépend fortement du pétrole et des produits connexes. Outre le pétrole, ses principales exportations comprennent le gaz naturel, les métaux ferreux, le cuivre, l’aluminium, le zinc et l’uranium.

Mongolie

La Mongolie est à la fois un problème et une solution, tout en étant géographiquement attractive. Elle nécessite des investissements importants dans son secteur énergétique ; mais elle est riche en ressources et constitue un point de transit entre la Russie, le Kazakhstan et la Chine. Elle n’est membre d’aucun bloc commercial, et un arrangement plus souple avec les BRICS serait mieux adapté pour maintenir son impartialité régionale.

Nicaragua

Le Nicaragua est un acteur minier et le premier pays producteur d’or d’Amérique centrale. Il a conclu un accord de libre-échange avec le bloc ALBA, et est un acteur influent dans les Caraïbes.

Nigeria

Le ministre des Affaires étrangères du Nigeria, Yusuf Tuggar, a annoncé que le pays entend devenir membre du groupe des BRICS dans les deux prochaines années. Le Nigeria a un PIB de 448 milliards de dollars, une population de 213 millions d’habitants et un PIB par habitant de 2 500 dollars. Il possède les neuvièmes plus grandes réserves de gaz au monde et d’importantes réserves de pétrole.

Pakistan

Le Pakistan compte déposer une demande d’adhésion au groupe des BRICS en 2024 et compte sur l’aide de la Russie pendant le processus d’adhésion, a déclaré le nouvel ambassadeur du pays en Russie, Muhammad Khalid Jamali.

Sénégal

Le Sénégal est un acteur minier et énergétique de capacité moyenne, avec des réserves en or, en pétrole et en gaz. Le secteur de l’énergie est en phase de croissance, car les réserves n’ont été découvertes que récemment. Les nations des BRICS, avides d’énergie, seront désireuses de sécuriser ses approvisionnements.

Sri Lanka

Le Sri Lanka n’est pas désireux d’ouvrir ses marchés, mais il a des problèmes économiques importants. La Chine s’intéresse à l’accès aux ports et à l’océan Indien, tandis que les investissements touristiques russes augmentent. Un accord avec les BRICS serait assez souple pour satisfaire toutes les préoccupations, tandis que l’Inde voudra garder un œil sur lui.

Soudan

Les cinq principaux marchés d’exportation du Soudan sont 100 % BRICS, Chine, Russie, Arabie saoudite, Inde et Émirats arabes unis. Le Soudan a également une influence régionale. C’est le troisième plus grand pays d’Afrique par la superficie, et il est membre de la Ligue des États arabes (LEA). Si le Soudan rejoignait les BRICS, il donnerait au groupe le contrôle total des routes d’approvisionnement de la mer Rouge.

Thaïlande

La Thaïlande est l’une des plus grandes économies de l’ASEAN, et via l’ASEAN, elle a conclu des accords de libre-échange supplémentaires avec l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Japon, la Corée du Sud, la Chine, Hong Kong et l’Inde, ainsi que des accords avec le Chili et le Pérou. La Thaïlande est également signataire de l’accord de libre-échange RCEP entre l’ASEAN et l’Australie, la Chine, le Japon, la Nouvelle-Zélande et la Corée du Sud.

Turquie

Les chiffres du commerce de la Turquie avec les membres actuels et la plupart des futurs membres des BRICS montrent une croissance significative. L’accès au financement de la Banque de développement des BRICS pourrait également s’avérer attrayant pour Ankara, car des discussions sont prévues sur un certain nombre de questions.

Uruguay

L’Uruguay a rejoint la Banque de développement des BRICS, un signe certain qu’une adhésion officielle aux BRICS est imminente.

Ouzbékistan

L’Ouzbékistan est l’une des économies à la croissance la plus rapide d’Asie centrale, mais il est handicapé par son double enclavement. L’adhésion aux BRICS lui donnerait un accès au marché de la Chine, de l’Europe et du reste de l’Asie de manière plus protégée.

Venezuela

Un autre cas à part, mais ses réserves énergétiques et sa position politique correspondent bien aux besoins de la Chine et de la Russie.

D’autres candidats sont également susceptibles d’inclure le Costa Rica, le Salvador, le Guatemala, le Honduras, le Panama, le Chili, le Pérou, l’Azerbaïdjan, le Tadjikistan, le Turkménistan, le Vietnam, le Cameroun, la République démocratique du Congo, le Kenya et la Tanzanie, entre autres.

Le mot de la fin

À première vue, il s’agit d’un groupe disparate et disjoint, avec peu de points communs. Pourtant, cela fait partie de l’appel. En Occident, les économies partenaires commerciales sont généralement considérées en termes de capacité économique et de leur utilité immédiate (ou autre) pour les économies occidentales.

Les économies émergentes qui se montrent prometteuses sont souvent “encouragées” à se lancer dans des réformes politiques et économiques pour “les amener aux normes internationales”. Ce qui est devenu évident, c’est que cela tend à signifier que les “bénéfices occidentaux” ont préséance sur ces économies. Cela a inclus des prêts déconseillés de la Banque mondiale et l’imposition du commerce du dollar américain et de l’euro au détriment de leurs monnaies souveraines.

En rassemblant les économies “en développement” ou “émergentes”, les BRICS ont fait un pari sur l’avenir. Même si certains membres potentiels pourraient se retrouver confrontés à des difficultés futures créées par des conflits régionaux, ce n’est pas le cas de la plupart. L’absorption de ces nouveaux membres prendra du temps, mais pourrait être achevée d’ici 2030.

Un examen plus approfondi révèle également que bon nombre des 20 économies énumérées ci-dessus sont des économies importantes, souvent parmi les principaux acteurs au sein de leurs propres blocs commerciaux respectifs. Il s’agit notamment de la Grande Zone de libre-échange arabe (GAFTA), du Mercosur d’Amérique latine, de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), de l’Union économique eurasienne (EAEU) et de l’ASEAN, entre autres.

L’insertion des membres des BRICS dans ces blocs régionaux renforce considérablement la portée et l’influence des BRICS au sein de ces blocs. En comparaison, l’Union européenne apparaît strictement rigide dans son approche. Cela ressemble à un marché fermé plutôt qu’à un marché ouvert. De cette manière, les BRICS peuvent être considérés comme un antidote aux systèmes de groupes commerciaux occidentaux auparavant trop réglementés, où les négociations commerciales se mesurent en décennies et où des conditions politiques sont imposées en échange de l’accès aux marchés occidentaux.

Ce qui se passe au contraire est bien plus révolutionnaire et conduit à une approche multilatérale plus réfléchie et plus inclusive. Le mouvement des BRICS se développe davantage comme une philosophie commerciale que comme un bloc spécifique, et ouvrira la voie en termes de flux commerciaux mondiaux au cours des prochaines décennies.

*Source: Actualité Houssenia writing

Version originale: Par Chris Devonshire-Ellis sur Silk Road Briefing

Partager cet article

Partager

Mots clés:

Plus d’histoires deBRICS