Aller à…
RSS Feed

26 février 2024

Rothschild veut une fusion entre les entreprises, les gouvernements et l’IA pour “sauver le capitalisme”


Déc 7
par Brandon Smith − Le 29 novembre2023 − Source Alt-Market

Si vous ne connaissez pas une petite organisation appelée “Council For Inclusive Capitalism”, ne vous inquiétez pas, la plupart des gens n’en ont jamais entendu parler. Le groupe a été créé au plus fort de la crise Covid; alors que la peur instillée par les responsables gouvernementaux et les médias propageaient les nouvelles, la majorité du public était plutôt distraite. Le CIC représente essentiellement tout ce que les théoriciens de la conspiration dénoncent depuis des années, réuni en une seule entité orwellienne, avec une musique de piano dramatique et un masque de philanthropie humanitaire.

La fonction première du Conseil est de centraliser la plupart ou la totalité des grandes entreprises (celles qui ont une influence mondiale) et de les associer aux gouvernements au sein d’un réseau qui place l’idéologie au-dessus de la recherche du profit. D’aucuns pourraient faire valoir que les entreprises doivent adopter un système de valeurs communes au lieu de se contenter d’errer comme des requins dévorant tout ce qu’elles peuvent se mettre sous la dent. Mais qui choisit l’ensemble des valeurs que suivent les mastodontes de l’entreprise ?

Le CIC est un organe physique qui représente le volet action du concept ESG. Il est censé créer des incitations et des punitions pour le monde des affaires en fonction de leur conformité avec les valeurs du globalisme et du socialisme de façade, ainsi que de leur soumission à l’agenda climatique. J’ai beaucoup écrit sur cette question, mais mon article “Qu’est-ce que le “Conseil pour un capitalisme inclusif” ? C’est le Nouvel Ordre Mondial“ est probablement le meilleur aperçu du groupe et de ses intentions.

L’idée est simple : Amener la majorité des entreprises à s’aligner sur l’ordre politique d’extrême gauche. Une fois cela fait, ils forceront ces entreprises à utiliser leurs plateformes et leur exposition publique pour endoctriner les masses. Nous avons vu cette stratégie à l’œuvre au cours des dernières années, de nombreuses entreprises produisant un flux constant de produits, de contenus médiatiques et de marketing truffés de propagande en faveur de la diversité, de l’équité et de l’inclusion, sans parler de la propagande anti-occidentale et anti-conservatrice.

Ces entreprises ont été tellement imprégnées du format DEI et ESG que nombre d’entre elles sont prêtes à s’aliéner la majorité de leurs clients et à perdre d’importants bénéfices. Les derniers vestiges de l’économie de marché sont ainsi détruits, car la motivation du profit a été remplacée par une motivation politique.

Pourquoi les entreprises choisiraient-elles de s’associer à une telle organisation si elles doivent constamment faire l’objet d’une microgestion de leurs activités ? Il ne faut pas leur présenter cela comme un choix, mais plutôt comme une exigence inévitable. Ceux qui entrent dans la danse ont les meilleures places à la table de la cabale ; ceux qui rejoignent tardivement l’organisation risquent d’être écrasés sous le poids d’une bureaucratie socialiste oppressive.

Mais le choix pourrait aussi être volontaire, avec la promesse que les dirigeants d’entreprise se verront confier des rôles de gouvernance étendus après la “grande remise à zéro” du capitalisme dont le Forum économique mondial parle si souvent.

Gardez à l’esprit que la seule façon pour ces entreprises de survivre après avoir été rejetées par la majorité du public est de s’associer aux gouvernements, de se voir confier un monopole d’État et d’être soutenues par des subventions perpétuelles. Elles pourraient même partir du principe que tant qu’elles continueront à servir la religion Woke, elles seront récompensées par le statut de “trop Woke pour échouer”.

Mussolini a un jour défini la rencontre du pouvoir des entreprises et du pouvoir du gouvernement comme le modèle original du fascisme. Le Conseil pour un capitalisme inclusif est l’expression vivante de cette graine autoritaire.

Le groupe est dirigé par Lady Lynn de Rothschild, de la célèbre dynastie Rothschild, et s’est élargi pour inclure une armée d’entreprises partenaires, de partenaires gouvernementaux, de partenaires de l’ONU et même le Vatican. L’un des éléments clés de l’agenda globaliste qui est fréquemment mentionné est l’intelligence artificielle (IA), ainsi que sa capacité supposée à tout bouleverser dans notre société et notre économie pour toujours. Bien que les capacités de l’IA soient largement surestimées, les élites semblent penser qu’il s’agit d’une sorte d’appareil divin qui va refaire le monde. Lady Rothschild s’est récemment entretenue avec les médias pour promouvoir un argument intéressant et révélateur :

Étonnamment, Mme Rothschild rencontre une certaine résistance de la part de ses interlocuteurs, ce qui l’oblige à faire un aveu indirect : L’IA nécessitera une “réforme en profondeur de l’économie”, ce qui signifie que les marchés libres doivent disparaître et que les partenaires gouvernementaux/entreprises devront intervenir pour tout contrôler, dans l’intérêt de la population et du “plus grand bien”, bien sûr. Mais tout cela n’est qu’un leurre.

