Aller à…
RSS Feed

31 octobre 2020

Syrte danse avant son génocide annoncé par Allain Jules


Libye – Syrte danse avant son génocide annoncé.

Syrte
Alors que Bani Walid tient toujours tête à l’OTAN, les regards sont rivés vers Syrte. Privée du strict minimum vital, la ville de Syrte n’a pas dérogé à la règle en fêtant, le 1er septembre dernier, sous les bombardements de l’OTAN, l’accession au pouvoir en 1969, de son fils, bienfaiteur de la Libye et de l’Afrique, Mouammar Kadhafi. Voir vidéo en dessous.
Alors que l’OTAN, dans un silence assourdissant des médias dominants est entrain toujours et encore de perpétrer des crimes contre l’humanité partout où elle bombarde des populations civiles, Syrte attend patiemment, la promesse des renégats de Benghazi: son rasage de la carte de Libye. Une future boucherie – par procuration puisque le chef d’oeuvre est de l’OTAN -, annoncée avec fierté.
C’est à Syrte, où, en 1999, le guide libyen, lors du sommet africain, tenta en vain de convaincre ses homologues africains, de mettre sur pied les Etats-Unis d’Afrique, de créer une monnaie unique et former une seule armée de 2 millions de soldats panafricains. Putain 12 ans ! Le visionnaire avait fait face à l’inconsistance des ses pairs. Ces derniers comprendront plus tard ce que le guide libyen voulait faire de l’Afrique, à l’image des autres continents, notamment l’Europe, une terre forte, stable et inattaquable.
Il ne vous paraît pas étonnant de savoir que Benghazi s’est soulevée avec des armes et Kadhafi a été interdit de reconquérir la ville ? Or, le CNT, lui, voyant que sa pseudo autorité ne passe pas à Bani Walid et Syrte a l’autorisation d’attaquer ? Ainsi, l’OTAN se permet de bombarder des civils qui ne veulent pas entendre parler du fameux Gouvernement des renégats.
Dans ces deux villes meurtries, tout est détruit. Il n’y a même plus l’eau courante, pas de gaz, pas d’électricité, pas de denrées alimentaires, sauf les réserves des habitants. Et là, personne ne lance des cris d’orfraie. En silence, tous observent, ne prennent pas position face à ce génocide programmé. Mais bien sûr, c’est une guerre humanitaire…mon oeil.
Comment va-t-on attaquer une population comme celle de Syrte (vidéo) et annoncer qu’on fait la guerre aux pro-kadhafistes alors que ce sont des civils ? Les chefs de tribus de Bani Walid ont dit NON au CNT. L’entrée des renégats dans la ville aujourd’hui n’a rencontré aucune résistance mais la population leur a dit de quitter la ville. La queue entre les jambes, armés jusqu’aux dents, les islamistes sont sortis de la ville. Bizarrement, ils donnent encore des ultimatums…pour que les gens se rendent. Pourquoi donc ? Et où doivent-ils le faire ? Leur donner leurs femmes, leurs enfants, leurs maisons ?
TRIPOLI : Les islamistes venus des montagnes du Djebal Nafoussa refusent de retourner dans leurs…villages. Comment va faire le CNT qui veut s’installer à Tripoli bientôt, cette semaine pour être plus précis ? Des combats sont signalés entre factions.
BENGHAZI : Rien ne va plus entre les chefs du CNT. Chacun accuse l’autre de vouloir tirer la couverture de son côté. A coup de millions, un vol des fonds souverains libyens pour les générations futures, chacun se constitue sa petite armée avant de venir à Tripoli. La confiance règne….

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,