L’IA, tout comme le changement climatique, devient rapidement une nouvelle excuse fabriquée pour la centralisation mondiale. Le CIC et des institutions comme le WEF et l’ONU affirment depuis quelques années que “quelqu’un” doit intervenir pour modérer l’IA afin qu’aucun gouvernement n’abuse de son pouvoir apparemment illimité. En d’autres termes : Problème, réaction, solution.

Les globalistes créent un problème de toutes pièces (l’IA), puis suggèrent qu’il s’agit d’un bienfait (ou d’une menace) bien plus grand pour l’humanité qu’il ne l’est en réalité, avant de proposer leurs services en tant qu’arbitres justes et bienveillants de la technologie et de ses effets. Rothschild le suggère elle-même dans l’interview lorsqu’elle affirme que les “capitalistes” devront réorienter leurs priorités vers des causes sociales dans le sillage de l’IA. Comme je l’ai déjà dit, il s’agit simplement de l’ESG sous une autre forme.

Je voudrais souligner le ton de dédain dans la réaction de Rothschild lorsque les marchés libres sont abordés dans le débat. Ces gens détestent toute notion de marché libre. Le système d’Adam Smith a été élaboré en réponse directe aux abus du contrôle mercantiliste. Les deux concepts s’excluent mutuellement. Il ne peut y avoir de marchés libres (ou de liberté) au sein d’un empire mercantiliste centralisé. Il ne peut y avoir de marchés libres et de socialisme au sein d’une même économie. Et pour être clair, le système que nous avons aujourd’hui aux États-Unis n’est PAS un système de marché libre, c’est un ancien système de marché libre qui a été lentement sapé au fil du temps.

Les marchés libres sont déjà équitables. Les élites corporatistes interfèrent avec cette équité lorsqu’elles s’associent aux gouvernements pour truquer le système en leur faveur et obtenir des avantages indus. Les inégalités que Rothschild décrit comme une excuse pour la centralisation ont en fait été créées par des élites comme la sienne. Le CIC et l’agenda de la Grande Réinitialisation ne sont rien d’autre que des outils pour enraciner à jamais le pouvoir des entreprises et de l’élite.

C’est à eux qu’il revient de décider quelles entreprises prospèrent ou meurent. Ils décident des valeurs sociales du siècle prochain. Elles doivent dicter la manière dont les ressources mondiales sont utilisées et qui est autorisé à y accéder. Et les gouvernements veilleront à ce qu’ils soient protégés de la colère du peuple si celui-ci s’aperçoit de leur prise de contrôle hostile.

Le plus insultant ? Quiconque critiquera ou attaquera cette invasion idéologique de notre vie économique sera accusé d’être un monstre. Après tout, le CIC veut juste sauver l’humanité d’elle-même, n’est-ce pas ? Si vous voulez les arrêter, vous devez être une sorte de méchant égoïste qui privilégie la liberté individuelle au détriment du bien commun.

La grande question que les globalistes ne veulent pas que nous posions est la suivante : qu’est-ce qui les qualifie pour déterminer le bien commun ? Pourquoi considère-t-on qu’ils doivent être les arbitres de tout ? Même la crise de la stagflation à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui est le résultat direct de l’intervention des gouvernements et des banques centrales, qui ont injecté des milliers de milliards de dollars en monnaie fiduciaire pour sauver les entreprises “trop grandes pour faire faillite” de leurs propres pratiques désastreuses. Pourquoi devrions-nous leur confier notre protection sociale, ou quoi que ce soit d’autre d’ailleurs ?

Les globalistes répondront à cet argument par l’IA. Ils diront que l’IA est le médiateur “objectif” ultime parce qu’elle n’a pas de loyauté émotionnelle ou politique. Ils affirmeront que l’IA doit devenir l’appareil décisionnel de facto de la civilisation humaine. Vous comprenez maintenant pourquoi Rothschild est si désireux d’être le fer de lance de la création d’un cadre réglementaire mondial pour l’IA – Celui qui contrôle les fonctions de l’IA, celui qui programme le logiciel, finit par contrôler le monde, tout en utilisant l’IA comme un mandataire. Si quelque chose tourne mal, ils peuvent simplement dire que c’est l’IA qui a pris la décision, et non eux.

C’est le parfait gouvernement de l’ombre ; un magicien technocratique qui utilise la fumée et les miroirs d’une marionnette IA pour gouverner la planète, en supprimant toute responsabilité et en écartant toute rébellion. En effet, comment la population peut-elle discuter ou se révolter contre un algorithme sans visage flottant dans l’éther numérique ?

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone, sur Rothschild veut une fusion entre les entreprises, les gouvernements et l’IA pour “sauver le capitalisme” | Le Saker Francophone

Partager

Mots clés: ,

Plus d’histoires dele capitalisme